Exclusif.net, la vérité

Frontière Sénégalo-Gambienne: une députée arrêtée avec deux barils de bain mystique


Rédigé le Dimanche 28 Mai 2017 à 17:50



Pour se faire réelire, certains hommes politiques ( parfois des femmes aussi ) sont prêts à tout. Cette députée de Touba a prouvé que sa réélection dépendait plus de son charlatan Gambien que de son travail abattu au nom des Sénégalais et pour les Sénégalais durant la douzième législature. En effet, nos radars nous confient qu'elle a été arrêtée et sommée par des douaniers d'ouvrir les barriques dissimulées à l'arrière de son véhicule. La scène s'est produite non loin de  la frontière Sénégalo-Gambienne. 

Refusant d'obtempérer sans l'aval de son marabout momentanément injoignable au téléphone, elle a été obligée de faire une escale forcée. Son bienfaiteur lui fera savoir qu'il n' y avait pas péril en la demeure si les barriques étaient ouvertes. À la surprise générale, il n'y avait que du ''saafara'' ou '' eau bénite '' par un féticheur ( pour ce cas-ci ). 

L'histoire court déjà les foyers religieux de Touba. L'on nous signale que son objectif premier est de figurer sur les listes, passage obligé pour regagner le chemin de l'Assemblée nationale.
 Dakaractu.com



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Octobre 2020 - 11:58 Côte d'Ivoire: Un commissaire de Police assassiné


Facebook

Charlie Hebdo provoque la Turquie avec une carricature de leur président de la république

Casa Sport: Levée des sanctions contre certains supporters du comité "Allez Casa"

Ziguinchor: Le président du "Casa Sport" dévoile les grands projets du club

KAWTEF – Ndella Madior Diouf : « Goor Bouy Barame…. Da Wara Dagg Ay Wéwam Sinon Plaisir $Exuel Dou Ame… »

L'actrice Bidew célèbre son anniversaire avec un message émouvant

Vidéo: Les images satellites de l'explosion d'une pirogue au large de Dakar

Free déçoit déjà: Son internet mobile ne marche pas

Boycott des produits français: Le président du Medef appelle les entreprises à "résister au chantage"

Nécrologie: La journaliste Awa Dabo est décédée

Ziguinchor: Les journalistes à l'école de la "non violence"