Menu

Utilisation des fonds ‘GAR-SI’ au Sénégal : l'UE persiste et demande une enquête

Mardi 9 Avril 2024

Dans un article publié ce mardi 9 avril 2024 par le site Al Jazeera, on apprend que le Comité des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du Parlement européen a demandé à la Commission européenne d’ouvrir une enquête sur la mauvaise gestion des fonds de l’Union européenne au Sénégal.

Cette demande fait suite à une enquête conjointe menée par Al Jazeera et la Fondation porCausa, qui a révélé l’utilisation d’une unité de lutte contre la criminalité transfrontalière financée par l’UE pour réprimer les manifestations pro-démocratie dans le pays ouest-africain. Juan Fernando Lopez Aguilar, président du comité LIBE, a adressé une lettre à Ylva Johansson, commissaire européenne aux affaires intérieures, et à Juta Urpilainen, commissaire aux partenariats internationaux, le 25 mars, leur demandant de « faire tous les efforts nécessaires » pour que ces allégations soient « enquêtées et que la pleine clarté soit faite sur l’utilisation des fonds de l’UE ».


L’enquête publiée en février s’est concentrée sur le Groupe d’Action Rapide de Surveillance et d’Intervention, connu sous le nom de GAR-SI. Il s’agit d’un projet financé à hauteur de 74 millions d’euros par le Fonds d’urgence de l’UE pour l’Afrique (EUTF), mis en œuvre par l’agence espagnole de coopération au développement, FIIAPP, entre 2017 et 2023. L’objectif déclaré du projet était de créer et d’équiper une unité d’intervention spéciale dans la zone frontalière entre le Mali et le Sénégal pour lutter contre les groupes armés, la contrebande, le trafic et d’autres crimes transfrontaliers.


Cependant, l’enquête a trouvé des preuves visuelles, des contrats du gouvernement espagnol, un rapport d’évaluation confidentiel et trois sources proches du projet confirmant que l’unité GAR-SI a été utilisée par le gouvernement de l’ancien président Macky Sall pour réprimer les manifestants au Sénégal lors de manifestations entre 2021 et 2023. Amnesty International estime qu’au moins 60 personnes sont mortes pendant les protestations, sans qu’aucune poursuite n’ait été engagée à ce jour. La répression a également coïncidé avec une forte augmentation de la migration vers l’Espagne. « La répression a poussé de nombreux jeunes à migrer vers les îles Canaries, la route migratoire la plus dangereuse », a déclaré Aguilar, ajoutant que « l’instabilité et la répression affectent les pics migratoires ». Il a ajouté que, pendant les manifestations, la police sénégalaise a relâché la surveillance des frontières pour se concentrer sur la répression des manifestations.

senego
Lisez encore

Nouveau commentaire :






AUTRES INFOS

L'Éclatante Mamy Sora : Quand l'audace vestimentaire rencontre la confiance en soi

Syrie: l'épouse du président Bachar el-Assad atteinte de leucémie

Iran: début des processions funèbres pour le président Raïssi

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du Mardi 21 mai 2024 (wolof)

Biens Mal acquis : Cheikh Bara Ndiaye enfonce l'ex ministre Thèrèse Faye Diouf (vidéo)

Au Maroc, cinquième mois de grève dans les facultés de médecine

Popenguine : ferveur et joie lors de la marche vers le nouveau sanctuaire

Interdit d’antenne à la RFM : Sidath Thioune réagit enfin ! (vidéo)

Bravador : L'Influenceur Ivoirien au Service d'Ousmane Sonko

Nécrologie : Décès de l'artiste Bah Moody


Flux RSS

Inscription à la newsletter