Exclusif.net, la vérité
Accueil
Envoyer à un ami
Partager

"Etes-vous le complice des forfaits de Macky Sall et de sa bande de bandits…?"

Dimanche 17 Novembre 2019

Le journaliste Adama Gaye a encore frappé. Le premier ministre français, Edouard Philippe, qui est attendu pour un inter conseil des ministres, a été interpellé sur les "dérives et dérapages" du régime de Macky Sall.


Pardon, Monsieur Philippe !

Il y a de ces ironies qui mettent à nu les projets souterrains les plus sournois dans les relations entre Etats, surtout dans celles qui depuis longtemps unissent des pays africains, comme le Sénégal, à ceux, à l'instar de la France, qui ont un ascendant dans le rapport inégal.

C'est cette situation à laquelle; Monsieur Philippe, vous vous trouvez confrontée, et il serait dommage que vous n'ayez pas assez de distance, de profondeur, pour en mesurer la portée. Elle est loin d'être banale.

Partir pour...rester

Nous tous savons que la France exerce un primat sur ce qu'il est convenu d'appeler la sphère francophone depuis la nuit des temps avec des dates repères que les observateurs peuvent aisément rappeler:
-l'arrivée des français voici plus de trois siècles pour lancer, certains disent relancer, l'entreprise esclavagiste dans le cadre du commerce triangulaire entre l'Europe, l'Afrique et les Amériques; 

-la validation, sous Bismarck, à Berlin, en 1884-1885, de l'entreprise coloniale essentiellement d'essence mercantiliste destinée à donner du souffle à des économies Européennes qui n'avaient plus...d'espace vital, pour se déployer sur leur sol naturel;


-la délimitation des zones d'influences entre la France et la Grande Bretagne, deux des puissances tutélaires d'alors, à Fachoda, au Soudan, en 1898, par Lemarchand et Lord Kirchener, respectivement porteurs d'une stratégie de colonisation par l'assimilation de ses sujets, d'une part, et celle, initiée au Nigeria (sur un modèle mis en place à Hong Kong) par Lord Lugard dite du diviser pour régner;


-L'Après deuxième guerre mondiale et le processus de décolonisation forcé par le Traité de l'Atlantique entre Churchill et Roosevelt de 1941, suivi, pour la France, de la Loi Deferre, et, enfin, de la tournée, en 1958, du Général De Gaulle qui a déclenché la décolonisation formelle précipitée par le NON de la Guinée au maintien factice d'une relation via l'instauration d'une communauté française de plus en plus ringarde dans un contexte de bouillonnement et de surgissement d'un tiers-monde plus affirmé que jamais.


Certes, depuis les décolonisations, à partir de la fin des années 1950, et massives en 1960, le temps qui s'est écoulé a révélé qu'il y avait escroquerie sur la marchandise: votre pays n'était partie que pour mieux rester. Dans ses négociations, il avait su garder la haute main sur les bijoux de famille, en maintenant ses bases militaires, en signant des Accords de défense de domination, en renforçant son contrôle sur les économies par la monnaie néocoloniale et en pesant sur le choix des leaders des pays sous son univers géopolitique.

Houles des foules

En participant à ce qu'avec vos serviteurs de l'Etat du Sénégal, vous appelez, sourire en coin, un conseil des Ministres Franco-sénégalais, savez-vous, Monsieur le Premier ministre, que vous vous inscrivez à contre-courant d'une histoire dont le sort n'en devient que plus tragique, risible?

Les bruits de la rue, les houles des foules de par le monde, et les hurlements sur les réseaux sociaux, nouvel espace d'expression de la volonté de souveraineté, sont autant de signes qui devraient vous alerter afin que vous compreniez que rien ne peut plus être comme avant. Surtout pas comme veulent vous le faire croire les serviles installés, parfois avec l'aide de vos barbouzes, aux commandes de nos pays.

N'entendez-vous pas l'exigence d'une décolonisation plus complète, point de départ d'une relation plus équilibrée, fondée sur des avantages mutuellement sentis et consentis?

Etes-vous de ceux qui, à l'instar de l'Ambassadeur de votre pays au Mali, ont eu l'imprudence de traiter à la légère la mise en garde du chanteur monumental Salif KeÏta contre son Président, IBK, réduit à amuser la galerie pendant que son pays se meurt et de donner le change d'une dépossédante loyauté envers une France de moins en moins dans le cœur des peuples de l'Afrique pas seulement francophone?

Savez-vous combien les enfants de la rue africaine, davantage que l'intelligentsia, parce que sentant les effets d'une mal gouvernance économique de leurs pays et de ceux qu'ils considèrent comme le poids de la colonisation monétaire, par le franc CFA, sont les principaux tenants d'une rupture du lien ombilical que, bon an mal an, vous et vos prédécesseurs, s'inscrivant à l'école du tristement célèbre Jacques Foccart, ont maintenus quitte à infantiliser les africains dans une relation surannée?

Que votre pays, suivant la sage doctrine instaurée par De Gaulle et l'Allemand Adenauer, ait pu inaugurer des Conseils de ministres inter-états avec son voisin d'Outre-Rhin, rien de plus normal, tant les destins ici sont tracés par la géographie, et d'une certaine manière illuminés par l'histoire d'au moins deux grands conflits meurtriers. La construction Européenne commande, même avec la perfide Albion, la Grande Bretagne, qui l'a quittée, une harmonisation organique des politiques au sein de la zone et de son environnement physique immédiat.

Mais ne trouvez-vous pas excessif, anormal, en plus des Sommets France-Afrique, depuis les années 1970, puis ceux de la Francophonie, depuis les années 1980, de maintenant faire ces conseils de Ministres avec des pouvoirs aussi faibles, capitulards, que celui du Sénégal? On eut dit une réunion pour choisir ce que les partisans dune colonisation consentie, incarnés de la manière la plus abjecte par un servile Macky Sall, se doivent de verser dans la corbeille d'un mariage dominé par l'une des parties -la vôtre !

Manque d'éthique

Monsieur Philippe, votre participation à cette rencontre est indécente et manque d'éthique. Elle se fait sur fond de scandales en séries éclaboussant vos interlocuteurs, en commençant par le premier d'entre-eux, reconnus, avec son frère d'avoir dissipé les ressources en hydrocarbures du Sénégal, tandis que, sous ses instructions, des pans entiers de l'économie nationale étaient bradés à des puissances étrangères, la France en tête, comme l'illustre le dernier bradage de l'espace aérien, concédé, après le route et le rail, à une entreprise française, Thalès.

Vous avez tort de vous asseoir avec une bande de pilleurs des valeurs intangibles de notre nation, notamment sa démocratie et ses acquis d'équilibre ethnique.

Ne me dites pas que vous ne savez par que le Sénégal est devenu le terreau de la criminalité internationale, par le trafic de la drogue, en faisant, ainsi, un Etat-narco-trafiquant, sans compter la multiplication de faux billets de banque, explosant ses élites dirigeantes, comme le député en cavale, innommable type faisant la Une des journaux du pays où vous séjournez, et, demain, qui sait, d'en faire une terre d'accueil des terroristes.

La pauvreté y est oppressante, le désespoir et la mal-gouvernance illimités, le risque d'une implosion plus évident que jamais. Et, que votre conscience l'enregistre, par votre complaisante désinvolture, vous contribuez, en vous coltinant avec d'illégitimes représentants des aspirations de nos pays, à faire le lit des futurs terroristes et ennemis aveugles, prêts à tout, pour se venger de la forfaiture que vous couvrez. Réveillez-vous, il se fait tard !

Cela suppose; évidemment, que vous soyez disposé à engager votre pays dans une révolution copernicienne afin de redonner à ses relations avec les nôtres une configuration plus adéquate, c'est-à-dire juste.

Etes-vous, au demeurant, intéressé à savoir la vérité, à ajuster votre braquet pour sauver -car c'est encore possible- ce qui doit l'être des relations entre la France et l'Afrique car l'avenir d'une mondialisation prescrit l'ouverture et non l'autarcie, nous devons coopérer -cooperare en latin, m'a enseigné à la sorbonne le Professeur Marccel Merle, c'est travailler ensemble, pas être dans un lien inégalitaire ?

Etes-vous toujours porté par le cynisme que j'avais détecté chez Foccart que j'avais trouvé assis dans l'antichambre d'un hôtel (Hôtel Eden Roc, à Antibes) où j'étais venu interviewer Jacques Chirac (alors votre prédécesseur) et qui le faisait me souligner mes questions trop inquisitrice, comme si nous ne devions pas avoir avec votre pays une relation où tout doit être sur la table?

Avez-vous grandi Monsieur Philippe ou vous pensez-vous toujours en territoire conquis, sur une jardin d'enfants, au milieu de vos serviteurs?

Ce serait à vos dépens, sachez-le ! Entre cette France dans une Europe pareillement frappées de déclinisme, et une Afrique, à l'aube d'une renaissance, la redéfinition des termes de l'échange est désormais inévitable. Ne pas le comprendre, c'est prendre date avec l'échec; et j'espère qu'il vous reste un zeste de lucidité...

Bon séjour, chez nous….

Adama Gaye, le 17 novembre 2019

PS: Je reste abasourdi par le silence de votre pays après mon illégale et arbitraire détention par vos interlocuteurs -qui font honte à notre histoire et à notre présent, voués qu'ils sont à être jetés par dessus bord dans notre marche vers un meilleur avenir.

Savez-vous, Monsieur Philippe, que je suis un exilé politique, contraint d'éviter mon pays où règne l'arbitraire sur tous les plans, et menant mon art, l'écriture; notamment d'un livre, loin d'un pays, le mien, naguère propice à ce type d'activités. Etes-vous le complice des forfaits de Macky Sall et de sa bande de bandits…?
.