Menu

Ousmane Sonko entre contrevérités et manipulation (Par Abdoulaye Doumbya)

Lundi 18 Mai 2020

Au moment où les dignes fils du Sénégal tentent de s'unir, dans la cohésion et la sérénité, pour faire face à la crise sanitaire aux ramifications économiques qui nous assaille,  Ousmane Sonko fait, comme de coutume, une sortie inopportune. 
  

En déclarant : "la diaspora, les enseignants, les citoyens démunis nous ont contactés, notre silence ne signifiait pas leur avoir tourné le dos mais la communication de crise est différente de la communication en temps normal",  il a fait un aveu de taille. Pour lui en effet, la politique n'est qu'une affaire de communication, de timing, d'éléments de langage. Face aux  préoccupations des Sénégalais, face au nombre de cas de Covid19, face à nos morts, devant notre vaillant personnel soignant, le chef du parti Pasteef s'est montré seulement préoccupé par l'image qu'il allait renvoyer à de potentiels électeurs.


Voilà pourquoi après avoir répondu à l'invitation du président de la République par pure stratégie de communication dit-il, après avoir fait son show face caméra une fois l'audience terminée, il n'a pu s'empêcher de faire sa dernière sortie, long monologue surréaliste, pour rester fidèle à sa seule préoccupation : communiquer. Communiquer sur les peurs de nos concitoyens face à l'ennemi invisible, leur douleur face à la perte d'un être cher, leur hantise de vivre dans un monde aux lendemains incertains.

Si encore le monsieur s'était arrêté à avouer que pour lui, en politique, construire une image compte plus que se hisser à la hauteur de la gravité de l'heure, nous l'aurions ignoré comme nous l'avons toujours fait. Mais il a ajouté des contrevérités à son irresponsabilité en déclarant que le Sénégal est l'un des rares pays au monde à avoir décrété l'Etat d'urgence en compagnie de seulement deux ou trois autres. 


A l'épreuve des faits, cette déclaration s'avère fausse. En effet, rien qu'en Afrique, le Togo, le Mali, le Kenya, la Côte d'Ivoire, le Niger, la RDC, le Tchad et la Guinée ont décrété l'Etat d'urgence selon le très sérieux média allemand Deutsche Welle -DW.

( voir ici

https://www.google.com/amp/s/amp.dw.com/fr/coronavirus-de-plus-en-plus-de-pays-africains-en-%25C3%25A9tat-durgence-sanitaire/a-52999087 

Ne s'arrêtant pas en si bon chemin, Sonko fait une fois de plus étalage de son ignorance en se laissant aller à une comparaison à propos des procédures d'adoption des mesures d'urgence au Senegal et aux États- Unis. Or même un étudiant de première année de droit lui dirait que ce n'est pas comparable eu égard à la différence de nature des régimes politiques et au fonctionnement des institutions des deux pays. 


Le Sénégal, dois je le rappeler, a choisi souverainement d'adopter un modèle de fonctionnement de ses institutions et les autorités appliquent les lois et règlements prévus par une Constitution dont nous nous sommes librement dotés. Aucune comparaison hasardeuse, aucun amalgame, aucune forme de mauvaise foi ne saurait rendre le légal illégal et le légitime illégitime.

Plus loin dans son monologue, il nous sortira cette énormité : " en Amérique, le pouvoir présidentiel se trouve entre les mains des gouverneurs" sans aucune nuance ni finesse dans l'analyse.

C'est que s'ériger en gardien de la morale donneur de leçons, se perdre dans des arguments économiques simplistes, refuser la complexité du débat et du monde est tellement faible comme offre politique qu'il lui faut user d'approximations et de contrevérités pour donner un peu de consistance à son discours. 

L'opposant dénonce le supposé mimétisme du chef de l'Etat mais a passé une grande partie de son speech à parler de ce qui se fait en France et aux Etats-Unis tout en omettant, à dessein, d'évoquer les polémiques qui ont cours dans ces pays. Il est même allé jusqu'à donner crédit au cynique document des services français intitulé "l'effet pangolin" qui prédisait le pire pour l'Afrique et dont les gens sérieux se sont vite rendus compte de la légèreté.

Sonko a encore raté une occasion de se taire. Il y a des moments dans la vie d'une nation où le silence est d'or et la résistance aux sirènes de la communication manipulatrice révolutionnaire.

Abdoulaye Doumbya membre de la Convergence des Cadres Républicains ( CCR)
 
RED



AUTRES INFOS

Dieuppeul-Derkle : La COJER distribue des kits scolaires aux établissements scolaires

Gamou à Kaolack : Abdoulaye Khouma gâte les détenus

La belle actrice Ndeye Diarra de la série « Allô DG »

Gamou de Bessire: Le village de Sonko rejette l'argent de Doudou Ka

UCAD : Grosse réforme pour l’accès au campus

Matam :Le feu ravage des champs d’arachide et de niébé

Maouloud 2021 : Abdoulaye Diouf Sarr appuie les familles religieuses

TV& RADIOS

L'activiste Ivoirien, Tingué Foué aux dirigeants Africains : "Il faut revoir vos comportements"

L'activiste Cheikh Ousmane Diallo :"Que Macky Sall sache qu'il a désormais une jeunesse consciente devant lui ..."

Des jeunes de l'APR Dakar-Plateau vilipendent Yaham et Salihou Keika "Ils passent tout leur temps à piailler dans les médias alors qu'ils ne foutent rien..." (Vidéo)

Pape Abdoulaye Touré : "Au Sénégal quand vous êtes dans le camp de Macky Sall, vous pouvez tuer et voler sans être inquiété"

Enclavement de la commune de Mery: l'association "Fédé sousbé Felitebé" dénonce l'attitude "irresponsable" du maire (Vidéo)

Attaque contre Pastef à Ziguinchor: Doudou Ka « perd » l’estime des internautes

Doudou Ka répond à Sonko "Je préfère être un acteur mineur... qu'un grand leader violent"



Recherche