Menu

« La Puissance de Sonko : Une Nouvelle ère Politique au Sénégal », (Par Pape Alé Niang)

Mardi 21 Novembre 2023

L’émergence de Sonko en tant qu’opposant politique au Sénégal a marqué un tournant significatif dans l’arène politique du pays. Cette situation inédite, où un opposant semble détenir une influence politique supérieure à celle du chef de l’État Macky, soulève des questions cruciales sur la nature changeante du paysage politique sénégalais.

Lorsque Sonko se tait, l’inquiétude s’installe chez le président Macky. Ce silence, peut-être chargé de significations, semble avoir un impact psychologique profond, créant une atmosphère d’incertitude au sein du pouvoir en place. Cela souligne la puissance non seulement des paroles, mais aussi du mutisme de Sonko, un opposant capable de faire vaciller les fondements du pouvoir.

Quand Sonko parle, c’est comme si une onde de choc traversait la scène politique. Ses mots captivent l’attention et suscitent des réactions chez les partisans du président Macky. La force de son discours réside dans sa capacité à mobiliser et à galvaniser l’opinion publique, une puissance qui ne peut être ignorée par le leadership en place.


Lorsque Sonko s’apprête à parler, le président Macky tremble. Cette anticipation souligne la prédominance de l’opposition et met en lumière la vulnérabilité perçue du pouvoir en place face à la rhétorique puissante de Sonko. Cela révèle également la dynamique particulière qui caractérise cette période politique, où l’opposant semble détenir une influence considérable sur l’agenda national.

« Sonko 5e Président ! » – cette déclaration audacieuse résonne comme un appel à un changement radical dans la gouvernance sénégalaise. Si elle reflète l’aspiration de nombreux citoyens, elle soulève également des questions sur la capacité de Sonko à transformer ces aspirations en réalité politique. Le soutien fervent exprimé dans le slogan « Sonko 5e elu Njiitu Réew Mi ! » révèle un désir profond de changement et de renouveau.


Guleet ci Senegaal way-kujje ëpp doole njiitu réew mi. Cette expression résume le sentiment général au Sénégal, où les citoyens ressentent l’impact des événements politiques sur leur quotidien. Le rôle des citoyens dans ce contexte devient encore plus crucial. Ils sont appelés à rester informés, à participer activement aux débats politiques et à exercer leur droit de vote de manière éclairée.

En conclusion, la montée en puissance de Sonko et la tension politique actuelle au Sénégal ouvrent une nouvelle ère politique. Cependant, l’avenir politique du pays repose non seulement sur la force de l’opposition, mais également sur la participation informée et engagée des citoyens.

La démocratie sénégalaise, dans cette période de transition, trouve sa résilience dans la diversité d’opinions et dans la volonté collective de sculpter un avenir politique prometteur.

Pape Alé Niang
Lisez encore


1.Posté par Hane le 28/11/2023 15:11
Pour une fois, je partage vraiment votre point de vue ! Le Sénégal est entrain de vivre une nouvelle ère politique. Lorsque qu'un leader de parti politique ose fréquenter un salon de beauté jusqu'à y être accusé de viol, lorsque des individus sortis de nulle part, sans passé ni vécu politique osent solliciter le suffrage de leurs compatriotes pour présider aux destinées de ce pays, lorsque de potentiels candidats sans programmes ni ambition pour ce peuple osent nous regarder dans les yeux solliciter de nous sans pudeur que nous mettions ce pays entre leurs mains, il y a vraiment des raisons de croire que le Sénégal est entrain de vivre une nouvelle ère de son histoire politique.

Nouveau commentaire :




AUTRES INFOS

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du jeudi 18 juillet 2024 (wolof)

Préparation aux examens : comment mémoriser facilement davantage

Almadies : Amadou Loum Diagne obtient un financement de 81 millions de dollars pour construire des hôtels de luxe

France : Aubameyang quitte l'Olympique de Marseille

Foot : Les Lionnes confirment leur supériorité face à la RD Congo avec une victoire 2-0

Assemblée générale de la FSF reportée : Augustin Senghor évoque une perte de 15 millions FCFA

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du Mardi 16 juillet 2024 (wolof)

Présidence de la FSF : Senghor en lice pour un quatrième mandat ?

Audition de la FSF par la Cour des comptes: Augustin Senghor brise le silence

Nairobi : Un tueur en série avoue 42 meurtres



Flux RSS

Inscription à la newsletter