Menu






Interdiction du brassard "On love", Yoann Lemaire charge la FIFA «j'ai honte. Cette institution est minable»

Mardi 22 Novembre 2022

Yoann Lemaire, fondateur de l’association Foot Ensemble qui sensibilise à la lutte contre toutes formes de discriminations, a violemment réagi à la décision de la FIFA d'interdire le brassard One Love. "En filigrane, la FIFA nous dit : 'Il y a des gens de côté mais on s'en fout.'", confie celui qui a très mal encaissé la nouvelle chez nos confrères eurosport. 


Yoann, comment avez-vous réagi à la décision de la FIFA d'interdire le brassard One Love, symbole de diversité et d'inclusion ?


Y.L. : Je n'y ai pas cru. Et quand on m'a confirmé l'information, tout de suite, je me suis dit : "Ils sont complètement fous." En plus, je rappelle et ce n'est pas un détail, que ce brassard était déjà une version édulcorée qui ne respectait pas tout à fait les codes du drapeau LGBTQIA+. C'était un brassard passe-partout construit justement pour ne pas froisser les sensibilités. Mais là, interdire ce brassard, c'est prendre les gens pour des cons. La FIFA envoie un signal terrible. Les parents ont déjà du mal à mettre leurs gamins au foot pour tout un tas de raisons, la FIFA vient de leur en donner une supplémentaire.





Vous combattez l'homophobie dans le foot depuis plusieurs années. Quel message envoie la FIFA avec cette interdiction ?
Y.L. : Je milite depuis plus de 20 ans mais j'ai toujours été un modéré. Je ne veux jamais donner de leçon. Mais que l'instance dirigeante du foot mondial montre un tel mépris envers la cause gay, ça me rend fou. Je ne sais pas si la FIFA se rend compte à quel point c'est destructeur pour le monde amateur. Elle donne raison aux haineux qui ont fait du rejet de l'autre un fond de commerce. En filigrane, la FIFA nous dit : "Il y a des gens de côté mais on s'en fout."


Cette décision va-t-elle fragiliser votre combat ?
Y.L. : Au-delà des gamins ou gamines homo qui n'arrivent pas à vivre librement leur sexualité dans leur club, c'est d'abord et avant tout une question de pédagogie. On parle d'un enjeu de société. On pouvait espérer que le foot passe ce message pour lutter contre la persécution des minorités. J'ai espéré mais j'ai été bête parce qu'on ne peut rien attendre de cette FIFA qui n'a aucune conviction humaniste. Franchement aujourd'hui, j'ai honte. Cette institution est minable.
R

Nouveau commentaire :




AUTRES INFOS

Coupe du monde 2022: l'Argentine se qualifie, France-Pologne en huitièmes

MONDIAL 2022 : Le Qatar reconnaît la mort de 414 personnes dans des accidents du travail

Coupe du monde 2022: un Iranien tué en célébrant la défaite de son pays

Coupe du Monde 2022 : l'Australie bat le Danemark (1-0)

Le PSG serait prêt à vendre Kylian Mbappé....

Coupe du monde 2022 : La FIFA ouvre une procédure disciplinaire contre le Sénégal (communiqué)

Aliou Cissé : "C'est une victoire du collectif"

Coupe Monde : L'Angleterre écrase le Pays de Galles et affrontera le Sénégal en 8e

André Onana balanc : «je n'ai pas été autorisé à être sur le terrain»

Coompo - Sénégal : E. Mendy – Sabaly, Koulibaly, Ab. Diallo, Jakobs – P. Gueye, G. Gueye, P. Ciss – Ndiaye, Dia, Sarr.


Flux RSS

Inscription à la newsletter