DEMOLITIONS A TIVAOUANE PEUL: les victimes vilipendent le maire et demandent l’assistance de Macky Sall

Lundi 25 Septembre 2017

Les victimes des démolitions à Tivaouane Peul ne comptent pas reculer. Hier, ils ont organisé une réunion d’information et de coordination où elles ont dessaisi du dossier le maire Momar Sokhna Diop. Elles demandent plutôt au chef de l’Etat de réagir rapidement en vue d’un règlement définitif de ce problème.
4 mois après les démolitions de maisons à Tivaouane Peul par la Dscos, les victimes regroupées au sein d’un collectif sont toujours sur le pied de guerre. Pour le collectif des victimes, le maire de la commune est l’origine de tous leurs malheurs. « Momar Sokhna Diop, après avoir commis son forfait, il se cache quelque part dans la capitale. Car nous avons organisé une greve de la faim, mais il n’a pas fait le déplacement pour regler nos problèmes. Nous sommes au courant de ses agissements avec certains promoteurs pour nous arracher nos terrains mais on fera face », tonne Papa Khaly Gueye.
 
 Ce dernier de nous confier que solutions sont en train d’étre trouvées grâce à l’implication du président de la république. « Nous avons rencontré des émissaires du président Macky Sall, qui nous ont révélé, que deux sites ont été déjà choisis pour nous replonger. Il s’agit de Sipress 40ha et le site qui se situe entre Niague et Tivaoune Peul qui une superficie de 40 Ha. » Le collectif soupçonne certains promoteurs comme la Sipress de faire main basse sur leur terre avec la complicité de la mairie.  Ce n’est pas seulement la Sipress mais, il y’a la CSE, qui prétend avoir acquis des hectares sur des terrains dont leurs propriétaires avaient déjà les délibérées et les demandes de bail
 
Face aux caméras, le porte parole du jour révélé que le président de la république serait contre l’acte de la gendarmerie et des sanctions sont appliquées. « Des enquêtes seront faites et toutes des personnes impliquées dans cette affaire seront lourdement sanctionnées.»
 
Pour l’heure les victimes ont mis à frigo leur grève de la faim pour enfin permettre au chef de l’Etat de résoudre leur problème. Toute fois d’autres voix s’élèvent pour demander de bien diligenter ce dossier. « Nous avons bien apprécié le traitement du dossier de la cité Tabago. Nous pensons que nous méritons aussi cette faveur voire plus. On doit d’être indemnisé parce que nous avons tous des papiers légaux et nous ne sommes pas des usurpateurs. »

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE










Recherche