Menu





Migrants à Paris : la police aurait empêché la distribution de petits-déjeuners

Dimanche 20 Août 2017

Au lendemain d’une nouvelle évacuation du campement de migrants de la Porte de la Chapelle les associations Solidarité migrants Wilson et Utopia 56 n’ont pas pu distribuer de petit-déjeuner samedi matin.


Comme tous les matins, Anne-Marie Bredin, responsable de l’association Solidarité migrants Wilson, se rend, samedi 19 août, au camp de Porte de la Chapelle pour la distribution du petit-déjeuner de dix heures à midi. « Presque 60 personnes sont à nouveau à Porte de la Chapelle alors que l’évacuation a eu lieu vendredi matin » affirme-t-elle. Avec quatre autres bénévoles, ils ont préparé dans un local prêté par la Mairie de Paris du thé, café et victuailles à partager avec les nouveaux arrivants dans le camp.
« Lors de l’installation, cinq ou six CRS nous ont interdit de distribuer. Ils ont pris nos pièces d’identité pour noter nos noms », explique-t-elle. Vendredi, plus de 300 policiers étaient mobilisés pour le démantèlement du camp et les associations Solidarité migrants Wilson et Utopia 56 ont quand même pu donner aux migrants de quoi se nourrir.
Hassan, bénévole qui fait le tour des boulangeries quotidiennement pour approvisionner les collectifs, a été menacé de verbalisation. À l’arrêt sur la chaussée, les forces de l’ordre ont relevé sa plaque d’immatriculation. « Nous sommes révoltés, Paris devient comme Calais, c’est un délit de solidarité, alors que nous ne sommes pas des passeurs. Des personnes ont couru vers nous ce matin pour boire de l’eau. Même lorsque j’ai voulu donner des briques de lait en sortant de nos locaux, on m’a réprimandé » raconte la responsable de Solidarité migrants Wilson.
Une situation que n’explique pas la préfecture de Paris, contactée par Le Monde : « Nous n’avons donné aucune consigne donnant pour ordre d’interdire la distribution des associations. La pertinence de poursuivre la distribution à cet endroit est moindre puisque les migrants de Porte de la Chapelle sont partis mais rien n’empêche les associations de continuer. La seule raison pour laquelle les forces de l’ordre peuvent intervenir est l’occupation indue de l’espace public avec du matériel imposant. »
Publicité
Malgré les heurts de ce matin, les collectifs d’aide aux migrants restent présents à Porte de la Chapelle. « Je comprends qu’on ne veuille pas attirer plus de monde ici mais nous savons tous très bien qu’il y a déjà des migrants à nouveau dans le camp et qu’il y en aura encore de nouveaux », affirme Anne-Marie Bredin.
 Le monde
La Redaction




AUTRES INFOS

Faux billets de banque : Le célèbre lutteur Bébé Saloum arrêté

Abidjan compte à ce jour, entre 9.400 et 10.000 travailleuses du sexe``

Le journaliste Marcel Mendy inhumé au cimetière Saint Lazard

Nécrologie: Yankhoba Sané, Administrateur Général du journal en ligne "Sanslimitesn.com" a perdu sa maman

Le Journaliste Pape Ndiaye relève les 10 contradictions d'Adji Sarr

Ousmane SONKO : victime de sa générosité sexuelle ! (Par Fatou Thiam)

L'artiste Ma Sané se prononce sur la situation du pays

TV& RADIOS

Ousmane Sonko charge : "Antoine Fèlix Diome est l'homme des sales boulots. Il est mouillé jusqu’au..."

Sira Ndiaye en difficulté sur SEN TV, ne servait que des insultes ...

Un membre de l'Apr descend Macky : "Les gens n'ont pas confiance à la justice parce que..."

Voici la voiture d’espionnage de la police démantelée devant le domicile de Sonko

Ousmane Sonko chez son coiffeur

Amadou Ahmed Ndir du PDS : "On doit tourner la page de Karim Wade pour aller... "

Chantier du marché Tilène de Ziguinchor : Les instructions de Assome Aminata Diatta




Inscription à la newsletter
Recherche