Menu

Réels enjeux de l'affaire Sonko et du projet Sonko (Par Soumaila Manga)

Mardi 23 Février 2021

D'une affaire privée à une affaire d'État ! C'est ce que l'on nous fait croire ces temps qui courent. Tenir cette thèse, c'est ne rien comprendre de ce scénario élaboré au sommet de l'État. Seulement, ce scénario mal élaboré a déteint sur le casting.

L'accusation de viol et de menace de mort portée sur la personne de M. Ousmane Sonko est le moindre mal qui pouvait lui arriver. C'est ça, peut-être, qui sous-tend la thèse de ceux qui défendent que le Patriote en chef ne devrait pas fréquenter ce salon de beauté.

Le pire pouvait lui arriver avec un bon casting.  Et même avec un choix porté sur une vraie fille de la pègre qui aurait pu utiliser une substance assoupissante pour le mettre dans une situation de "poser nu" avec des images à la "Diombass Diaw", comme pour paraphraser une frangine apolitique du nom de Diénaba Diop. Sonko aurait même pu être livré dans la rue en titubant en plein couvre-feu, ce qui aurait écorné son image. Ç'aurait été une pucelle choisie à la place de cette accusatrice, la thèse du viol aurait été plus crédible.

Sonko doit s'estimer heureux dès lors que ce scénario a été mal élaboré et mal exécuté par cette fille, non seulement inexpérimentée de la pègre mais également à la moralité douteuse, dont les contradictions écartent, dès le départ, la thèse du viol et de menace de mort.

Malgré tout, il faut redoubler de détermination face à Macky Sall dont la seule compétence est de déployer, tout le temps, tous les moyens de l'État pour détruire la carrière politique de ses adversaires. Sans oublier, aussi, que ce "chef de canton" à la tête de notre République incarne les intérêts des lobbies nationaux et internationaux qui ont fait main basse sur toutes nos richesses. Lesquels intérêts sont aujourd'hui menacés par un Patriote en chef qui promet de tout renégocier une fois au pouvoir. L'aboutissement de ce projet patriotique ne tient qu'à la détermination des Sénégalais qui ont le devoir de protéger leur "King Sonko" dans cet ultime complot pour l'écarter de la présidentielle de 2024.

Aujourd'hui, Ousmane Sonko a 46 ans. Le viol est criminalisé et la peine peut aller jusqu'à 20 ans d'emprisonnement même si dans le Code pénal (CP) actuel, la peine varie entre 05-10 ans. En plus de ça, l'article 34 du CP prévoit une durée d'inéligibilité allant jusqu'à 10 ans. Si Sonko est condamné, il ne recouvrera ses droits qu'à 76 ans or l'âge plafond d'éligibilité est 75 ans.

Cette situation mettra Sonko hors de la course présidentielle ad vitam æternam. Sauf dans le cas où il accepterait une loi d'amnistie générale qui ferait table rase sur tous les crimes économiques commis par le régime en place sur notre pétrole, gaz, zircon, forêt, foncier, nos milliards dilapidés ... Il faudra dès lors se questionner sur la pertinence du projet patriotique.

C'est pourquoi une farouche résistance doit être opposée à Macky et les siens qui croient, dur comme fer, que "La mort est souhaitable à la perte du pouvoir". Dans  ce combat, les patriotes doivent être avant-gardistes. Surtout quand on sait que des centaines de millions de FCFA ont déjà été investies dans le projet patriotique dont Sonko est l'incarnation.

Accepter, aujourd'hui, que Macky et les siens détruisent ce projet patriotique porté par des millions de Sénégalais et financé à coup de centaines de millions de FCFA, c'est faire preuve de démission sans précédent au milieu du gué.

La bataille s'annonce être mortelle quand on sait que des intérêts de tout un système, avec ses ramifications internationales, sont en danger. On sait aussi que le Patriote en chef incarne l'alternance générationnelle longtemps rêvée par une jeunesse qui pense être spoliée depuis des décennies par une poignée d'individus. 

Cette jeunesse, engagée comme jamais, est majoritaire du point de vue démographique mais reste la plus marginalisée depuis des décennies. Elle promet aussi de devenir la majorité électorale avec 2,2 millions d'électeurs qui arrivent sur le fichier électoral en 2024, leur âge variant entre 13 à 18 ans en 2019. Au même moment, l'électorat naturel du système s'effrite d'année en année. Cette jeunesse rêve plus que jamais de prendre sa revanche sur le système qui l'a toujours broyée.

Dans ce "Mortal Kombat", gagnera celui qui aura un total soutien des Sénégalais. Quant au "chef de canton", bien que disposant des moyens répressifs de l'État, reste conscient que l'antisystème a aujourd'hui  le vent en poupe. Et s'il pense qu'abattre Sonko, ce n'est pas la mer à boire, il se trompe lourdement.

Résistance n'est pas insurrection !
Insurrection n'est pas résistance !
Résistance est un principe consacré par la Constitution !

Soumaila MANGA, président Debout Pour La Patrie-DLP
Membre Mouvement JUSCA
Candidat à la mairie de Ziguinchor
La Redaction



AUTRES INFOS

Queen Biz : "Amouma Yéré Korité renn"

Un tailleur assassiné par son client pour n’avoir pas livré sa tenue de Korité à temps

Les plus "chaudes" Photos de Rihanna

Adiouza au lendemain de la Korité, toute joyeuse !

Musique : Youssou Ndour annonce une "petite pause "

Korité 2021: Macky Sall gracie 557 détenus

Encore une triste nouvelle pour Aida Samb : Elle a perdu sa maman

TV& RADIOS

Serigne Fallou Dioumada : "Si tu cherches des gens arrogants, incorrects... va chez les policiers et gendarmes"

Me Moussa Bocar Thiam : «La décision de la Cour de la CEDEAO est une erreur monumentale»

El Hadji Diouf révèle: "Brunu Metsu m'a dit qu'il préfère étre inhumé au coté de..."

Liberté de la presse : Les journalistes de Ziguinchor dans la rue

Fatoumata Ndiaye "Au Fouta, ils traquent des jeunes qui s'opposent au régime de Macky "

Pape Ndiaye révèle : "Le procureur m'a dit que Imam Ndao avait un projet de faire exploser le mausolée de..."

"Il y a des ministres et DG qui n'obéissent pas aux ordres de Macky", selon Serigne Mbacké Bara Doly confirme



Inscription à la newsletter

Recherche