Algérie : inquiétude dans l’armée, un autre Général-Major en fuite

Mardi 14 Mai 2019

Le général-major Chérif Abderrazek, ancien chef de la 4e région militaire, en visite médical en France est en fuite. C’est le second très haut gradé de l’Armée nationale populaire à s’exiler sous la contrainte de Gaïd Salah. Une situation qui commence à inquiéter les sécuritaires algériens. Le général-major Chérif Abderrazek est en fuite. Parti en France pour des raisons médicales, il refuse de retourner en Algérie par crainte de se retrouver en prison comme c’est actuellement le cas avec l’ex-chef de la 2e région militaire, le puissant Saïd Bey, ancien commandant de la 2e région militaire actuellement à la prison de Blida. Au même titre que le général-major Habib Chentouf, parti lui aussi en France pour des raisons de santé avant de demander l’exil dans un autre pays européen, Chérif Abderrazek, limogé en août 2018, lors de la première purge des sécuritaire, ne compte pas revenir en Algérie. Abderrazek fait partie des 5 généraux-majors limogés et mis en prison par Gaïd Salah à l’époque avant que le président Bouteflika ne les libère des jougs du général. Ce qui, manifestement, n’avait pas plus à Gaïd Salah à l’époque des faits et qui montre clairement que c’est lui qui tirait les ficelles lors de la première purge des sécuritaires. La situation actuelle lui donne parfaitement raison. Depuis quelques semaines, suite à la destitution du président Abdelaziz Bouteflika, le nouvel homme fort du pays, le général de corps d’armée Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée algérienne, a entrepris une nouvelle purge au sein de l’appareil sécuritaire du pays. Outre le limogeage des généraux en activité, cette nouvelle purge se caractérise par des arrestations de hauts gradés et leur emprisonnement. C’est le cas du puissant général-major Saïd Bey, qui séjourne actuellement en prison. De même, les généraux-majors Athmane Tartag, dit « Béchir », patron du DRS et conseiller du président destitué Bouteflika en charge de la coordination des services de sécurité, et le puissant ancien patron du DRS le général-major « Toufik » séjournent actuellement en prison accusés « d’atteinte à l’autorité de l’armée » et de « complot contre l’autorité de l’Etat ». Et la purge continue. Dernier en date, le général retraité Hocine Benhadid a été arrêté hier, dimanche 12 mai, et placé sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach à Alger. Très critique envers Gaïd Salah, qu’il a accusé d’être à la solde d’un pays étranger, Benhadid qui avait séjourné en 2015 en prison pour «entreprise de démoralisation de l’armée» risque gros cette fois-ci. Reste que la présence de deux généraux-majors à l’étranger pose des problèmes à Gaïd Salah, qui souhaite museler l’armée pour assoir son plan de diriger la transition politique en Algérie, comme c’est actuellement le cas. La crainte est d‘autant plus grande que ces deux hauts gradés de l’armé algérienne connaissent beaucoup sur les dessous du fonctionnement du haut commandement de l’armée algérienne et pourraient rompre le silence pour révéler des dossiers compromettants. De plus, ayant dirigé des régions militaires importantes, ces généraux-majors ont leurs propres réseaux au sein de l’armée et pourraient, en coordonnant avec ceux des généraux limogés et arrêtés, torpiller le plan de Gaïd Salah, surtout que le peuple algérien a clairement signifié son opposition à la transition forcée que souhaite mener le « Général-Président ». Selon Maghreb Intelligence, « des services étrangers auraient d’ores et déjà tenté d’approcher ces deux généraux algériens pour en savoir plus sur leurs intentions vis-à-vis de l’actuel premier commandant de l’armée algérienne, Ahmed Gaïd Salah ».

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE










Recherche