Menu

Tchad : la rébellion est « en débandade », selon le ministre de la Défense

Vendredi 7 Mai 2021

Le ministre tchadien de la Défense a affirmé jeudi que les rebelles qui mènent depuis la mi-avril une offensive sont en « débandade » et que les autorités ne vont pas « dialoguer avec les terroristes ».

Des combats ont opposé l’armée au groupe rebelle du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), dans la région désertique du Kanem, le long de la frontière avec le Niger, à environ 300 km au nord de la capitale N’Djamena.

« Les forces de l’ordre sont en plein ratissage dans la zone d’opération. La plupart de prisonniers sont entre les mains de la gendarmerie et bien traités. L’ennemi est en débandade », a déclaré lors d’une conférence de presse Brahim Daoud Yaya, nommé dimanche ministre de la Défense. « Nous n’allons jamais dialoguer avec des terroristes », a-t-il poursuivi.

Basé depuis sa création en 2016 dans le Sud de la Libye, le FACT et ses colonnes de pick-ups sont d’abord descendus à partir du 11 avril, jour de l’élection présidentielle, vers le sud en franchissant la frontière Libye-Tchad, puis sont passés par le Niger, avant de revenir au Tchad dans le Kanem.

« La Libye est le fief de terroristes », a estimé le ministre de la Défense, mais « je ne peux pas accuser la Libye de soutenir les terroristes comme il n’y a pas un Etat en Libye ».

C’est dans cette même région du Kanem que le président Idriss Déby Itno, au pouvoir durant trente ans, a été tué sur le front lors de combats contre le FACT.

L’armée avait assuré, la veille de l’annonce de la mort du maréchal Déby, avoir tué 300 rebelles du FACT. Et 246 autres avaient été capturés et déférés au parquet de N’Djamena, selon la justice.

Les combats ont continué dans la zone de Nokou, dans le département du Nord-Kanem. La semaine dernière, un hélicoptère de l’armée tchadienne s’y est écrasé, à la suite d’une « panne technique » a assuré l’armée, le FACT affirmant avoir abattu l’aéronef.

Après l’annonce de la mort du président Déby, son fils Mahamat Idriss Déby a pris les rênes du pays à la tête d’un Conseil militaire de transition (CMT). Entouré de 14 généraux, tous fidèles à son père, il concentre presque tous les pouvoirs. Le nouvel homme fort du pays a promis des élections « libres et démocratiques » d’ici 18 mois.

La junte militaire a nommé dimanche par décret un gouvernement de transition composé de 40 ministres et secrétaires d’Etat. Les postes régaliens sont presque tous aux mains de membres du Mouvement patriotique du salut (MPS), le parti d’Idriss Déby Itno.

 

 

 

 

 

 

 

Le360 Afrique – AFP
La Redaction



AUTRES INFOS

Cet enfant pose à Macron la question que tout le monde a en tête : "Ça va la claque que tu t'es prise ?"

L'administrateur de PASTEF chez Mary Teuw Niane

Média : LERAL TV, désormais disponible sur le bouquet Orange de la TVO au Canal 8

Média : Le journaliste Modou Mbacké Niang rejoint "Emédia"

Mari brulé vif : L'affaire d'Aïda Mbacké renvoyée au 7 juillet

Mali :L'influenceuse, Diaba Sora libre

Victime d'une agression mortelle à Grand Yoff : La dépouille de Lotaly Mollet toujours en souffrance à l'hôpital "LE Dantec"

TV& RADIOS

ZIGUINCHOR : le Saes-Uasz opte pour l’arrêt des cours jusqu'au redémarrage des chantiers

Farba Senghor révèle: "Pape Makhtar Diallo a été viré par Bougane parce que..."

Me Malick Sall sur l'affaire de Boy Djinné : « On fera le maximum pour qu'il rejoigne sa famille très prochainement »

Vidéo: Privées de presque toutes leurs terres, le Chef de village de Ndengler accuse Macky

Isma Dioum dit pourquoi Macky Sall peut valablement postuler pour un autre mandat…

Aliou Sow sur le 3e mandat de Macky : «Il faut l’empêcher. Cela ne doit pas faire un recours au Conseil constitutionnel...»

Sonko à Macky : "Le vrai terroriste, c'est celui qui recrute des nervis pour tirer sur les populations" ( En Direct )



Inscription à la newsletter

Recherche