Menu



Exclusif.net



Karim, Clédor, Assane Diouf... Une coalition de feu contre le régime de Macky Sall

Jeudi 18 Février 2021

Karim, Clédor, Assane Diouf... Une coalition de feu contre le régime de Macky Sall
Pour faire face à la machine politico-judiciaire enclenchée pour briser le leader de Pastef, Ousmane Sonko, des activistes, syndicalistes et leaders de la société civile ont mis en place hier une coalition citoyenne dénommée « Le peuple ». Par la voix de Clédor Sène, leader du mouvement Clair-Vision, la nouvelle coalition se dit prête à organiser une résistance face au pouvoir en place en lui imposant un rapport de force.

Sillonner le Sénégal et préparer la résistance. Tel est le mot d’ordre principal sorti hier du lancement de la coalition citoyenne dénommée « Le Peuple ». Composée entre autres personnalités de l’espace public de Clédor Sène du mouvement Clair-Vision, l’activiste Abdou Karim Gueye du mouvement « Nittu Deugg » ainsi que du syndicaliste Dame Mbodji mais aussi de l’ « insulteur » Assane Diouf, l’organisation promet de faire face au pouvoir en place qu’elle accuse de vouloir liquider l’opposant Ousmane Sonko dans le cadre de l’affaire de viol dont il est accusé. « Il est temps qu’on arrête de tourner autour du sujet. Les choses doivent être dites sans port de gant ni avoir peur d’être emprisonné pour insurrection. Tout ce qui nous reste à l’heure actuelle, c’est le combat. L’affrontement avec ce pouvoir est devenu inévitable. Le droit à la résistance nous a été consacrée par la constitution » a martelé Clédor Sène dès l’entame de son propos. 

Selon cet activiste impliqué dans l’assassinat du défunt vice-président du Conseil constitutionnel, Me Babacar Sèye, il n’est pas concevable que des militants du parti Pastef soient jetés en prison pour « insurrection » au moment où des « pyromanes » ethnicistes à l’image du député APR Aliou Dembourou Sow sont épargnés par la justice. « Avant Sonko, le pouvoir a posé les mêmes actes contre Khalifa Sall en levant son immunité parlementaire illégalement avant de le jeter en prison. Cette fois-ci, nous n’accepterons pas que la démocratie et nos libertés soient agressées par une justice partisane », a mis en garde Clédor Sène entouré des autres leaders du « Peuple ». Evoquant le mot d’ordre du mouvement, il a annoncé une mobilisation de la jeunesse dans tous les quartiers en vue d’une création imminente de comités de résistance qui feront face au pouvoir.

Dame Mbodj, leader syndical : « Macky veut imposer une dictature et on va résister »

Membre du nouveau mouvement citoyen crée pour constituer un bouclier autour de l’opposant Ousmane Sonko, le syndicaliste Dame Mbodji, patron du Cusems (Cadre unitaire des syndicats de l’enseignement moyen-secondaire) a soutenu d’emblée que le pays est en danger. D’après lui, le président Macky Sall veut imposer une dictature qu’ils ne laisseront pas prospérer. « Il a fini de l’instaurer au niveau des institutions en y faisant ce que bon lui semble. Et ce qui se trame actuellement, c’est depuis 2012 que le président l’a entamé en intimidant, en emprisonnant qu’i il veut. 

Elu président en 2012, il se considère comme un roi en ce moment. Nous n’allons pas l’accepter car nous allons résister », a soutenu Dame Mbodj d’un ton ferme. Revenant sur les faits d’accusations de viols portés contre Ousmane Sonko, le leader syndical a souligné que le dossier aux mains du procureur est truffé de mensonges. « C’est un deal qui a foiré », ironise-t-il. « C’est pourquoi, le pouvoir tente d’agiter d’autres motifs comme l’appel à l’insurrection dans le but de pouvoir arrêter Ousmane Sonko. Or, le même Macky Sall, opposant, avait appelé le peuple à se mobiliser pour aller déloger le président d’alors au palais. Pourtant Wade ne l’avait pas poursuivi pour appel à l’insurrection », a martelé Dame Mbodji du CUSEMS, qui juge la levée de l’immunité parlementaire de l’opposant Ousmane Sonko « illégale », « arbitraire » et « inacceptable ». 

Pour le rappeur et activiste Abdou Karim Guèye, alias Karim Xrum Xaxx, par ailleurs leader du mouvement « Nittu Deugg », le président Macky Sall et son ministre de l’Intérieur sont les principaux responsables de la tension qui règne dans le pays. Sinon, explique-t-il, comment expliquer la mobilisation d’un service d’élite comme la BIP de la police pour une intervention chez un leader politique ? « Mais il est clair que Macky Sall va faire marche arrière car nous sommes prêts à l’affronter après avoir démystifié tout ce qui est police et prison. 

Dans toutes les régions, nous appelons le peuple et la jeunesse à se mobiliser et à résister face à celui qui est le plus grand violeur de tous les temps depuis son accession au pouvoir », a lancé le rappeur et activiste. Attention, ce n’est pas nous qui l’avons dit mais Karim Xrum Xaxx ! 
La Redaction



AUTRES INFOS

"Sur le cas d'Adji Sarr, l'Etat a mobilisé toute une armée. Sur mon viol, c'est le silence total", Merry Gomis

Apres décès Thione Seck : Les révélations de Ahmed Aidara (Audio)

Saccage des chaises de l'arène nationale : Le CNG annonce des sanctions

USA: Léon Bassène lance son single "Scared to Love"

Nécrologie : Le Père d'Aida Samb est décédé

Adji Sarr dépose une nouvelle plainte devant le Procureur contre...

Yeumbeul: après avoir reçu sa dose d’Astrazeneca, une dame dans un état critique

TV& RADIOS

Affrontements à l'UCAD: Un étudiant de Kékendo succombe à ses blessures

Birame Souleye Diop précise: «Sonko n'ose pas dire qu'il va encore briguer un mandat à la tête de PASTEF parce que... »

Quand Sidiki Kaba s’engageait à défendre "les homosexuels et les Lesbiennes" (video)

Gaston Mbengue tacle les Apéristes: "Ils organisent des meetings pour tromper Macky alors que Sonko a réussi..."

Vol d'armes à l'intérieur de la caserne de Diaobé: Un capitaine de la gendarmerie dément

Supposée Présence de "forces occultes" : Le colonel Diouma Sow dément et précise

Côte d’Ivoire : Un nouveau gouvernement de 37 ministres et 4 secrétaires d’État



Inscription à la newsletter

Recherche