Menu

Le «ZiG», nouvelle monnaie du Zimbabwe

Samedi 4 Mai 2024

Depuis l’annonce, le 5 avril, de la Banque centrale concernant l’introduction d’une nouvelle monnaie destinée à remplacer le dollar zimbabwéen, le Zimbabwe Gold (ZiG) a connu une montée en puissance par rapport au dollar américain. Sur le marché officiel, le ZiG s'est apprécié de plus de 2 %. Cependant, en raison de l'importance de l'économie informelle au Zimbabwe et des difficultés liées à l'utilisation du ZiG, le marché parallèle conserve une influence significative : le ZiG s'y échange à 1 pour 20 dollars américains, alors que le taux officiel est de 1 pour 13.

Denford Mutashu, président de la Confederation of Zimbabwe Retailers (CZR), insiste sur la nécessité de renforcer les capacités des banques à fournir des devises étrangères aux entreprises. Il souligne que tant que ces dernières ne pourront pas obtenir de devises auprès des banques pour leurs besoins essentiels, le marché parallèle continuera à influencer les taux de change et les prix.

Les changeurs illégaux opèrent depuis des décennies sur le marché noir, bénéficiant de privilèges tels que l'accès à l'argent avant les marchés officiels. Même les entreprises légitimes, y compris les contractants du gouvernement, se tournent vers le marché noir pour leurs besoins en devises étrangères. La Banque centrale, en collaboration avec la police, a procédé à des arrestations pour "subversion de la monnaie", accusant les fraudeurs de tirer profit de la dépréciation du ZiG.

Lors de la présentation de la déclaration de politique monétaire en avril, le gouverneur de la Banque de réserve du Zimbabwe (RBZ), John Mushayavanhu, a promis de stimuler le taux de change en introduisant un système "acheteur volontaire-vendeur volontaire" sous l'égide des banques. Cependant, selon les entreprises, cette promesse n'a pas encore été tenue.

Le président de la Chambre nationale de commerce du Zimbabwe (ZNCC), Mike Kamungeremu, estime que si le marché interbancaire fonctionne comme prévu, les problèmes liés aux devises étrangères pour les entreprises seront résolus. Cependant, il constate que certaines banques n'ont pas encore commencé à fournir les devises demandées par les entreprises, ce qui suscite des inquiétudes.

Selon Kamungeremu, il est crucial que les banques travaillent en étroite collaboration avec la RBZ pour garantir un approvisionnement adéquat en devises étrangères pour les entreprises, ce qui réduirait leur dépendance vis-à-vis du marché noir.

Bien que le ZiG se renforce sur le marché officiel, certaines entreprises informelles ont profité de l'occasion pour acheter en gros auprès d'entreprises formelles, entraînant des achats de panique. Toutefois, selon l'économiste Brains Muchemwa, une pénurie de produits de base reste peu probable grâce à la robustesse du secteur informel qui détient une quantité significative de dollars américains, protégeant ainsi l'économie des fluctuations des marchés formels.
Lisez encore

Nouveau commentaire :






AUTRES INFOS

Kabendou : Un marché central pour booster le développement socioéconomique

"Une fleur en hiver" : Adiouza enregistre à Paris

Hajj 2024 : Départ des premiers pèlerins depuis l'aéroport de Dakar

Anniversaire de Luchy Donald : Un message de gratitude et de foi

Elon Musk en route pour le rachat de "TikTok" : Un Nouveau pari audacieux

Tensions persistantes : La saga Samuel Eto'o-Minsep se poursuit

Nicki Minaj présente ses excuses suite à son interpellation aux Pays-Bas pour une affaire de drogue

Blockout : L'appel au boycott des stars non solidaires avec les Palestiniens gagne la France

Ligue 1 : Teungueth FC champion du Sénégal

Cote Ivoire : 80% des personnes LGBT+ victimes d'Homophobie


Flux RSS

Inscription à la newsletter