Macky Sall tape sur la table et ne veut plus entendre parler de « malédiction du pétrole »

Mardi 12 Juin 2018

Le président de la République du Sénégal a présidé ce matin la concertation nationale sur la gestion des recettes issues de l'exploitation du pétrole et du gaz. Une rencontre abritée par le CICAD de Diamniadio que Macky Sall a voulue inclusive pour ne pas dire participative, car pour le chef de l'État, tous les fils du Sénégal doivent être associés à la gestion des hydrocarbures, eu égard aux"externalités négatives liées au développement de l'industrie pétrolière". 

 Il faut noter que beaucoup d'intervenants ont mis l'accent sur le risque de voir le pétrole que le Sénégal exploitera dans les années à venir provoquer des remous. 
Mais de l'avis du président de la République, l'optimisme doit prendre le dessus sur les peurs ou autres appréhensions. À en croire Macky Sall qui préside la concertation nationale sur la gestion des recettes issues de l'exploitation des richesses naturelles, les Sénégalais doivent s'inscrire dans le registre de la bénédiction du pétrole et non de la malédiction comme certains l'ont rabâché durant les débats.

 
Macky Sall ne voudrait plus entendre parler de «malédiction du pétrole». Présidant, ce mardi, la concertation nationale sur la gestion des recettes issues de l’exploitation du pétrole et du gaz, il a appelé à plus d’optimisme. «Je voudrais vraiment qu’on évite le terme de ‘‘malédiction du pétrole’’. Il n’y a pas de malédiction du pétrole qui tienne. Il n’y a malédiction que pour ceux qui n’ont pas pu faire bon usage des ressources que la nature leur a donné », a déclaré le chef de l’Etat. 

En effet, le président de la République de rappeler à son auditoire que dans le monde, il y a bien des pays qui sont des modèles de réussite et de gestion de leurs ressources.  Et donc, se demande-t-il, « Pourquoi devons-nous être dans le registre de la malédiction et non de bénédiction du pétrole».

A son avis, un destin plus reluisant est possible pour le Sénégal. «Si nous continuons cette discussion nationale, si nous renforçons la transparence dans la gestion de ces ressources (cela veut dire que ces ressources iront dans le développement réel du pays et au bénéfice des populations), il ne peut pas y avoir de malédiction», assure-t-il.

Cependant, le chef de l’Etat concède qu’il y a lieu de prévenir les risques. Car, explique-t-il,  les ressources gazières, pétrolières et minières créent de la convoitise. Laquelle met parfois le feu dans certains pays. «Des pays voudront semer la confusion entre les nations, parfois même financer une rébellion. On le sait. Financer des gens pour qu’ils prétendent au pouvoir suprême pour qu’après ils travaillent pour eux. Ce sont des risques, nous en sommes conscients, mais il faut aussi faire confiance au peuple sénégalais. Nous devons rester optimistes», a rassuré le chef de l’Etat. L'équipe nationale du Sénégal est arrivée ce mardi après-midi en Russie dans la ville de Kaluga pour prendre ses quartiers et entamer la prestigieuse compétition qui va démarrer le 14 juin.

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE







Pape Diop sur le soutien du PS à Macky : «C'est désolant et malheureux. Tanor Dieng a fait un mauvais choix... »

Bathily détruit Macky et son régime: «Les Séngalais veulent boire et manger...La construction des ministères n'est pas une priorité »

Pape Diop: « Moi président, je ferais un seul mandat de 5 ans pour redresser... »

Moussa Sow du MEER fait son bilan: «Sans moyens nous avons défendu le président Sall »

Bocar Diouf :«Tout ce qui est raconté contre le PRODAC et ses dirigeants n’est pas avéré...» Regardez

Monseigneur Ndiaye se prononce sur l'affaire Imam Ndao: « Pour rendre la justice, la conscience nous impose... »

Mgr Benjamin Ndiaye sermonne Macky et l'opposition: «il faut accepter de s’asseoir de s’écouter et de faire des propositions... »



exclusif.net, site politique pour l'Afrique