Alerte sur l’utilisation du Paracétamol

Mercredi 10 Juillet 2019

​L'Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) de la France a jugé nécessaire de sonner l’alerte sur les dangers de l’utilisation abusive de Paracétamol. La structure assimilée au ‘’gendarme du médicament’’, entend d’ailleurs obliger les laboratoires à inscrire un message d'alerte "Surdosage = danger", sur toutes les boîtes de médicament contenant du paracétamol. Et ce, dans un délai de neuf mois, ont annoncé beaucoup d’organes de presse français.



 
Et s’il est relevé que plus d’un milliard de boîtes de médicaments contenant du paracétamol Doliprane, Fervex, Dafalgan, entre autres, sont vendus chaque année rien qu’en France, l’Ansm a trouvé urgent que des mesures de prévention soient prises pour protéger les consommateurs de ces produits pharmaceutiques. C’est donc conscient qu’il existe véritablement un ‘’problème de surdosage que ladite agence a annoncé, dans les colonnes du ‘’Parisien’’ et à ‘’France Bleu’’ sa volonté d'imposer un nouveau logo pour rappeler les risques du non-respect de la posologie.
 
 
’C'est un véritable enjeu de santé publique"
 

Les laboratoires devront, ainsi, inscrire dans un délai de neuf mois, la mention "Surdosage = danger. Dépasser la dose peut détruire le foie" en lettres majuscules rouges et est surmontée d'un triangle d'alerte, à l'avant des quelque 200 boîtes de médicaments contenant du paracétamol. Le gendarme français du médicament a également fait part de sa volonté d’imposer un rappel des "bonnes pratiques" à l'arrière, expliquait hier, dans les colonnes du ‘’Parisien’’ son directeur général Dominique Martin.
 
Pour les consommateurs de ces produits, invite leur a été faite d’espacer les prises d'au moins quatre heures ; de ne pas dépasser trois comprimés par jours sans avis médical ; de ne pas prendre d'autres médicaments contenant du paracétamol. Autant d'indications qui ne sont pas toujours suivies par le consommateur. Une consommation abusive qui fait qu’elle est la première cause de greffe de foie d'origine médicamenteuse. D’après l’Ansm, les risques de surdosage ne sont pas assez pris en compte, notamment en automédication. "Avec une consommation normale, il est un médicament sûr et efficace. Mais en surdosage, il est la première cause de greffe hépatique d'origine médicamenteuse", alerte Dominique Martin.
 
Une surdose, peut détruire totalement un foie entre 24 et 48 heures
 
Si aucune donnée n'existe sur les problèmes liés à la molécule, le directeur de l’Ansm assure que c'est un véritable enjeu de "santé publique". "À cause d'une surdose, un foie peut être totalement détruit en 24 à 48 heures", s'inquiète également le Pr Nicolas Authier, président de l'Observatoire français des médicaments antalgiques. Pour soigner une migraine passagère, un rhume ou une courbature, le professeur pointe du doigt "l'automédication familiale", où chacun a une boîte de paracétamol "au cas où".
 
Le Pr Authier conseille donc de mieux se renseigner sur les médicaments présents dans notre pharmacie et contenant du paracétamol. "L'enjeu est vraiment d'être prudent en cas d'automédication et de ne pas hésiter à prendre un avis médical", rappelle-t-il encore au Parisien. 

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE







Imam Cheikh Tidiane Cissé aux jeunes de "Samm Sunnu Reew": «Nous sommes prêts à vous soutenir contre... »

Serigne Babacar Mbacké sur le pétrole: «Les guides religieux doivent être les premiers à défendre Macky Sall »

Vidéo: Suivez l’intégralité de la manifestation de "Aar Li Nu Book" à Guédiawaye

Pape Alé Niang balance: «Macky Sall a reçu au palais des mafieux pour les remettre des contrats...»

Idrissa Diallo: «C'est le peuple Sénégalais qui a amené Aliou Sall à la DIC et non Macky...»




Recherche