Exclusif.net, la vérité
Accueil
Envoyer à un ami
Partager

Hélène Tine à Awa Ndiaye : « moi, je ne traîne pas de casserole… Une transhumante ne doit pas diriger… »

Dimanche 20 Août 2017

L’affaire est verrouillée depuis une dizaine de jours, mais c’était compter sans nos informateurs réputés perspicaces. 
En effet, la dernière réunion de la Commission de protection des données personnelles (Cdp) a été houleuse, et pour cause : la présidente Mme Awa Ndiaye et Hélène Tine, qui représente l’Assemblée nationale dans cette commission, se sont violemment crêpé le chignon. Selon nos sources, elles ont même failli en venir aux mains.
En clair, tout a commencé lorsque Mme Ndiaye a notifié à la parlementaire la perte de sa qualité de commissaire dès lors que l’ex-colistière de Serigne mansour Sy Jamil est déchue de son mandat de député. 
Niet catégorique de Mme Tine qui vient assister à la réunion des commissaires comme elle le fait depuis quatre ans. Inutile de souligner que sa présence a généré une montée d’adrénaline dans la salle.    
Il s’ensuit un échange de propos aigres-doux. A l’occasion, Hélène Tine aurait traité Awa Ndiaye de « transhumante » et celle-ci aurait, en guise de réponse, débité des insanités à l’endroit de l’ex-porte-parole de l’Alliance des forces de progrès (Afp). 
Jointe au téléphone par nos soins, ce samedi, Hélène Tine confirme ce qui précède et enfonce un coin dans l’arc : 
« Voici ce qui s’est passé : mon mandat à la Commission de protection des données personnelles est valable tant que la nouvelle législature n’est pas installée. Awa Ndiaye n’a même pas attendu que le Conseil constitutionnel valide les résultats issus des Législatives du 30 juillet pour essayer de me décharger. Plus grave : avant la réunion, on a échangé au téléphone et elle s’est défaussée sur son assistante en disant que c’est elle qui m’a notifiée la fin de mon mandat. Comment une assistante peut-elle décharger une commissaire avec toute la dignité qui s’attache à notre mission de député ? Pourtant, même son équipe a confirmé que c’est elle, et non son assistante, qui est derrière la mesure. En réalité, je dérange Awa Ndiaye, parce que moi je ne traîne pas de casserole. On ne m’a jamais entendu dans des histoires de « Kuddu » (cuillère). On n’a pas la même trajectoire politique et on ne partage pas les mêmes valeurs ». 
Poursuivant son propos, Hélène Tine ajoute : « Quand on se battait pour que Wade quitte le pouvoir, ce n’était pas pour qu’on promeuve des femmes comme Awa Ndiaye. Elle se faisait appeler « bajeen » de Karim Wade. La Commission de protection des données personnelles est une institution trop sensible et elle ne doit pas être dirigée par une personne à la moralité d…. Je sais qu’il y a des personnalités de valeur que je respecte. Le problème, c’est la présence de Awa Ndiaye à la tête de la commission» 
 « Et vous voulez que les gens n’insultent pas à travers le net avec de tels profils à la tête des institutions sérieuses ?», s’interroge-t-elle.     
« Il faut qu’elle comprenne que la commission n’est pas une section de l’Apr », clôt Mme Tine, toutes griffes dehors.     
N.d.l.r. : Toutes nos tentatives d’entrer en contact avec Mme Awa Ndiaye sont restées vaines. Toutefois, nos colonnes lui sont grandement ouvertes pour toute précision relative à ce qui est mentionné supra.
.