Exclusif.net, la vérité

Comment la sécurité du président Macron se prépare en coulisses


Rédigé le Vendredi 12 Mai 2017 à 02:30


Le nouvel hôte de l'Élysée hérite d'un groupe de soixante policiers et gendarmes pour le protéger.(Figaro )


Oreillettes discrètes et armes à la ceinture, valise blindée et costumes taillés sur des gabarits de gladiateurs, les personnes chargées de la protection du chef de l'État sont aux premières loges de l'alternance. Membres du prestigieux Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), ceux qui ont passé cinq ans dans l'ombre d'un président qui se rêva en vain «normal» s'apprêtent pour certains à rejoindre l'intimité de son jeune successeur, auréolé par un sacre «jupitérien» sur l'esplanade du Louvre, au soir de son élection.

D'Emmanuel Macron, les experts de la protection rapprochée ne savent encore rien ou presque. Ces dernières semaines, ils l'ont aperçu plutôt affable, prenant soin de saluer policiers et gendarmes, même lors de déplacements houleux. «Si vous écoutez les mecs de la sécurité, vous finissez comme François Hollande. Peut-être que vous êtes en sécurité, mais vous êtes morts…» Emmanuel Macron. Ils l'ont aussi découvert, interloqués, prenant des risques physiques



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Octobre 2020 - 22:18 Trois autres proches de Macky limogés


Facebook

Charlie Hebdo provoque la Turquie avec une carricature de leur président de la république

Casa Sport: Levée des sanctions contre certains supporters du comité "Allez Casa"

Ziguinchor: Le président du "Casa Sport" dévoile les grands projets du club

KAWTEF – Ndella Madior Diouf : « Goor Bouy Barame…. Da Wara Dagg Ay Wéwam Sinon Plaisir $Exuel Dou Ame… »

L'actrice Bidew célèbre son anniversaire avec un message émouvant

Vidéo: Les images satellites de l'explosion d'une pirogue au large de Dakar

Free déçoit déjà: Son internet mobile ne marche pas

Boycott des produits français: Le président du Medef appelle les entreprises à "résister au chantage"

Nécrologie: La journaliste Awa Dabo est décédée

Ziguinchor: Les journalistes à l'école de la "non violence"