Menu

Le développement du Sénégal passera par le changement de nos comportements (Nicolas Silandibithe BASSENE)

Mercredi 17 Avril 2024

Dans un contexte difficile où le Sénégal, membre des 25 pays du monde les plus pauvres par la réalité économique et selon l’enquête de Numbeo publiée dans Business insider où on le retrouve en tête de liste avec 46.4 sur l’indice du coût de la vie faisant de lui le pays où le coût de la vie est le plus élevé en Afrique, le développement semblerait, sur une courte période, difficile à asseoir. De quoi admettre qu’il faudrait consentir plus sacrifices dans nos manières de faire, de voir et d’être pour un atteindre un niveau acceptable.


L’élection de Bassirou D N Faye a suscité euphorie chez beaucoup de sénégalais qui voient déjà leur avenir en rose. Autrement dit plusieurs sénégalais misent sur le « projet » pour améliorer substantiellement leurs conditions d’existence tout en occultant leur part de responsabilité tant personnelle que collective dans le processus du mieux vivre et du mieux-être. Mieux vivre ou mieux-être cela nécessitera de consentir beaucoup d’efforts qui passeront inéluctablement par le courage du changement: changement de mentalités et de comportement.
En effet, élire un président est une chose, mettre tous ses espoirs en lui en est une autre chose mais s’en approprier de sa vision et l’appliquer au quotidien serait la meilleure. Et ce Sénégal d’aujourd’hui est dans cette croisée de chemin. Soit nous admettons un changement radical qui n’est pas le déni des acquis positifs soit nous nous morfondons dans la continuité qui nous conduit directement au déluge comme pour dire « les mêmes effets produisent les mêmes résultats ».


Depuis les indépendances, les différents gouvernements nous ont fait rêver à travers un discours mielleux, nous ont fait miroiter par des plans, des programmes et des projets fabuleux venus d’ailleurs sans réellement impacter le vécu de plus de la majorité du peuple. Qu’est-ce qui expliquerait cela ? Que se passe-t-il réellement ? Sommes-nous condamnés à toujours demeurer pauvres ? N’avons-nous pas la capacité de faire bouger les choses ?


Répondre à cette kyrielle de questionnement serait difficile. Mais la seule chose qu’on doit admettre c’est l’échec bien qu’il soit maquillé par une communication de masse faisant croire le contraire avec des chiffres et des statistiques mirobolants. Cet échec trouve son pesant d’or par un manque de courage de changer nos mentalités et nos comportements de tous les jours.


Le changement de nos mentalités, une condition sine qua non du développement au Sénégal
Dans ce changement, celui de la mentalité est essentielle. La mentalité peut se définir comme étant un « ensemble des croyances et habitudes d'esprit d'une collectivité ». Au Sénégal, la politique politicienne, la corruption, le mensonge, le culte de la facilité, l’arrogance, la désacrilité du culte du travail, le non-respect des institutions, le non-respect de la parole donnée, la cupidité, le voyeurisme… ont fini par polluer tous les segments de la vie et pire à emprisonner les foyers religieux, lieux par essence d’enseignement des vertus. A cet effet, il est important de changer et cela par tous sans exception (du président au citoyen, du chef religieux au fidèle) pour développer notre Sénégal.


Au vu des scénarios néfastes et de l’atmosphère d’insuccès, les sénégalais doivent changer. Ils doivent poser des actes qui profiteront à la nation. Ils doivent avoir un esprit patriotique et interpeller chacun sur sa responsabilité dans la construction du pays. Cette responsabilité doit se manifester par son implication dans la vie du pays au quotidien. Chacun de nous doit prendre conscience qu’il a le devoir et le pouvoir de faire changer les choses à son niveau. Chaque citoyen doit penser au développement du Sénégal, doit aussi s’engager à refuser toute corruption (matérielle ou morale) et de fonder ses choix sur des motivations constructives et non sur des motifs purement égoïstes.
Egalement, nous devons changer nos modes de vie qui ne doivent plus être des slogans. Le changement est un grand chantier que seul le président et son gouvernement ne peuvent pas relever. Ce défi immense doit s’appliquer à tous sans distinction de statut avec fermeté et rigueur. Nos comportements se doivent d’être enracinés dans un environnement et dans une culture avec des règles collectives qui doivent être appliquées à travers une prise de conscience sous la dimension éthique.
En somme, le Sénégal est notre bien à tous d’où l’impérieuse nécessité de le développer pour nous-même d’abord et pour le futur ensuite. Le développement du Sénégal ne sera pas tributaire de ses ressources minières, pétrolières, gazeuses, et autres, de ses milliards qui seront injectés dans l’économie comme cela se fait mais l’émergence du pays prendra socle uniquement sur le changement collectif et individuel de comportements et de mentalités à toute épreuve de tous les sénégalais de tout bord.
« Osons le changement »
Nicolas Silandibithe BASSENE
 
Lisez encore

Nouveau commentaire :






AUTRES INFOS

Kabendou : Un marché central pour booster le développement socioéconomique

"Une fleur en hiver" : Adiouza enregistre à Paris

Hajj 2024 : Départ des premiers pèlerins depuis l'aéroport de Dakar

Anniversaire de Luchy Donald : Un message de gratitude et de foi

Elon Musk en route pour le rachat de "TikTok" : Un Nouveau pari audacieux

Tensions persistantes : La saga Samuel Eto'o-Minsep se poursuit

Nicki Minaj présente ses excuses suite à son interpellation aux Pays-Bas pour une affaire de drogue

Blockout : L'appel au boycott des stars non solidaires avec les Palestiniens gagne la France

Ligue 1 : Teungueth FC champion du Sénégal

Cote Ivoire : 80% des personnes LGBT+ victimes d'Homophobie


Flux RSS

Inscription à la newsletter