Menu



Exclusif.net



Assassinat de Khashoggi : Le prince héritier saoudien a « autorisé une opération pour tuer ou capturer » le journaliste, selon Washington

Vendredi 26 Février 2021

Pour le renseignement américain, il n’y a pas de doute : « Nous estimons que le Prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a autorisé une opération à Istanbul pour capturer ou tuer le journaliste Jamal Khashoggi. » Plus de deux ans après la mort du dissident, tué par des agents saoudiens au consulat d’Istanbul, en octobre 2018, l’administration Biden a publié, vendredi, un rapport très attendu du renseignement américain.


Selon ce rapport de la direction du renseignement national, « le prince héritier considérait Khashoggi comme une menace pour le royaume et plus largement soutenait le recours à des mesures violentes si nécessaire pour le faire taire ».

Dans la foulée de sa publication, Ryad a « totalement rejeté » ce rapport : « Le gouvernement d’Arabie saoudite rejette totalement les conclusions fausses et préjudiciables contenues dans le rapport concernant la direction du royaume et ne peut les accepter en aucun cas », a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Implication du bras droit de MBS
Le renseignement américain base son analyse sur « l’implication directe d’un conseiller-clé de Mohammed ben Salmane et de plusieurs de ses gardes dans l’opération ». « Depuis 2017, le prince héritier a un contrôle absolu sur la sécurité et le renseignement du royaume ; il est improbable que des responsables saoudiens aient mené une telle opération sans le feu vert du prince héritier », conclut le rapport.

Selon des images de vidéosurveillance, Jamal Khashoggi est entré dans le consulat turc d’Istanbul pour une démarche administrative le 2 octobre 2018. Selon le renseignement turc, il a été tué à l’intérieur, puis son cadavre a été découpé à la scie et transporté dans des valises.

Rapport bloqué par Donald Trump
Après avoir nié, Riyad finit par reconnaître des semaines plus tard que le journaliste dissident a bien été tué. « Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qu’il a rencontrés au consulat du royaume à Istanbul (…) ont débouché sur une rixe, ce qui a conduit à sa mort », assure le Royaume, niant toute implication du prince héritier.
La Redaction



AUTRES INFOS

Saccage des chaises de l'arène nationale : Le CNG annonce des sanctions

USA: Léon Bassène lance son single "Scared to Love"

Nécrologie : Le Père d'Aida Samb est décédé

Adji Sarr dépose une nouvelle plainte devant le Procureur contre...

Yeumbeul: après avoir reçu sa dose d’Astrazeneca, une dame dans un état critique

"L’hôpital régional de Ziguinchor un mouroir" en activité

Emeutes : Le Frapp rencontre les familles des victimes de Bignona

TV& RADIOS

Affrontements à l'UCAD: Un étudiant de Kékendo succombe à ses blessures

Birame Souleye Diop précise: «Sonko n'ose pas dire qu'il va encore briguer un mandat à la tête de PASTEF parce que... »

Quand Sidiki Kaba s’engageait à défendre "les homosexuels et les Lesbiennes" (video)

Gaston Mbengue tacle les Apéristes: "Ils organisent des meetings pour tromper Macky alors que Sonko a réussi..."

Vol d'armes à l'intérieur de la caserne de Diaobé: Un capitaine de la gendarmerie dément

Supposée Présence de "forces occultes" : Le colonel Diouma Sow dément et précise

Côte d’Ivoire : Un nouveau gouvernement de 37 ministres et 4 secrétaires d’État



Inscription à la newsletter

Recherche