Menu

La contradiction serait-elle un concept bien Sénégalais ? (Par Bacary Seck)

Mardi 21 Septembre 2021

Depuis quelques années, la situation politique sénégalaise prend une tournure inquiétante. N'étant plus seulement la chasse gardée du parti au pouvoir et de l'opposition, un certain activisme s'y est invité en plus des citoyens qui s'expriment à travers les réseaux sociaux. L'inquiétude ne réside pas dans le fait que maintenant les acteurs qui s'affirment soient de plus en plus nombreux, mais c'est surtout de la manière dont ils procèdent, et qui le plus souvent est faite de contradictions.

✓ Du pouvoir

Le pouvoir est détenu par l'Alliance Pour la République de SEM Macky Sall et de la coalition qui le soutient ( Benno Bokk Yaakaar). Après son accession à la Magistrature Suprême, un certain espoir nacquit, espoir né après la désillusion infligée au peuple, par le Parti Démocratique Sénégalais ( qui venait de perdre le pouvoir). Le premier gouvernement mis en place, de par son travail et les résultats obtenus, avait fini de séduire le peuple ( mis à part quelques couacs, ce qui est tolérable pour des nouveaux). Seulement, à partir de 2017, certaines pratiques vont s'inviter dans cet élan vers l'émergence. Et nous allons assister à des remous qui vont briser cet élan, remous nés de la volonté de certains à vouloir "écarter pour écraser" ceux qu'ils ne pouvaient pas mater. Les "faucons du Palais", comme on les appelle familièrement, vont à force de magouilles et de coups bas, pousser le Président Macky Sall à se départir de certaines pontes de la République. Beaucoup de ministres, ayant fait des résultats, ont été défénestrés qui pour leurs bisbilles avec un membre de la famille présidentielle, qui pour leur manque de base politique. Mais, est-ce avoir une base politique qui développera notre pays? That is the question.


Quelques mois plus tard, une affaire de faux billets va éclabousser la République. Ce trafic illégal de devises, avec à son cœur un député de la mouvance présidentielle, va faire un tollé. Et jusqu'au moment où nous écrivons ces lignes, cette histoire n'a pas connu son épilogue car après seulement quelques jours d'incarcération ( après qu'il ait été reconnu coupable) cet homme hume l'air de la liberté. Nous passons outre les allégations concernant le pétrole Sénégalais ( car rien de plausible n'a été mis sur la table à part des gémissements puériles). Et nous voilà maintenant en face de représentants du peuple qui, au lieu de défendre dignement les populations qui les ont élus, profitent de leur position pour s'adonner à un trafic de visas. Pourquoi l'hémicycle tarde à leur ôter leur immunité pour que la justice soit faite? L'Assemblée Nationale n'a pas besoin d'une éternité pour le faire. Il suffirait juste d'une toute petite convocation. Mais....

✓ De l'opposition

L'opposition sénégalaise férue des scandales n'a jamais tardé à faire des sorties pour réclamer la justice concernant ces problèmes de trafic de devises, de visas et autres... Elle est dans son droit d'exiger que la lumière soit faite. Cependant... ne procède t-elle pas à une politique du "deux poids, deux mesures"? ( comme d'ailleurs le fait le gouvernement).


Dernièrement, des activistes, membres d'un groupe de Sénégalais bien connus, se sont adonnés à un trafic de faux papiers et autres. Ils ont été reconnus coupables des faits et envoyés en prison. Mais, ce que nous fustigeons, est le fait que les membres de cette opposition ( qui demandaient à ce que les gens de la mouvance présidentielle qui s'étaient adonnés aux mêmes pratiques reprochées aux activistes soient traduits en justice et punis conformément à la loi) sont sortis pour soutenir les activistes. Paradoxal! Vouloir combattre un système, des gens de ce système, pour soi-disant libérer le peuple, et soutenir des gens qui font les mêmes pratiques que ce même système? Quel manque d'altruisme! Ils avancent la thèse d'un complot alors que ces gens se sont rendus coupables à force de vouloir se faire de l'argent et facilement. 



L'opposition vient de perdre une occasion en or de démontrer leur attachement à ce peuple qui, pour la plupart, commençait à voir en eux un nouvel espoir. Avec leur précipitation à vouloir coûte que coûte jeter le discrédit sur le Chef de l'État et sur son gouvernement, elle ( l'opposition) vient  sérieusement d'hypothéquer son avenir. Bien entendu, cet avenir était déjà compromis par leur division en plusieurs entités, ce qui fait naturellement l'affaire du parti au pouvoir. Dommage qu'elle ne dispose pas de l'intelligence qu'on voudrait lui prêter car la contradiction qu'il y a entre ce qu'elle voudrait que les gens croient et ce qu'elle fait en soutenant des délinquants, présage d'une gestion calamiteuse des affaires si jamais l'un d'eux arrivait au pouvoir.

✓ De l'activisme et des réseaux sociaux

Un nouvel concept, l'activisme, né aux alentours des années deux mille, est en train de gagner du terrain. Les tenants de ce courant, font croire aux Sénégalais qu'ils sont là pour eux. Or, d'après les derniers événements que tout le monde connait, il se trouve que rien de tout cela n'est vrai. Ces gens utilisent en réalité la détresse des Sénégalais pour se faire un nom et de l'argent. Ce qui a conduit deux d'entre eux à aller en prison.


Ils prônent un nouveau langage qui est en train de donner une nouvelle tournure à la politique : le langage irrespectueux. Ces gens ne respectent rien ni personne, ils n'ont que faire des institutions républicaines qu'ils insultent à tort et à travers. " Une pomme de terre pourrie dans un sac finira par pourrir le sac en entier". Et c'est ce qui arrive quand nous jetons un coup d'œil dans les réseaux sociaux. Les propos malsains, les insultes y font profusion. Les insanités verbales ont pris la place des débats d'idées qui devraient permettre de trouver une solution à tout problème. Si c'est cela le nouveau type de Sénégalais, franchement, nous ne sommes pas encore sortis de l'auberge car ce n'est pas cela qui pourra faire éclore les idées pour développer le Sénégal.

✓ Du respect

Il est clair que respecter les gens c'est savoir, quelle que puisse être la situation et les enjeux, parler correctement, se garder d'entrer dans la vie privée des gens, veiller à l'impartialité de la loi, donner toute la bienséance qui sied aux autorités ( même si l'on n'est pas d'accord avec certaines de leurs décisions et pratiques) et surtout veiller à ne pas inculquer à nos enfants, nos neveux, nos frères une éducation et des attitudes chaotiques et chaoteuses. Cette nouvelle manière de faire de la politique ne nous honore pas! Voilà le véritable combat qui vaille d'être mené. Il est évident que la liberté d'expression est essentielle dans un pays qui se veut démocratique, mais quelle liberté? Est-ce celle là qui consiste à bousculer nos valeurs cardinales du "kersa"? de la "soutoura"? Ou encore celle là qui interdit les insultes de peur que les enfants les reprennent? Non! Nous ne pouvons et ne devons en aucun cas cautionner ces actes répréhensibles. La structuration de notre société ne nous le permet pas. 
Lorsque des gens, par leurs pratiques, ont choisi librement d'enfreindre la loi, la seule alternative qui vaille est de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur. Arrêtons de crier "Au complot" pour embobiner l'opinion et assumons pleinement nos actes, quel que puisse être le camp où l'on se trouve. 

Un peu de respect pour le peuple quand-même !

Bacary Seck, membre de la Cellule Républicaine d'Information et de Communication ( C.R.I.C)
RED



AUTRES INFOS

Dieuppeul-Derkle : La COJER distribue des kits scolaires aux établissements scolaires

Gamou à Kaolack : Abdoulaye Khouma gâte les détenus

La belle actrice Ndeye Diarra de la série « Allô DG »

Gamou de Bessire: Le village de Sonko rejette l'argent de Doudou Ka

UCAD : Grosse réforme pour l’accès au campus

Matam :Le feu ravage des champs d’arachide et de niébé

Maouloud 2021 : Abdoulaye Diouf Sarr appuie les familles religieuses

TV& RADIOS

La grosse révélation de Doudou Ka :«Le prénom du candidat de Macky à Ziguinchor commence par D..»

L'activiste Ivoirien, Tingué Foué aux dirigeants Africains : "Il faut revoir vos comportements"

L'activiste Cheikh Ousmane Diallo :"Que Macky Sall sache qu'il a désormais une jeunesse consciente devant lui ..."

Des jeunes de l'APR Dakar-Plateau vilipendent Yaham et Salihou Keika "Ils passent tout leur temps à piailler dans les médias alors qu'ils ne foutent rien..." (Vidéo)

Pape Abdoulaye Touré : "Au Sénégal quand vous êtes dans le camp de Macky Sall, vous pouvez tuer et voler sans être inquiété"

Enclavement de la commune de Mery: l'association "Fédé sousbé Felitebé" dénonce l'attitude "irresponsable" du maire (Vidéo)

Attaque contre Pastef à Ziguinchor: Doudou Ka « perd » l’estime des internautes



Recherche