Menu

Mali: Que peut désormais faire Assimi Goïta, le chef de la junte militaire?

Jeudi 27 Mai 2021

Les têtes de la junte militaire, qui ont pris une première fois le pouvoir en août 2020, viennent de récidiver. Leur chef, Assimi Goïta, a déclaré mercredi 26 mai aux médiateurs étrangers venus le voir qu'il prenait lui-même les choses en main pour le moment, après les démissions de Bah N'Daw et de Moctar Ouane. Quelle est sa marge de manœuvre face à la classe politique malienne et la communauté internationale ?


Et peut-être même que s’il peut diriger la transition jusqu’à son terme, Assimi Goïta n’hésitera pas. Mais il lui faut des alliés, et il a déjà tâté le terrain. À la délégation des médiateurs, le chef de la junte n’a pas caché qu’il entend gouverner notamment avec le M5-RFP, mouvement composé de partis et d’associations qui ont tous contribué à la chute de l’ancien président, Ibrahim Boubacar Keïta.

Le colonel Goïta a déjà reçu des responsables du M5. Mais une frange de ce mouvement condamne le coup de force et n’entend pas travailler avec lui, pour le moment en tout cas. Plusieurs autres partis politiques sont sur la même ligne. Le coup de force est également dénoncé par des associations de défense des droits de l’homme. Assimi Goïta doit également faire face aux sanctions internationales. Les États-Unis, par exemple, ont déjà arrêté leur coopération militaire.

Libération discrète
Ce jeudi 27 mai, le président de transition Bah N'Daw et le Premier ministre Moctar Ouane ont été libérés. Un responsable militaire confirme l’information, de même que des proches des intéressés. C’est vers 1h30 du matin que ces libérations ont eu lieu. Donc, une libération discrète. Ils sont revenus à leurs domiciles. 

Pendant ce temps-là, à New-York, écrit notre correspondante Carrie Nooten, le Conseil de sécurité de l'ONU s’est réuni en urgence, à la demande de la France et du groupe A3. Dans une déclaration, il a condamné l’éviction des autorités de transition – sans pour autant proposer de sanctions. Les diplomates ont aussi exhorté les forces militaires à retourner dans leurs casernes « sans délai », avant de déclarer qu’« imposer un changement de direction de la transition par la force, y compris par des démissions forcées, était inacceptable ».

Le Conseil a réclamé une « reprise immédiate » de la transition menée par les civils au Mali : il n’est pas question pour lui de retarder le délai de 18 mois fixé pour l’organisation de nouvelles élections. Et il a réitéré son soutien aux organisations régionales dans leur règlement de cette crise qui a débuté en août dernier, un sommet extraordinaire de la Cédéao pourrait d’ailleurs être convoqué prochainement. Toutefois, les diplomates du Conseil de sécurité n’ont pas réussi à s’entendre sur d’éventuelles mesures de rétorsion contre les militaires emmenés par Assimi Goïta.

 
La Redaction



AUTRES INFOS

Ziguinchor : Abdoulaye Baldé au lancement du studio d'enregistrement du groupe "Hard Core Side".

Ce que prépare la chanteuse Dieyna, l'ex de Diop ISEG

Six sportifs ont révélé leur homosexualité dans le documentaire de Canal +

Macky offre un 4x4 neuf à Mbaye Pekh

Insolite à Linguère : Un militant de l’APR monte sur un poteau

Week-end de l’Excellence à Ziguinchor : Mary Teuw Niane livre un cours magistral aux élèves

Tournée économique de Macky Sall : Un mort à Ranérou


Inscription à la newsletter

Recherche