Menu

Seydou Sané : “La violence fait partie de la stratégie de Sonko”

Lundi 15 Novembre 2021

Les violences politiques notées à Ziguinchor et Dakar récemment, avec le procès de Barthélemy Dias, relèvent d’une stratégie du leader de Pastef. C’est le constat du candidat de Benno bokk yaakaar au Conseil départemental de Ziguinchor. Dans un entretien avec le journal LeQuotidien, Seydou Sané estime que Sonko est l’incarnation d’une fitna (violence) émergente et promet que le 23 janvier sera la confirmation du choix de la vision de Macky Sall pour la Casamance.


 
Seydou Sané se dit vraiment peiné de constater cette violence qui est complètement anachronique pour une grande démocratie comme la nôtre. “Cette violence dans la capitale et à Ziguinchor, qui implique Sonko, ne l’honore pas. Elle n’est pas accidentelle parce qu’elle fait partie de la stratégie que Ousmane Sonko déroule pour enrayer sa perte de vitesse politique. Il n’a plus d’arguments, surtout en Casamance.”

Cependant , le président du Casa Sports donne rendez-vous au leader de Pastef pour trancher le débat “le 23 janvier sera un jour de clarification et de choix entre la vision de Macky Sall devenue une réalité avec des indicateurs d’émergence et la fitna émergente de Sonko, faite d’illusions mais également de violence concrète comme en mars et il y a quelques jours à Dakar et Ziguinchor. Ici en Casamance, Macky Sall nous avait promis la paix et la prospérité. Il nous a déjà donné la paix et a posé les jalons de la prospérité avec le pont sur le fleuve Gambie, deux avions par jour, 3 bateaux, sans parler du pole territoire. Ce que nous avons eu avec Macky Sall, aucune région ne l’a, ni Fatick ni le Fouta. Est-ce qu’on va lâcher la proie pour l’ombre ? Renoncer à la paix déjà installée et à une ère de prospérité qui commence, pour une fitna émergente ? Nous ne le pensons pas. La Casamance va le confirmer au référendum local du 23 janvier”, déclare Seydou Sané.


 
Pour ce dernier, Ousmane Sonko gagnerait mieux à jouer la carte de l’apaisement et à arrêter d’inciter les gens à la violence “Comment peut-on parler de résistance comme pour attirer les gens vers la violence ? Soyons sérieux, le Sénégal n’a pas besoin de ces leaders qui n’ont dans la bouche que des insanités. Le président de la République est un exemple de paix, lui qui a gagné les élections sans effusion de sang. Pendant ce temps, les vendeurs d’illusions sont en train de prôner la violence en falsifiant ou en inventant même parfois, des histoires allant jusqu’à parler d’une tentative d’assassinat de Sonko en Casamance. Pour connaître la valeur de la paix, il faut vivre la guerre. Merci Président Macky Sall, pour les efforts consentis qui ont permis aujourd’hui aux populations de regagner leurs villages d’origine”.
R


AUTRES INFOS

Macky et Idy en pleine discussion : Ces images qui rassurent la coalition "Mbourou Ak Soow"

Locales 2022: Un ministre-maire sortant surpris en plein bain mystique dans un marché

Au-delà de son image stigmatisée, la Casamance a des merveilles a offrir au reste du Sénégal et du monde (Par Nicolas Silandibithe BASSENE)

Président de Saint-Louis Basket Club : Baba Tandian jette l’éponge !

Le huitième Forum sur la coopération sino-africaine s'ouvre à Dakar

Investiture du candidat Adoulaye Diouf Sarr : La forte mobilisation des Dakarois

Nécrologie : Nouha Mancaly, correspondant de la Rfm à Bissau est décédé



Recherche