Menu






Justice "équitable" : Quand les collaborateurs du ministre Malick Sall parlent sans convaincre

Vendredi 24 Juin 2022

Le fait que des responsables de  Benno Book Yaakaar malgré leurs fautes ne sont jamais inquiétés par la justice a poussé plusieurs Sénégalais d'avoir un oeil très négatif envers notre justice... Surtout quand Macky Sall, président de la république est allé jusqu'à dire qu'il a mis  son coude sur certains dossiers. C’est à travers une déclaration lue par le magistrat Yakham Lèye, portant la parole du ministère de la Justice, que les collaborateurs du ministre Me Malick Sall sont sortis de leur mutisme pour se faire entendre. 

 "Et c’est pour rappeler que ‘’depuis son accession à la souveraineté internationale, notre pays s'est distingué parmi les nations les plus stables en Afrique et dans le monde. Malgré la survenance, par moments, de tensions politiques sporadiques, il est important de relever que le peuple sénégalais, et la classe politique, en particulier, ont toujours su surmonter les divergences de vues, pour préserver l'essentiel, à savoir, cette volonté de vie commune qui a été et qui doit demeurer l'essence et le ciment de notre Nation.

 L'État du Sénégal s'est ainsi illustré, et depuis longtemps, comme l'une des démocraties les plus inclusives, notamment par son attachement à la liberté d'association et d'expression érigée en droit fondamental par la Constitution, mais également son option assumée pour le pluralisme politique. Pour préserver cet acquis, dont tout observateur attentif sait qu'il n'est jamais irréversible pour aucun État, il doit veiller à ce que les instruments de la démocratie ne soient pas utilisés contre la démocratie, en devenant le prétexte à des attaques violentes contre les institutions de la République, les citoyens et leurs biens.

 ‘’le prétexte à des attaques violentes contre les institutions de la République’’

 L'exercice de ces droits, constitutionnellement garantis, obéit à un certain nombre de règles auxquelles, aussi bien l'État que le citoyen demeurent soumis ; le premier ayant l'obligation de veiller à leur effectivité, tout en préservant l'ordre et la tranquillité publics, le second devant tenir compte des limites que lui impose la loi, seule expression de la volonté générale dans une démocratie représentative. La loi étant impersonnelle et générale, nul ne saurait s'en affranchir, pour quelque motif que ce soit, au risque de compromettre la paix et la concorde sociales ou de mettre en péril la vie d'honnêtes citoyens et la propriété d'autrui. Toute personne a le droit de contester une décision, qu'elle soit administrative ou judiciaire, et la loi a aménagé des procédures diverses et appropriées pour garantir à tout citoyen qui le souhaite, le recours à une juridiction ou autorité judiciaire indépendante.

 La justice, à l'image des autres institutions Constitutionnelles, n'est pas épargnée par les coups de boutoir. Elle reste pourtant le gage d'une paix durable et d'un environnement socio-économique serein; elle constitue le dernier rempart de l'État de droit, la gardienne des libertés. Nul n'a intérêt à l'affaiblir, et tous devraient contribuer à la soutenir et la renforcer. Elle est l'incarnation de l'équilibre entre la puissance de l'État et l'exercice des libertés individuelles et collectives, mais aussi le garant de l'effectivité de la règle de droit et du respect, par chaque individu, des droits et de la propriété d'autrui.

 ‘’L'obéissance à la loi et le respect de l'autorité de l'État sont des exigences’’

 La justice ne peut pas et ne doit pas être distribuée au gré de surenchères médiatico-politiques ou des besoins contingents de quelques personnes, quel que soit le bord où elles se situent. Elle doit demeurer intransigeante par rapport aux principes qui la gouvernent. Elle ne cherche ni à plaire, ni à déplaire et ne saurait non plus être intimidée ou distraite. L'obéissance à la loi et le respect de l'autorité de l'État sont des exigences aussi légitimes que l'est l'exercice des libertés et des droits fondamentaux. L'un ne peut pas aller sans l'autre et nul doute que la Justice saura veiller à leur effectivité sans que cela ne puisse, d'une quelconque manière, compromettre l'ordre public ou la tranquillité des citoyens. Cet équilibre est une quête permanente et la Justice est le seul mécanisme apte à en garantir la pérennité’’.

 Une déclaration faite à l’intention des acteurs politiques, de la société civile sénégalaise, entre autres. Pendant ce temps, des responsables de l'APR menacent et insultes des honnêtes citoyens sans étres inquiétés...




avec dakaractu
R

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 12 Août 2022 - 22:47 POUR QUE NUL NE L’IGNORE



AUTRES INFOS

KOLDA : La mairie met à la disposition des artistes un studio d'enregistrement

Mariage Fama et Edou : La réaction de Ya Awa Rassoul

NÉCROLOGIE : Décès du guide religieux El Hadj Malick Cissé Djing

Immigration clandestine : 13 étudiants de l’IAM disparaissent à Toulouse

Transfert d'argent : Outaz Sall salue l'arrivée de " Kpay "

Coupe du monde 2022 : Coup de théâtre, le Sénégal ne jouera pas...

Infertilité masculine: les véritables causes...

La veuve de DJ Arafat, Carmen Sama secoue la toile avec sa nouvelle vidéo

Lutte avec frappe : Balla Gaye 2 bat Gris Bordeaux.

Fantasia Barrino Taylor : "Je pensais que c'était Trump"


Flux RSS

Inscription à la newsletter