Nigeria : 53 hommes jugés pour avoir organisé un mariage gay

Vendredi 21 Avril 2017

Nigeria : 53 hommes jugés pour avoir organisé un mariage gay

53 Nigérians accusés d'avoir organisé un mariage gay ont été traduits en justice ce mercredi dans l'État de Kaduna (nord). Ils risquent 14 ans de prison.

Ils sont poursuivis pour conspiration, rassemblement illégal, et appartenance à un groupe anti-social, d’après l’AFP. Face aux juges de la Cour de justice de Zaria, ce mercredi 19 avril, comparaissaient 53 Nigérians, âgés de 20 à 30 ans, pour la plupart étudiants, pour avoir organisé un mariage gay.

Celui-ci devait avoir lieu, selon l’AFP, dans un motel situé entre Faruk et Sanusi, dans l’État de Kaduna au nord du Nigéria, samedi 15 avril,. Les organisateurs de la célébration ont été arrêtés avant qu’elle ne puisse avoir lieu, vraisemblablement dénoncés par un employé de l’établissement où se préparait le mariage.

Les accusés ont tous plaidé non-coupable et ont été libérés sous caution par le juge Auwal Musa Aliyu, qui a ajourné le procès au 8 mai. Les deux fiancés, eux, sont toujours recherchés par la police.

L’homosexualité illégale

L’ex-président nigérian Goodluck Jonathan a fait voter en 2014 une loi qui bannit non seulement le mariage homosexuel, mais aussi la « cohabitation entre même sexe ». Ce texte condamne par ailleurs de 10 à 14 ans de prison tout témoignage public de « relations amoureuses entre personnes de même sexe ».

Dans ce pays, personne n’a jamais été condamné pour son homosexualité mais la loi en vigueur a créé « un sentiment de peur et des excès de zèle » des forces de sécurité, constate Wendy Isaack, spécialiste des questions de genre pour l’ONG Human Rights Watch.

Dans certains États du nord musulman, où est applicable la charia depuis 2000, la loi fédérale se double de la loi islamique, selon laquelle l’acte de sodomie peut être passible de la peine de mort. Une condamnation qui n’a pas non plus été appliquée jusqu’à présent, malgré de nombreux procès.

En janvier 2014, une douzaine d’hommes suspectés d’homosexualité sont passés devant une cour islamique dans la ville de Bauchi, au nord du pays. Des manifestant homophobes avaient alors demandé au tribunal d’appliquer la peine de mort à leur encontre. À cause de ce climat hostile, les deux tribunaux islamiques avaient d’ailleurs dû ajourner les procès de quelques jours. Les accusés, certains reconnaissant les faits reprochés, avaient été pour partie libérés sous caution.




AUTRES INFOS

Maïmouna Bousso : "C'est Macky Sall qui a détruit ma maison"

Simon Sène fait danser la République : Mbaye Ndiaye chauffe encore le podium

Mawa, un récital de coran pour le retour de la paix en Casamance

Ama Baldé: « Je veux devenir roi des arènes »

Selbé, tais-toi !… Nguir Yalla, noppil !!

Vidéo: Apres la défaite de Papa Sow, la voiture de Moustapha Gueye volée



Idrissa Seck à Macky Sall: « Ne fuyez pas le débat et n'occulte pas la question Petrotim»

Dionne révèle ce que Bamba Fall cachait : «Tu as dit que tu admires le président et sa femme Marieme Faye»

Gestion sobre: l'avion présidentiel Sénégalais est allé chercher Weah au Liberia. Et qui paye la facture ?

Awa Ndiaye: «sur l'affaire Seneporno, le premier ministre m'a dit... »

Le président Pape Mactar Diallo : «L' alternance de 2012, a été fourvoyée par la dynastie Faye Sall»

Mbaye Ndiaye assume: « Khalifa Sall, c’est mon ami et pour rien au monde, je ne vais me mettre sur la place publique pour le dénigrer, jamais ! » regardez

Macky Sall à ses proches: «il faut laisser les gens de l'opposition bavarder, ils n'auront rien en 2019...»