Sénégal: Macky Sall et ses alliés encombrants, une fidélité de trop

Mercredi 10 Juillet 2019

Sénégal: Macky Sall et ses alliés encombrants, une fidélité de trop
Au pouvoir depuis 2012, la coalition Bennoo Bokk Yaakaar a battu un record de longévité. Jamais une coalition politique n’a autant duré dans l’exercice du pouvoir. Parmi ses ténors, il y a Moustapha Niass né en 1939, âgé aujourd’hui de 80 ans. Son premier poste ministériel dans le gouvernement de Senghor remonte au 15 mars 1979. Il était nommé ministre de l’urbanisme et l’habitat. Quand Moustapha Niass a commencé à travailler auprès de Senghor, Macky Sall, actuel président de la République du Sénégal, faisait ses premiers pas à l’école primaire de Fatick.

A l’Assemblée nationale comme président, Moustapha Niass est presque entouré de ses petits-fils.

Pourtant, aucun des alliés de l’Alliance pour la république (APR), la formation du chef de l’Etat, ne pèse grand-chose dans l’arène politique Sénégal.

Ousmane Tanor Dieng l’autre allié  qui refuse l’alternance dans le parti socialiste qu’il a hérité  sans mérite du président Abdou Diouf est bombardé comme président du HCCT. Tanor a tué à petit feu le parti socialiste.

Pour rappel, Ousmane Tanor Dieng a fait ses premiers pas dans l’administration Sénégalaise en 1976 comme conseiller au ministère des affaires étrangères dans le gouvernement de Senghor. A 72 ans,  Ousmane Tanor Dieng ne pourra plus, sauf miracle, revenir aux affaires. Le Secrétaire général du parti socialiste est gravement malade et évacué en France.

Après le remplacement d’Aminata Tall par Mini Touré à la tête du Conseil économique social et environnemental, certains parlent de l’arrivée de Maitre Aissata Tall Sall pour la présidence du HCCT.

Beaucoup d’alliés de Macky Sall, munis juste de leurs partis dits ‘’Cabines téléphoniques’’, se retrouvent souvent dans les postes de direction.

L’émergence de nouveaux courants comme ‘’Sénégal Debout’’ au sein de l’Alliance pour la République risque de changer la donne. Et d’aucuns au sein du parti présidentiel pourraient sortir leurs armes et prendre leurs destins en main.

Une autre équation pour Macky Sall après l’affaire des contrats pétroliers sera l’ancien ministre des finances Amadou Ba qui ne digère pas son départ de ce ministère.

La confection des listes pour les prochaines élections locales risque de créer les tensions entre l’APR et ses alliés.

Par Mamadou LY
afriquemidi.com/

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE







Mame Goor Diazaaka persiste : «Je vais changer le visage de Rufisque en deux ans seulement » ECOUTEZ

Permanence APR, PA: La bagarre entre gros bras se termine à coups de couteau (Regardez)

Cheikh Mbacké Gadiaga sur la mort des détenus: «Le ministre et son équipe ont menti... C'est eux qui ont tué les enfants »

Vidéo: En Guinée Bissau, les femmes sont toutes naturelles, elles n'aiment pas le "Khessal"

Le DG de l'Apix, Mountaga Sy dément Ousmane Sonko sur les montants (REGARDEZ)




Recherche