Menu




Émigration clandestine, un mal pas si nécessaire (Par Diaw Fara )

Vendredi 20 Novembre 2020

Recrudescence, hécatombe, catastrophe, les mots me manquent pour exprimer mes sincères sentiments et condoléances aux familles éplorées des victimes de l'émigration clandestine. Qu'est-ce qui n'a pas bien fonctionné pour qu'on en arrive là avec un sentiment suicidaire chez nous les jeunes.

Désespoir ? Dépit ? Fracture sociale ? tellement d'éléments à prendre à compte si on veut vraiment arrêter cette hémorragie macabre, on connaît tous les débuts de ces traversées mais on a du mal à y mettre un point pour fermer cette sombre période.  Je m'incline devant les mémoires de ces milliers et centaines de morts dont leur seul tort a été de vouloir sûrement un avenir meilleur mais l'est-il vraiment ailleurs loin de chez soi ?


Hélas on n’aura jamais cette réponse car c'est une roulette russe soit ça passe soit ça casse, si je peux même conseiller ne serait-ce qu'une personne afin qu'elle puisse rester et vivre dignement en lieu et place de mourir humiliée alors je le ferais car nous vivons tous les mêmes drames. Ce Sénégal tant chanté mais qui prend un virage bizarre tant sur les projets gouvernementaux en faveur pour la promotion et l’employabilité des jeunes la plupart devraient être audités car il est inadmissible qu'en 2020, on parle de milliards pour les jeunes dans l'emploi et l'on se retrouve avec des jeunes sous terre. Il faut des réponses et vite et éviter de politiser ce drame national aussi en respect aux morts, on doit se poser les bonnes questions et trouver ensemble des solutions car la fracture sociale est plus que béante et la relation entre les politiques et leurs administrés est devenue fantomatique pour ne dire quasi-inexistante. Une nouvelle approche serait la bienvenue car à ce rythme, il faut oser le dire on va droit vers le mur.


En espérant des choses nouvelles des deux côtés, des jeunes qui reviennent à de meilleurs sentiments, des politiques qui enfin s'engagent en faveur de leurs populations et non militants enfin on pourra aller vers le fonds du sujet car l'émigration clandestine ne risque pas de s'arrêter du jour au lendemain avec une baguette magique. Il est peut-être l'heure de diluer le vin et d'y mettre un peu d'espoir pour cette jeunesse qui ne fait que subir et se sentir à l'étroit chez soi avec un sentiment de désolation et de rejet, on a besoin de tout le monde dans ce combat et c'est seulement ensemble que nous vaincrons sinon on va rester là à continuer le décompte macabre dans les prochaines semaines sans être alarmiste.

Adama DIAW dit Diaw Fara 
Jeune Sénégalais 
Membre de l’APR





Inscription à la newsletter

TV& RADIOS

Zodwa Wabantu: « Si un homme ne dort pas après avoir fait l’amour croyez-moi, vous avez échoué en tant que femme »

L'adjointe au maire Diénéba Dabo: «Si on veut que l'émigration clandestine cesse, il faut donner aux gens les raisons de rester »

Idrissa Seck révèle son "deal" avec Macky: "En route pour 2035 et au-delà"

Pr Moussa Baldé sur le prix du KG d'arachide fixé à 250 FCFA:" Le président Sall vient de monter, qu'il faut d'abord l'émergence du monde rural..."

Une nouvelle vidéo: Le fils d'IBK se fait masser par des pro&tituées