Menu

‘’Non Benoit Sambou, tu exagères toi aussi’’

Vendredi 21 Janvier 2022

Très peu entendu depuis l’ouverture de la campagne, malgré les enjeux qu’il y a dans la région de Ziguinchor, Benoit Sambou est enfin sorti de son coin. Dans un entretien exclusif avec nos confrères de SUD FM, il dit tout sur lui, Macky, Seydou Sané et Doudou Ka et Abdoulaye Baldé.
 
 
 
Où est votre Directeur de campagne ?

 
Il est là mon Directeur de campagne. C’est Ibrahima Mendy, mon Directeur de campagne.
 
Non, celui que le président de la République vous a choisi…
 
Je ne voulais pas parler de Doudou Ka, mais je précise tout juste. Doudou Ka, Macky Sall ne l’a pas choisi comme Directeur de campagne. Telle est la vérité.
 
 
 
C’est lui qui l’a dit, nous n’avons rien inventé pourtant…
 
Au moment des investitures, c’est quatre personnes qui étaient sorties du lot :  Abdoulaye Baldé, Doudou Ka, Benoit Sambou et Seydou Sané. Macky Sall m’a dit d’aller discuter avec tout le monde avant de lui revenir. Ce que j’ai fait. Nous devions avoir une dernière rencontre avant de rencontrer Macky Sall. Abdoulaye Baldé n’est pas venu.
 
 
 
Il avait déjà soupçonné que c’est vous qui allez être choisi…
 
Non, non ; je vais vous dire ce qui s’est passé. C’est Doudou Ka qui a appelé Abdoulaye Baldé et l’a insulté. Ça, je ne l’ai jamais dit et les gens savent pourtant que je ne parle pas pour le plaisir de parler. Je ne suis pas un menteur. Tahibou (ndlr : TahibouDiédhiou est le plus proche collaborateur de AdoulayeBaldé, il est adjoint au maire) a enregistré Doudou Ka. Tahibou a remis l’enregistrement à Abdoulaye Baldé et Abdoulaye Baldé a transféré l’enregistrement au Président Macky Sall. Abdoulaye Baldé ne pouvait se contenir. Il était comme quelqu’un qui avait été poignardé. C’est pour cela qu’il a boudé notre rencontre. Quand Doudou est venu nous expliquer à moi et Seydou Sané ce qu’il avait fait, je lui ai dit qu’il n’avait pas à le faire. Que c’était inintelligent de sa part. Et puis, Abdoulaye Baldé n’est pas son égal pour qu’il puisse se permettre de l’insulter. C’est son aîné. Doudou avait créé cette situation pour écarter Abdoulaye Baldé du processus. Doudou était candidat. Il travaillait à éliminer les candidats. Et le meilleur moyen d’éliminer Abdoulaye Baldé, c’était de le pousser à bout. Par conséquent, si je les vois aujourd’hui s’acoquiner, je ris à gorge déployée. Ils se fichent de nous. Ils ne respectent pas la population.


Nous avons discuté. On a retenu que c’est moi et Seydou qui allions défendre les couleurs de la coalition. Doudou a dit donc : ‘’vous ferez de moi un mandataire’’. Je dis à Seydou : ‘’celui-là, je le connais trop bien. Il n’est pas loyal. Je ne peux accepter d’aller à des élections en faisant de lui un mandataire. Laisse-moi faire de lui un Directeur de campagne’’. C’est moi qui ai créé ce poste de Directeur de campagne.
 
 
 
Mais lui soutient le contraire. Que c’est Macky Sall…
 

 
La parole de Doudou Kâne vaut pas qu’on batte son enfant. Je vous dis ce qui s’est passé. C’est moi qui ai dit à Seydou qu’on en fasse un Directeur de campagne. Seydou m’a dit :‘’non, laisse comme ça ; ce n’est pas grave’’. Je dis à Seydou :‘’celui-là, tu ne le connais pas, alors que moi je le connais très bien. En 2014, il me l’avait fait. J’étais tête de liste majoritaire, lui, tête de liste proportionnelle. Il a travaillé contre la liste parce qu’il voulait qu’on perde. Parce qu’il croit que si je perds, c’est à son avantage’’. J’ai dit à Seydou qu’il fera tout pour nous faire perdre. Mais comme Seydou ne le connait pas, il m’a supplié de laisser passer. J’ai dit d’accord.


Quand nous avons été reçus par le président et qu’il a fini de faire son choix, j’ai reposé le problèmeen disant au Président : ‘’celui-là, je le connais très bien. Le poste de mandataire qu’il cherche à être, c’est pour nous nuire’’. La réponse de Macky a été : ‘’non Benoit, tu exagères toi aussi’’. J’ai dit :‘’Ok’’.  C’est ça ce qui s’est passé. Quand nous sommes revenus, au moment de faire nos listes, nous l’avons perdu de vue. Ce que je redoutais a fini par se produire.
J’avais prévu qu’il allait nous trahir parce que c’est son comportement de tous les jours.
 
 
 
Pour vous, c’est donc une trahison ?
 

Doudou ne travaille qu’à ma perte. Je n’ai pas de problème par rapport à ça, parce qu’il a le droit de croire que sa chance, son avenir ne se fera qu’une fois que je serai écarté de la course. Je n’ai pas de problème ; je le lui accepte. 19 heures, le jour où on devait déposer les listes, c’est moi qui ai demandé à Seydou d’aller le chercher dans tout Ziguinchor. Parce que si je le fais, ce ne sera pas bon pour lui. Seydou l’a cherché partout alors qu’on devait déposer nos listes. J’ai alors repris les listes. Je suis allé chez moi avec Seydou pour faire nos listes. Mais j’avais coincé Doudou.


Je le connais. C’est mon petit-frère, je le connais comme ma main. Doudou, je peux anticiper sur ce qu’il va faire dans dix ans. Et c’est dommage parce que c’est un gosse que j’aime bien. Il doit pouvoir réussir. Il doit pouvoir servir ce pays. Mais il a un problème. C’est son narcissisme qui le fatigue.
 
 
 
Son alliance avec Baldé ?
 

 
 
Mais ça n’a jamais été quelque chose de nouveau. Il n’est même pas allié de Baldé. Je vous ai expliqué plus haut comment il a insulté Abdoulaye Baldé pour l’écarter du processus.
 
 
Qu’est-ce qui fonde cette alliance ?
 
C’est un marché de dupes. Des intérêts qui coïncident. Abdoulaye Baldé n’a pas confiance en Doudou Ka. C’est tout simplement parce qu’il s’est un peu perdu. Croyant que dans les moments précis, Doudou peut lui donner un coup de pouce ; Doudou aussi de croire que si je perds, ce sera à son avantage. Ce sont deux dupes qui se sont retrouvés, mais personne ne respecte son vis-à-vis parce que j’ai été témoin de choses. Ce n’est pas quelque chose qui m’a été rapporté. J’étais présent et Seydou Sané est témoin de ce que je dis. Et d’autres sont témoins de ce que je dis. C’est du «tappale» ce compagnonnage.
 
 
 
L’argent injecté à Zig pour la campagne ?
 

J’ai dit aux jeunes de prendre et de voter pour ceux qui ont un programme comme la liste que je dirige. Parce qu’il ne leur reste qu’à corrompre maintenant. C’est moi et Seydou Sané qui déroulons un programme. Toute personne qui a des problèmes avec moi, c’est à cause de mon langage de vérité et de ma loyauté. (…) Le Fongip, c’est cinq milliards de budget. Si j’avais cette manne financière, ça allait être la fin du chômage des jeunes au Sénégal et à Ziguinchor. Juste pour vous dire comment sont ces gens-là. C’est un fils de Ziguinchor qui était à la tête du Fongip. Est-ce qu’on a fini avec la pauvreté ? Est-ce qu’on a fini avec le chômage ? Est-ce que l’emploi des jeunes est une réalité ici ? En quittant, il a laissé une dette de deux milliards. Pire, l’immeuble qui avait abrité le siège du Fongip, on les y a chassés à cause des dettes qu’il a traînées. Si j’avais cinq milliards, personne n’allait plus chômer à Ziguinchor parce que j’ai montré mes capacités. Qu’on arrête de jouer avec les gens.

LES ECHOS
Lisez encore

Nouveau commentaire :






AUTRES INFOS

Euro : L'Allemagne Impressionne en écrasant l'Écosse 5-1

Solidarité : "Direct Aid Society" lance le programme Tabaski avec un don de 110 moutons

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du Vendredi 14 juin 2024 (wolof)

Au-delà des rôles : Rokhaya Niang alias « Madame Brouette » entre passion et principes

Équipe Nationale de Football du Mali : Éric Sékou Chelle limogé

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du jeudi 13 juin 2024 (wolof)

Gaza, Palestine, c’est l’humanité assassinée ! Qu’apprenons-nous de ce génocide sur le sionisme et le capitalisme impérialiste ?

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du mercredi 12 juin 2024 (wolof)

Malawi : Aucun survivant dans le vol transportant le Vice-Président et neuf passagers

Pétrole : Woodside possède 82% du projet, l'Etat du Sénégal 18%


Flux RSS

Inscription à la newsletter