Exclusif.net, la vérité

FRANCOPHONIE 2014: un chèque d'un milliard 60 millions disparaît


Rédigé le Mardi 30 Mai 2017 à 11:37


Francophonie 2014


FRANCOPHONIE 2014: un chèque d'un milliard 60 millions disparaît
Les sommets se suivent et se rassemblent. Alors que qu’on n’a pas fini de parler du Festival Mondial des Arts et Nègres (FESMAN), celui de la Francophonie se signale avec son lot important de casserole.
 
Selon le  nouveau quotidien Dakar Times, qui a consacré son premier numéro sur ce sommet qui a vu le départ du président Abdou Diouf, 1 milliard 60 millions sont introuvables dans les lois de finance de 20114. Il s’agit d’un don  du Maroc pour faire face à certaines inhérentes à l’organisation de cet évènement. Selon toujours le Canar de Mouth Bane, ces fonds devraient servir à l’acquissions de matériels de sécurité pour un montant de 475 millions et à l’hébergement de certaines délégation pour la somme de 585 millions. Ce n’est pas fini Dakar Times  nous révèle que d’autres pays ont pays ont également fait des dons qui demeurent introuvable dans les lois de finances de cette année. Selon les sources du journal, l’IGE aurait commencé à fouiller sur cette affaire.    



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Octobre 2020 - 22:18 Trois autres proches de Macky limogés


Facebook

Charlie Hebdo provoque la Turquie avec une carricature de leur président de la république

Casa Sport: Levée des sanctions contre certains supporters du comité "Allez Casa"

Ziguinchor: Le président du "Casa Sport" dévoile les grands projets du club

KAWTEF – Ndella Madior Diouf : « Goor Bouy Barame…. Da Wara Dagg Ay Wéwam Sinon Plaisir $Exuel Dou Ame… »

L'actrice Bidew célèbre son anniversaire avec un message émouvant

Vidéo: Les images satellites de l'explosion d'une pirogue au large de Dakar

Free déçoit déjà: Son internet mobile ne marche pas

Boycott des produits français: Le président du Medef appelle les entreprises à "résister au chantage"

Nécrologie: La journaliste Awa Dabo est décédée

Ziguinchor: Les journalistes à l'école de la "non violence"