Menu

PLAN ORSEC : Les ministres Antoine Felix Diome et Serigne Mbaye Thiam vantent leur bilan

Samedi 3 Septembre 2022

Le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome et le ministre de l’Assainissement et de l'Eau, Serigne Mbaye Thiam, ont fait face ce vendredi 2 septembre 2022 à la presse, un mois après le déclenchement du plan ORSEC. Le plan déployé au lendemain des fortes pluies du 5 août dernier, pour venir au secours des populations inondées, suscite de l’espoir vu les résultats probants sur le terrain depuis le début des opérations de pompage, d’aide, d’assistance, etc. dans toute l’étendue du territoire. Les chiffres des opérations de pompage fournis par les services de l’État concernés par le plan ORSEC dénotent le travail de toutes les unités engagées sur le terrain. Le ministre Antoine Félix Diome y est longuement revenu sur le bilan à mi-parcours du plan ORSEC.


 
Déclenché le 5 août 2022 à la suite des fortes pluies à Dakar et dans tout le pays occasionnant des dégâts importants et morts d'hommes, le plan Osec a fait l'objet d'une conférence de presse entre le ministre de l'Intérieur et le ministre de l'Assainissement et de l'Eau. La rencontre qui a eu lieu au ministère de l'Intérieur a permis aux deux ministres concernés par ledit plan à savoir Antoine Félix Diome, ministre de l'Intérieur et Serigne Mbaye Thiam, ministre de l'Assainissement et de l'Eau, conjointement d'évaluer à mi-parcours le bilan de ce plan ORSEC.  Non sans justifier ces précipitations, le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome, renseignera, « Les fortes pluies à l’origine des inondations que nous vivons en ce moment au Sénégal ne sont pas spécifiques à notre pays. Il s'agit plutôt d'un phénomène global lié aux dérèglements climatiques mondiaux lui-même résultant du réchauffement de notre planète. C'est ainsi que nous avons tous vu, observé dans beaucoup de pays du monde, les pluies ont été exceptionnelles provoquant de graves inondations, mais aussi beaucoup de dégâts matériels et des pertes en vie humaine. Nous pouvons en citer quelques exemples comme ce qui s'est passé et on l'a vu tout récemment sur les scènes du monde ; le Pakistan, la France, le Niger et les États-Unis pour ne citer que ces quelques pays ». Faisant ce parallélisme, M. Diome fera savoir : « chez nous, il faut dire que l'État a pris les devants pour faire face aux inondations en multipliant la construction d'ouvrages, d'assainissement, mais aussi en préposant des unités des sapeurs-pompiers avec du matériel de pompage ; motos pompes, électropompes dans des zones réputées endémiques ». « C’est ainsi depuis le début de l'hivernage, les équipes sont à pied d’œuvres pour une évacuation des eaux ».
 
Mi-bilan d’un plan ORSEC satisfaisant
 
En effet, le plan ORSEC qui a été déclenché très tôt c’est-à-dire dès les premières pluies du vendredi 5 août contrairement aux dernières années semble, pour le moment, porté ses fruits. Et les chiffres fournis par le ministre de l’Intérieur en marge de la rencontre avec les professionnels des médias parlent d’une bonne maîtrise de là de la situation sur le terrain dans l’ensemble du territoire. Ainsi dira le ministre de l’Intérieur : « le plan ORSEC quant à lui, est venu renforcer le dispositif en place en mutualisant tous les moyens de l'État à travers ses différents concernés. Nous pouvons citer les plus en vue au plan opérationnel qui travaillent nuit et jour pour apporter secours aux populations sinistrées. Pour citer quelques-uns de ces services, il s'agit de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers, de l'Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas), du génie militaire de la Du Direction de la prévention et de la gestion des inondations (Dpgi), de l'agence de développement municipale (Adm) de l'agence des travaux et de gestion des routes (Ageroute), du Service national d'hygiène, du fonds de solidarité nationale, de la police nationale et de la gendarmerie nationale pour citer que ces services dont le travail remarquable permet de soulager les populations autant sur le plan des inondations, mais également sur le plan de la sécurité et de la fluidité de la circulation. Nous aurions terminé la liste de ces services sans citer l'Anacim qui abat un travail considérable. Il s'agit de l'Agence nationale de l'aviation civile et de la Météologie».
 
« Ainsi depuis le début des opérations, les sapeurs-pompiers qui sont intervenus sur 194 sites, dont 83 sont effectivement libérés à ce jour et les 111 en cours de traitement. Sachant que plusieurs sites libérés sont souvent réenvahis par les eaux du fait de nouvelles pluies ou de la remontée de la nappe phréatique. L'ONAS de son côté, a pompé un volume total de 447.734 mètres cubes d'eaux par le biais de ses 75 stations de pompage d'eaux pluviales. De notre côté 4572 sites, ont été désinfectés et désinsectisés par le service national d'hygiène qui a aussi effectué 642 visites à domicile et distribué 675 kits d'hygiènes aux familles des personnes sinistrées. Le Fonds de solidarité nationale, quant à lui, a appuyé 348 ménages sinistrés à travers des kits de solidarité composés de riz, d'huiles, de sucres de savon, de ciment, de fer, et de tôles en zinc», a-t-il détaillé. Aussi toujours pour les opérations de pompage de l'Onas et des sapeurs-pompiers, il faut noter qu'un volume d’eau pompé à Dakar, est 252.090 mètres cubes. Tandis que pour les régions, le volume d’eau pompé est de 167.424 mètres cubes. Ce qui fait qu’on un volume total d’eau pompée de 419.514 mètres cubes.
 
À en croire, les chiffres émanant de la situation de ce vendredi 2 septembre, le cumul du volume d’eau évacué depuis le début des opérations est de 5.930.211 mètres cubes. Alors que le volume, évacué dans la journée depuis aussi le début des opérations, est de 221.843 mètres cubes. Poursuivant Antoine Félix Diome, soulignera que « beaucoup d’hydrocureurs et de motos pompes sont mis à la disposition des autorités territoriales je veux parler des maires principalement et mettent souvent à la disposition des populations sinistrées pour une évacuation rapide des eaux ». « Par ailleurs, beaucoup d'efforts ont été aussi faits dans le cadre de la communication avec les populations et quelques innovations majeures ont été apportées cette fois-ci. Vous avez dû vous en rendre compte avec la diffusion à grande échelle de certains bulletins, mais également des (..). Il s'agit tout d'abord du bulletin Météo journalier que la cellule de communication du plan ORSEC met à la disposition de nos concitoyens dans un langage accessible au grand public, mais avec des conseils sur la conduite à tenir relativement à l'occurrence des pluies et à leur intensité. Des alertes sont aussi partagées en cas de pluie intense afin de donner des informations utiles aux automobilistes pour qu'ils puissent éviter les désagréments liés aux longues files d'entente dans les embouteillages à cause de la présence de l'eau sur la chaussée. Il s'agit aussi des communiqués quotidiens qui sont partagés à l'ensemble à large échelle depuis quelques jours pour informer nos concitoyens sur la mise en œuvre du plan ORSEC et des résultats obtenus, mais aussi et surtout pour sensibiliser les populations à adopter en cas d'inondations », a-t-il ajouté, précisant «D'ailleurs cette conférence de presse rentre dans cette même logique de vouloir communiquer avec les populations en leur donnant la bonne information et en portant à leur connaissance tous les efforts déployés par l'État ». «Mesdames, messieurs, permettez-moi de rassurer nos concitoyens sur notre détermination à œuvrer nuit et jour  dans le cadre de ce plan ORSEC fidèlement aux instructions de Son Excellence, Monsieur le président de la République, Macky Sall pour libérer les maisons et les quartiers inondés dans les meilleurs délais. L'état-major de commandement du plan ORSEC à travers ses groupes opérationnels, ne ménagera aucun effort pour apporter aide et assistance aux populations sinistrées qui au-delà du pompage des eaux, ont besoin de l'appui de l'État pour pouvoir faire face à ces désagréments dans la dignité. Que ceux qui sont confrontés encore aux inondations, sachent que nous sommes très sensibles à leur situation, sachez que les moyens nécessaires sont mobilisés et les équipes opérationnelles instruites pour n'avoir de répit que quand votre situation reviendra à la normale », a-t -il envoyé aux milliers de compatriotes impactés par ces fortes pluies qui s’abattent dans le pays depuis le mois d’août.
 
Et le ministre de l’Intérieur de conclure en ces mots, « Je profite également de cette occasion qui m'est donnée pour encore marquer toute la solidarité du Chef de l'État et du gouvernement à l'endroit des populations sinistrées, mais aussi m'incliner devant la mémoire de nos compatriotes qui ont perdu la vie suite aux fortes pluies ». Ainsi dans sa communication, le ministre de l’Assainissement et de l'Eau, Serigne Mbaye Thiam a abordé l’autre lancinante préoccupation des populations du nord du pays en cette période d’hivernage à savoir le débordement des cours d’eau et des fleuves. À en croire M. Thiam, il y a toujours risque d’inondations avec les débordements des fleuves et cours d’eau.
R

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 26 Septembre 2022 - 13:11 Qui est l'artiste Willy Boy rappelé à Dieu ?



AUTRES INFOS

GOLF SUD : Lancement officiel du Plan de Développement Communal (PDC)

MONDIAL 2022 : Le jeu offensif des Lions amélioré face à la Bolivie

Casamance : Décès de l'artiste Willy Boy du groupe "Kermindeng "

Le Quotidien "Le Réveil" du Lundi 26 Septembre 2022

Adja Thiare mannequin mouille Kalifone dans une affaire de viol : «Il a pris ses doigts et m’a pénétré de force »

Ziguinchor : Papa Joe tué pendant un "diambadong "

Qui est Gaëlle Bien-AiméArticle ?

Kaliphone Sall accusé de viol, la victime parle: « Il m’a tout enlevé... »

Bolivie–Sénégal : Où et quand voir le match des Lions ?

Sénégal, Crash d’un avion de la gendarmerie nationale


Flux RSS

Inscription à la newsletter