Macron aux africains: «Vous ne devez qu'une chose pour les soldats français : les applaudir»

Mardi 28 Novembre 2017

Devant les étudiants de l'université de Ougadougou, Emmanuel Macron a déclenché l'hilarité de l'assistance aux dépens du président du Burkina Faso. De nombreux internautes ont jugé que le dirigeant burkinabè avait été «humilié» par son homologue.


«Quelque part vous me parlez comme si j'étais encore une puissance coloniale», a encore souligné le président. «Mais moi je ne veux pas m'occuper de l'électricité dans les universités au Burkina Faso», a-t-il encore martelé sur un ton mi-amusé, mi-excédé. Et de s'exclamer, alors que l'agitation de l'assistance, partagée entre rires, applaudissement et sifflet, était palpable : «C'est le travail du président [du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré]. L'intéressé quittant subitement la salle, Emmanuel Macron lui lance encore, le tutoyant : «Du coup, il s'en va... Reste là ! Du coup, il est parti réparer la climatisation...»

 


Emmanuel Macron d'humeur pugnace ?

Durant la séance de questions réponse  s, le président de la République ne semble pas être parvenu à se départir d'un ton pédagogique, oscillant entre humour et quasi-énervement. 
Peu après le départ du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, une étudiante interpelle Emmanuel Macron sur le faible nombre, selon elle, d'étudiants africains boursiers en France, chiffre qu'elle compare aux soldats français présents en Afrique. «Mais mademoiselle, je préfèrerais vous envoyer beaucoup moins de soldats», rétorque alors Emmanuel Macron, et d'ajouter, la pointant du doigt : «Ce que vous devriez faire... Imaginez que vous êtes une jeune femme qui vit à Angoulême [...] et elle a son jeune frère qui se bat dans les troupes françaises et qui est peut-être mort ces derniers mois pour vous.»
 
«Ne venez pas me raconter... me parler comme ça des soldats français ! Vous ne devez qu'une chose pour les soldats français : les applaudir», a-t-il encore martelé.

«La Françafrique n’est pas morte»

Se réclamant «d'une génération qui ne vient pas dire à l'Afrique ce qu'elle doit faire» et soulignant qu'«il n'y a plus de politique africaine de la France», Emmanuel Macron a tenté de se défaire de l'image parfois paternaliste véhiculée par la France en Afrique.
Mais le succès est mitigé, à en juger par les réactions sur les réseaux sociaux.
«Macron s’est comporté à Ouagadougou comme un petit administrateur de la coloniale, imbibé d’absinthe. Paternalisme, défense du franc CFA, glorification de soldats accusés de viols en Centrafrique. La Françafrique n’est pas morte. Définitivement», a commenté un internaute.

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE







Mamadou Diop Decroix : « celui qui doit remplacer Macky Sall aura des sérieux problèmes... »

VIDÉO-Ce vieux de 90 ans alerte: « Macky Sall n'est pas bon pour ce pays, il faut le combattre»

Guirassy: «Macky Sall est notre Napoléon tropical. Il n’est pas anthropophage mais chronophage »

Seydou Gueye exclu Karim: «De candidat invisible, il est en train de devenir candidat impossible »

Aminata Lo Dieng: «La parole de Macky Sall n'a plus de valeur et il ne peut pas demander un second mandat »



Recherche