Menu



Exclusif.net



Face à la multiplication des arrestations nocturnes, les Birmans s'organisent

Mardi 16 Février 2021

Les généraux birmans ont imposé, mardi 16 février, une coupure quasi-totale d'internet pour une deuxième nuit consécutive et poursuivent leurs vagues d'arrestations pour tenter de mettre un terme au soulèvement populaire contre leur coup d'État.


La Birmanie a récupéré internet ce mardi matin à 9h. C’est la deuxième nuit de coupure d’affilée et c’est aussi la deuxième nuit calme d’affilée depuis que les arrestations nocturnes se sont multipliées. Mais les Birmans restent sur leurs gardes. Une habitante du centre-ville, Su, aide à organiser la garde de nuit de son voisinage. Chaque nuit, dix personnes gardent chaque entrée de sa rue et sont prêts à faire du bruit en tapant sur des casseroles si la police ou un intrus cherche à entrer.

Rumeurs 
Un chauffeur de taxi, Nay, racontait avoir fait son premier tour de garde lundi soir dans son quartier du nord de la ville et que tout s’était bien passé. Globalement, cette organisation de veille contre la police marche bien. Mais beaucoup de rumeurs circulent qui font état d’ex-prisonniers libérés, qui seraient drogués et payés par l’armée pour allumer des incendies et semer le désordre la nuit. Amplifiées par les réseaux sociaux, quelques vidéos qui tournent sur Facebook, mais pour l’instant pas vraiment vérifiables, les gens n'étant pas identifiables. Maintenant que l’habitude des manifestations pacifiques est prise à Rangoun, ce sont ce type d'événements nocturnes qui stressent le plus les Birmans.

L'armée n'a de cesse de durcir le ton depuis son putsch du 1er février qui a mis fin à une fragile transition démocratique de dix ans dans le pays. Quelque 420 personnes - responsables politiques, médecins, activistes, étudiants, grévistes - ont été arrêtées ces deux dernières semaines, d'après une ONG d'assistance aux prisonniers politiques. L'ex-cheffe du gouvernement civil, Aung San Suu Kyi, et le président de la République, Win Myint, interpellés dès les premières heures du coup d'État, sont toujours tenus au secret.

Tous deux doivent être entendus par un tribunal par vidéoconférence, a priori le 1er mars. Mais « ça sera juste du théâtre », a commenté le rapporteur spécial de l'ONU, Tom Andrews. Une deuxième inculpation pèse désormais sur Aung San Suu Kyi. Elle était déjà accusée - de façon assez obscure - d'avoir importé illégalement des talkies-walkies. Maintenant, la Prix Nobel de la paix est aussi inculpée d’avoir enfreint une loi sur la gestion des catastrophes naturelles. 

« Ils ne pourront pas tenir plus d’un mois et demi comme ça » 
Parmi les personnes visées par les arrestations, il y a aussi les membres de la fonction publique qui ont cessé de travailler pour participer au mouvement de désobéissance civile. Ce docteur, dans la région de Mandalay, ne travaille plus depuis deux semaines pour protester contre le coup d'État des militaires. Il explique qu’il est nécessaire que la communauté internationale inflige des sanctions car le mouvement ne pourra pas tenir longtemps. 


RFI
La Redaction



AUTRES INFOS

"Sur le cas d'Adji Sarr, l'Etat a mobilisé toute une armée. Sur mon viol, c'est le silence total", Merry Gomis

Apres décès Thione Seck : Les révélations de Ahmed Aidara (Audio)

Saccage des chaises de l'arène nationale : Le CNG annonce des sanctions

USA: Léon Bassène lance son single "Scared to Love"

Nécrologie : Le Père d'Aida Samb est décédé

Adji Sarr dépose une nouvelle plainte devant le Procureur contre...

Yeumbeul: après avoir reçu sa dose d’Astrazeneca, une dame dans un état critique

TV& RADIOS

Affrontements à l'UCAD: Un étudiant de Kékendo succombe à ses blessures

Birame Souleye Diop précise: «Sonko n'ose pas dire qu'il va encore briguer un mandat à la tête de PASTEF parce que... »

Quand Sidiki Kaba s’engageait à défendre "les homosexuels et les Lesbiennes" (video)

Gaston Mbengue tacle les Apéristes: "Ils organisent des meetings pour tromper Macky alors que Sonko a réussi..."

Vol d'armes à l'intérieur de la caserne de Diaobé: Un capitaine de la gendarmerie dément

Supposée Présence de "forces occultes" : Le colonel Diouma Sow dément et précise

Côte d’Ivoire : Un nouveau gouvernement de 37 ministres et 4 secrétaires d’État



Inscription à la newsletter

Recherche