Menu

Journalisme de caniveaux (Par Alassane DIEDHIOU )

Mercredi 24 Mars 2021

J’ai lu la chronique du 22 mars 2021 de Madiambal Diagne sous le titre ‘’ Le prix de l’honneur d’un fils de Casamance’’. Chaque organe de presse a le droit d’avoir sa ligne éditoriale, et de choisir son camp politique. Mais dire ou écrire des contre-vérités qui peuvent nuire à la cohésion sociale et à la stabilité nationale, cela devient très dangereux. Que Madiambal Diagne se mette à attaquer Ousmane Sonko, lui montrer clairement son désamour, cela ne changera en rien, la confiance que beaucoup de sénégalais ont pour le leader de PASTEF.


Je me garderai d’entrer dans votre jeu, Monsieur Diagne, je veux dire dans ce débat de caniveaux.
Sur le point ‘’les limites du soutien ethnique diola’’, je laisse le soin aux militants ou cadres de l’APR de le faire, s’ils trouvent cela nécessaire. J’ai vraiment honte pour mon pays quand je remarque qu’il faut descendre aussi bas pour parler de sujets qui ne font que déstabiliser l’unité nationale. J’ai grandi dans une région du Sénégal dont le charme réside surtout dans son métissage ethnique, culturel et linguistique. Parler des cadres casamançais, c’est penser d’abord à Ibou Diallo, Général Idrissa Fall, Professeur Assane Seck, Emile Badiane, etc. la liste est loin d’être exhaustive.


La Casamance a porté dans son cœur tous ces fils du Sénégal sans distinction ethnique. Ceux qui connaissent bien Ziguinchor, savent que les ronds-points mythiques de la ville portent des noms comme le général Bélal Ly, Jean Paul II et bien plus tard la résistante Aline Sitoe.
Pour rappel, en 1979, quand le Casa-sports, équipe fanion de la région, remportait la coupe du Sénégal contre le Jaraf de Dakar, il comptait dans ses rangs, les joueurs Bougazeli, Bassirou Ndiaye, Ousmane Ndiaye, Jules F. Bocandé, Demba Ramata Ndiaye etc. et avec comme entraineur Boucar Diouf. C’est dire que l’origine ethnique ou socioculturelle, n’a jamais été un critère discriminant. Ni la nationalité ni la régionalité sportives n’ont jamais triomphé chez les Casamançais. 



À la Mairie de Ziguinchor, les magistrats Jules Charles Bernard, David Carvalho, Mamadou Abdoulaye Sy, Robert Sagna et Abdoulaye Baldé se sont succédé. Il s’agit là d’un bel exemple qui dénote la réalité d’un brassage et de l’acceptation de toutes les communautés, quelles que soient leurs origines. Ce sont ces valeurs qui fondent l’esprit casamançais. Les exemples ne manquent pas à Bignona, à Kolda et à Sédhiou. Nous souhaitons qu’il en soit toujours ainsi pour les générations futures.


Monsieur Diagne vous dites ‘’Aussi, est-ce le fait d’un simple hasard que les commerces, domiciles et bien saccagés dans la région naturelle de Casamance durant les chaudes journées de manifestations pour la libération de Ousmane Sonko ont été ceux des personnes dites nordistes ?’’ J’aimerais savoir de quelle Casamance vous parlez. S’il s’agit de la Casamance naturelle que je connais bien, je vous fais la situation et vous défie d’en vérifier la véracité au service des renseignements généraux. Pour le cas de Ziguinchor aucun magasin n’a été saccagé par les manifestants. Une seule station-service « Total » a été endommagée, elle se trouve à Boucotte, et le gérant est Diola.  Le logement du procureur a été cité parmi la seule maison attaquée, allez-y comprendre, si c’est sa fonction ou son ethnie qui sont visées. C’est la même situation à Bignona : une seule station-service « Total » saccagée, et la maison du maire visitée. 



Monsieur Diagne, Je trouve vos informations très dangereuses, hyper manipulatrices et pouvant même produire les mêmes effets qu’au Rwanda.Vous avez dit aussi M. Diagne, que des combattants du MFDC ont traversé la Gambie pour aller tuer des manifestants à Dakar, et après le cessez-le-feu décrété par Ousmane Sonko, ils ont repris les bus pour rentrer chez eux.  Là je ne vous plains pas, mais plutôt nos autorités. Dans un pays sérieux, on vous aurait convoqué pour donner des preuves de vos allégations, car cela concourt à la sécurité intérieure du pays. D’ailleurs, vous jetez le discrédit sur le service des renseignements généraux.



Mais nous comprenons bien votre stratégie, après avoir remarqué que votre complot sur le viol a lamentablement échoué (thèse à laquelle la majorité des Sénégalais ne croit pas du tout), il faut trouver un autre, et on le voit partout, toute l’armée APR est sortie pour tirer du même côté. C’est pour cela que le week-end passé, on a entendu des leaders de l’APR dire que ce sont les partisans du PASTEF qui sont à l’origine des morts. Bientôt on nous dira qu’il y avait des mercenaires Sierra Léonais, Libériens etc., puisque l’on nous parle déjà de terroristes. Si ce gouvernement se prend vraiment au sérieux, il aurait ouvert une enquête pour situer toutes les responsabilités sur ces morts.


Vous dites M. Diagne ‘’ Au demeurant, les seules populations de la Casamance, encore moins de l’ethnie diola, ne pourraient pas, elles seules, assurer à Ousmane Sonko d’être président de la République…’’. Est-ce que la Casamance ou Ousmane Sonko ont une fois pensé ainsi ?  Monsieur Diagne, vraiment je vous suggère d’aller revisiter et/ou de faire analyser les résultats des dernières élections par un expert. Vous comprendrez que Ousmane Sonko a une envergure nationale. Bien qu’il soit classé troisième, il a occupé la deuxième place dans la majorité des départements du Sénégal.


Par ailleurs, point n’est la peine de vous rappeler que le vote casamançais n’a jamais été communautariste. Je m’en veux pour preuve les élections législatives de 2017 où BBY avait fait un score de 54467 dans la région de Ziguinchor. En 2019 son score est passé à 68951.
L’époque de l’opposition PS-PDS nous manque, il y avait un vrai débat d’idées, avec même des sobriquets qui faisaient rire tout le monde : « monsieur Forage », « madame Moulin », « Fantomas » etc. 

Même si quelque fois le parti au pouvoir essayait de fomenter des complots, il reculait très vite dès qu’il sentait l’échec, l’affrontement était toujours évité. Alors M. Diagne, si vous voulez comprendre clairement le jeu politique du Sénégal, commencez par apprendre le fonctionnement géopolitique de votre pays au lieu de jeter des braises sur un feu que vous aurez vous-mêmes allumé.
Je terminerai par ces mots du Présidents Ousmane Sonko, prononcés en février 2019, lors de la campagne électorale à Bignona :

‘’je veux lancer un message d’ouverture et de tolérance pour le Sénégal à partir de Bignona. Nous sommes un seul et même peuple. Ce qui fait le ciment de ce peuple c’est qu’indépendamment de nos religions, de nos ethnies et nos régions, nous avons su mettre en place les bases d’une cohabitation pacifique entre les peuples au Sénégal(…) Il faut refuser que des aventuriers politiques viennent diviser les sénégalais. Vous de la Casamance vous allez voter massivement pour Ousmane Sonko, mais ne le faites pas parce qu’il est de la Casamance mais parce qu’il est le meilleur candidat pour le Sénégal.’’


Pr Alassane DIEDHIOU
Vice-coordonnateur 
Départemental PASTEF
Ziguinchor
La Redaction



AUTRES INFOS

Elle traite son voisin de "Goordjiguène" et lui verse du café

Assemblée nationale : Le directeur financier emporté par le Coronavirus

Présidence de la FSF : Mady Touré tacle encore Augustin Senghor

Une femme de 40 ans violée à tour de rôle par un groupe

Brésil: Une fille de 15 ans meurt durant des relations sexuelles dans une voiture

RTS : Imam Ousmane Gueye est décédé

Encore une victime du COVID- Aminata Tall perd son garde du corps, Pape Ndao


Recherche