Menu

Sept pays africains ont espionné des journalistes via le logiciel Pegasus

Mardi 20 Juillet 2021

Au moins sept gouvernements africains ont espionné des journalistes et des activistes à l'aide du logiciel Pegasus créé et vendu par une société israélienne, selon une enquête publiée dimanche par un consortium de 17 médias internationaux.

Il s'agit de l'Algérie, de la République démocratique du Congo, de l'Égypte, du Maroc, de l'Ouganda, du Rwanda et du Togo, selon une carte publiée par l'ONG Forbidden Stories, basée à Paris.

Loin d'être une exclusivité africaine, l'espionnage massif mis au jour par Forbidden Stories en partenariat avec Amnesty International révèle en fait que le logiciel espion israélien a été utilisé pour cibler 50.000 numéros de téléphone à travers le monde appartenant à des militants, des journalistes et des leaders politiques.

La liste, qui remonte à 2016, inclut les numéros d'au moins 180 journalistes (dont ceux de la VOA), 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d'entreprise, selon l'Agence France Presse. Dans certains cas, les cibles ont été retrouvées mortes, d'autres contraintes à l'exil.

Android et iOS sans exception

Le logiciel espion Pegasus permet aux gouvernements d'accéder aux messages envoyés ou reçus d'un numéro de téléphone ciblé, mais aussi à la localisation de la personne qui porte le téléphone, ainsi qu'aux photos, aux courriels et aux messages en inbox, selon le quotidien Washington Post.

D'après le journal britannique The Guardian, Pegasus infiltre aussi bien les appareils Android que le iPhone, fabriqué par Apple. Dans certains cas, précise le journal, l'utilisateur du téléphone n'a même pas besoin de cliquer sur un lien ou d'activer une quelconque mise à jour. Il opère en sourdine, échappant même aux antivirus.

La société israélienne NSO Group, qui commercialise le logiciel espion, se défend de toute malveillance, selon le journal indien The Wire. Elle affirme que ses clients se limitent à des "gouvernements approuvés", qui seraient au nombre de 36, précise The Wire. En 2019, WhatsApp, le logiciel de messagerie racheté par Facebook, avait déposé plainte en 2019 contre NSO.

Au-delà d'Israël

Dans son rapport 2020 sur les "prédateurs numériques", Reporters sans frontières faisait état de plusieurs entreprises basées dans divers pays qui fournissent des outils d'espionnage en Afrique. En plus du groupe NSO, RSF citait aussi Memento Labs (également connu sous le nom de Hacking Team), que l'ONG accusait d'avoir attaqué des journalistes en Éthiopie et au Maroc. Il y avait aussi le groupe Gamma, ou FinFisher, basé en Allemagne, fabricant du logiciel FinSpy.
RED


AUTRES INFOS

Emilie Fiorelli de nouveau en couple avec MBaye Niang

Supposé divorce de Sonko: Abdallah ouvre le feu sur Tange et ses soutiens (Vidéo)

Yémen : Comment les rebelles Houthis ont exécuté neuf personnes

Big Mama en valeur sa derrière

Guinée: Michel Lamah, Chef de l’opération du Coup d’État, arrêté pour...

Volley: le Cameroun gagne le Championnat d’Afrique féminin 2021

Ziguinchor : L'association des coiffeuses et coiffeurs rendent hommage au Président Seydou Sané

TV& RADIOS

Diffusion des images de l’arrestation de Bougazelli: La pertinente analyse d'Abdallah

Le gouverneur de la BCEAO salue l'apport de Charles Konan Banny à l'institution

L'ex député de l'APR, Seydina Fall Bougazelli : «Je suis foutu !»

Les images explosives de l'arrestation du député de l'APR, Boughazelli : Il tente de corrompre les gendarmes

Arrestations de Kilifeu et Simon : Les révélations explosives de Cheikh Bara Ndiaye

Cambriolages, agressions, échanges de tirs avec les gendarmes... Mais qui protège Thierno Amadou Diallo dit Thier ?

Dégradation très avancée du pont Emile Badiane : Un collectif "raisonne" le gouvernement



Recherche