Menu

Le président Afghan, déchu Ashraf Ghani parle : « Cette défaite et la nôtre et celle de nos alliés internationaux »

Jeudi 19 Août 2021

Pour la première fois depuis la chute de Kaboul aux mains des talibans, Ashraf Ghani a pris la parole, mercredi 18 août, depuis les Émirats arabes unis où il a trouvé refuge. Dans son adresse à la nation, le président afghan déchu concède sa défaite politique et militaire face aux talibans. Ces derniers ont engagé des discussions avec d'anciens dirigeants afghans. L'ex-président Hamid Karzaï a ainsi rencontré le leader Anas Haqqani.


Ashraf Ghani s'est présenté seul devant la caméra, vêtu d’une chemise blanche et d’un gilet noir, avec pour seul décor un rideau sombre et un drapeau afghan hissé derrière lui, rapporte Vincent Souriau notre envoyé spécial à Dubaï. « J’ai dû fuir vers les Émirats arabes unis, car on voulait m’exécuter en public », confirme-t-il. Plus tôt dans la journée, l'État a annoncé qu'il accueillait « pour des considérations humanitaires » l'ex-président et sa famille.


L'homme d'État assure être « parti pour éviter un bain de sang et la destruction de Kaboul ». « Oui, c’est une défaite, mais une défaite partagée. La nôtre, celle de notre gouvernement, et celle de nos alliés internationaux. Car ce qui a commencé sous la forme d’un processus de paix s’est terminé sous la forme d’une guerre », observe-t-il.

« Maintenant, il faut négocier, et je soutiens les discussions entamées avec les talibans par l’ancien président Hamid Karzaï. Quant à moi, je ne vais pas m’échapper. Je suis en train de négocier mon retour en Afghanistan, où je veux continuer la lutte pour la justice et pour nos valeurs », conclut Ashraf Ghani.

Mais, alors que les talibans sont de retour au pouvoir, l'influence de Ghani s'est effondrée. Les États-Unis ont confirmé mercredi que l'ex-président n'est « plus une personne qui compte en Afghanistan ».

Rencontre entre le chef taliban Anas Haqqani et l'ancien président Hamid Karzaï
Les talibans ont promis la mise en place d'un gouvernement inclusif. Ils se montrent même prêts à échanger avec leurs opposants. Mercredi, Anas Haqqani, un de leurs chefs, a ainsi rencontré l'ancien président afghan Hamid Karzaï à Kaboul. Les images ont beaucoup circulé sur les réseaux sociaux : on voit Hamid Karzaï, président de 2001 à 2014, assis dans un fauteuil, en train de discuter avec le leader taliban. 

L'ancien vice-président Abdullah Abdullah a également rencontré les insurgés, selon le groupe de surveillance des sites islamistes. Ce dernier était aussi le chef du Haut-Conseil pour la réconciliation nationale lors des précédentes négociations au Qatar, lesquelles n'avaient pas abouti.

Ces rencontres entre insurgés et anciens dirigeants afghans interviennent un jour après la première conférence de presse des talibans depuis leur prise de pouvoir. À cette occasion, ils avaient assuré qu'ils ne souhaitaient pas se venger, qu'ils « pardonnaient tous les anciens responsables gouvernementaux ». Ils ont d'ailleurs annoncé une amnistie générale pour tous ceux qui ont travaillé pour le gouvernement précédent. 


RFI
RED


AUTRES INFOS

Emilie Fiorelli de nouveau en couple avec MBaye Niang

Supposé divorce de Sonko: Abdallah ouvre le feu sur Tange et ses soutiens (Vidéo)

Yémen : Comment les rebelles Houthis ont exécuté neuf personnes

Big Mama en valeur sa derrière

Guinée: Michel Lamah, Chef de l’opération du Coup d’État, arrêté pour...

Volley: le Cameroun gagne le Championnat d’Afrique féminin 2021

Ziguinchor : L'association des coiffeuses et coiffeurs rendent hommage au Président Seydou Sané

TV& RADIOS

Diffusion des images de l’arrestation de Bougazelli: La pertinente analyse d'Abdallah

Le gouverneur de la BCEAO salue l'apport de Charles Konan Banny à l'institution

L'ex député de l'APR, Seydina Fall Bougazelli : «Je suis foutu !»

Les images explosives de l'arrestation du député de l'APR, Boughazelli : Il tente de corrompre les gendarmes

Arrestations de Kilifeu et Simon : Les révélations explosives de Cheikh Bara Ndiaye

Cambriolages, agressions, échanges de tirs avec les gendarmes... Mais qui protège Thierno Amadou Diallo dit Thier ?

Dégradation très avancée du pont Emile Badiane : Un collectif "raisonne" le gouvernement



Recherche