Démenti de la police française: "L'assassinat de Mamoudou Barry n'a aucun lien avec la finale..."

Dimanche 21 Juillet 2019

Un enseignant, Mamoudou Barry, 31 ans, d’origine guinéenne, a été agressé par un piéton à Rouen, alors qu’il circulait en voiture avec sa femme, dans la soirée de vendredi 19 juillet, rapporte « Paris Normandie ». « Il était arrêté à un feu rouge, quand il a eu une discussion houleuse avec un piéton », indique une source judiciaire au quotidien régional.

Agressé et gravement blessé, son agresseur a pris la fuite -, il a été transporté au CHU, où il est mort samedi de ses blessures. La victime était un enseignant-chercheur, travaillant depuis plusieurs années à l’université de Rouen. Il venait juste de soutenir sa thèse de doctorat en droit, indique l’institut de recherche Thinking Africa, dont il était membre.

L’agression a eu lieu avant le début du match de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2019), et beaucoup de commentaires sur les réseaux sociaux ce dimanche font le lien – l’Algérie jouait contre le Sénégal – et qualifient cet homicide de crime raciste.

« Paris-Normandie » indique que l’on ignore pour le moment s’il y a un lien avec le match de football, mais cite des médias guinéens et des membres de la communauté guinéenne en France, qui assurent que l’agression était raciste et que le meurtrier était un supporter algérien. Les versions varient – la victime serait tombée violemment au sol, ou aurait été frappée sur le crâne avec une bouteille en verre.

Le procureur de la République de Rouen, Pascal Prache, n’a pas communiqué sur les détails de l’affaire. Une source proche du dossier citée par le quotidien déclare « pour le moment le caractère raciste de l’agression n’est qu’une rumeur. Rien ni même des témoignages ne vient pour le moment accréditer cette thèse. »

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE










Recherche