Menu

Qui est René Capain Bassène ? : Un Journaliste déterminé malgré les Obstacles

Vendredi 24 Mai 2024

René Capain Bassène est un journaliste sénégalais spécialisé dans le conflit en Casamance. Formé à l'Institut Supérieur des Sciences et de l'Information et de la Communication (ISSIC). Il a travaillé dans divers médias avant de se concentrer sur la crise casamançaise. Ses ouvrages, basés sur des recherches approfondies et des témoignages inédits, font de lui une référence sur le sujet. Malgré les menaces et les pressions, il défend son indépendance et continue son combat pour la vérité et la paix dans la région. Sa détention suscite des appels à sa libération, reconnaissant son potentiel pour contribuer à la résolution du conflit. Portrait.


Beaucoup ont entendu parler de René Capain Bassène lorsqu'il a été arrêté pour son implication dans la tuerie survenue dans la forêt de Boffa Bayotte.

Mais qui est René Capain Bassène ?

Il est journaliste, formé à l'Institut Supérieur des Sciences et de l'Information et de la Communication (ISSIC) de Dakar. Il détient un Diplôme d'Études Supérieures en Journalisme (DESJ) de niveau BAC+5 depuis 2004. Il fait partie de la même promotion que des journalistes renommés tels que Abdou Mbow, actuellement vice-président de l'Assemblée Nationale, Pape Alé Niang, Directeur Général de la RTS, et Aly Fall, ancien secrétaire général du SYNPICS.

Son parcours professionnel débute avec son premier stage à la Radio Municipale de Dakar (RMD), suivi d'un autre à la radio Walfadjri, puis d'un stage au sein de la Direction de Communication de Radio France Internationale (RFI). Après son retour au Sénégal, il est recruté dans la cellule de communication de l'Agence Nationale pour la Relance des Activités Économiques en Casamance (ANRAC), où il œuvre de 2006 jusqu'à son arrestation en 2018.

À l'ANRAC, René Bassène est engagé pour ses recherches sur le conflit en Casamance, sujet de son mémoire intitulé "De l'exil au retour : les conditions de vie des réfugiés et déplacés casamançais." Ses travaux sont encadrés par les journalistes Mbaye Sidy Mbaye et Antoine Ngor Faye, qui l'incitent à approfondir ses recherches sur la crise casamançaise. Mbaye Sidy Mbaye devient son principal conseiller, tandis qu'Antoine Ngor Faye décède avant la publication de son premier livre.

René Capain Bassène se consacre exclusivement à l'étude de la crise en Casamance, bien qu'il refuse humblement le titre de "journaliste du conflit casamançais". Néanmoins, il est indéniable qu'aucun autre individu ne maîtrise autant ce sujet que lui. Il est l'auteur de trois ouvrages entièrement dédiés au conflit casamançais, tous édités par Harmattan Paris.

Son premier livre, "L'Abbé Diamacoune Senghor : par lui-même et par ceux qui l'ont connu", est publié en 2013 et compte 208 pages. Le deuxième, intitulé "Casamance : les récits d'un conflit oublié", est sorti en 2015 et fait 308 pages. Enfin, son troisième ouvrage, "Casamance : A quand la paix ?", reste à découvrir.

Il était en plein processus d'écriture de son quatrième et cinquième ouvrage, respectivement intitulés : "Casamance : le conflit quantifié (1982-2018)" et "Casamance : Un conflit qui nourrit bien plus qu'il ne tue". Malheureusement, il a été arrêté avant d'achever ses travaux alors qu'il projetait de les publier en 2019. Sa remarquable expertise sur ce sujet l'a conduit à être sollicité pour animer des conférences, notamment en 2016 à l'UCAD sur invitation des étudiants du groupe "Kékendo", sur le thème : "La paix en Casamance : espoir ou illusion ?" En 2017, il a également animé une conférence à l'université Assane Seck de Ziguinchor sur le thème : "La paix en Casamance : qu'est-ce qui bloque ?" De plus, il a accordé de nombreuses interviews et participé à des débats radiodiffusés portant sur le conflit casamançais.

René Capain Bassène (RCB) : Une mine d'informations
Qu'on le veuille ou non, RCB est l'un des rares journalistes à se livrer à une investigation approfondie. Depuis 2004, il a entièrement consacré ses recherches au dossier de la crise en Casamance. Ses livres sont le fruit d'un travail d'investigation pur et dur. René Capain Bassène (RCB) est un véritable homme de terrain. Il privilégie toujours l'observation directe et le contact direct avec ses sources. Près de 98 % du contenu de ses ouvrages provient de ses propres investigations, car les thèmes qu'il aborde n'ont jamais été documentés par d'autres. RCB a réussi à publier des livres sur un sujet très délicat et sensible, pour lequel il est difficile de faire parler les sources. Mais il a réussi là où beaucoup d'autres journalistes et chercheurs ont abandonné leurs projets de recherche faute d'interlocuteurs et de capacité à trouver les bonnes sources, et surtout à les faire parler.

Avec le temps, RCB s'est constitué un vaste réseau d'informateurs au sein de toutes les factions combattantes, politiques et étrangères du MFDC, ainsi que parmi d'anciens combattants et des sympathisants de ce mouvement. Ses sources comprennent des membres de l'armée nationale, de la gendarmerie, de la police et des services des eaux et forêts, allant des simples agents aux officiers supérieurs et anciens FDS. 

Les sources de René Capain Bassène se trouvent également parmi les autorités administratives et locales, les autorités religieuses de toutes confessions, les chefs coutumiers et les responsables de services en activité ou à la retraite. Elles comprennent également des citoyens lambda. RCB sait où trouver l'information recherchée. Ses sources s'étendent jusqu'en Guinée-Bissau, en Gambie, en Guinée-Conakry, au Mali et en Mauritanie, parmi les FDS, les anciens FDS et les autorités de ces pays qui ont parfois joué un rôle dans la crise en Casamance. Cela fait de lui l'un des acteurs les plus compétents pour comprendre les enjeux géopolitiques liés au conflit en Casamance. Sa force réside dans sa capacité à dialoguer avec tous les acteurs concernés par le conflit, sans aucun protocole préalable.

René Capain Bassène, un journaliste indépendant qui tient à son indépendance.
D'un naturel jovial, toujours souriant et taquin, RCB est facile d'accès et capable de s'adapter à toutes les situations. Il est à l'aise avec tout le monde et sait s'adapter à toutes les situations.

En ce qui concerne son travail, les témoignages sont unanimes : il est respectueux, rigoureux, à l'écoute, véridique et honnête. De nombreuses personnes rencontrées témoignent du respect qu'il inspire, du fait qu'il est discret et courageux. Sa grande humilité et sa modestie font de lui une personne admirée par ses sources. Cependant, il tient à son indépendance et a toujours poliment refusé toute forme d'aide, considérant la pertinence de son travail suffisante. Malgré les offres de matériel, d'argent, voitures, ordinateurs, etc., il les a toutes déclinées. Il n'a jamais accepté de sponsoring ou de financement pour ses recherches. Il utilise une partie de son salaire pour mener ses enquêtes.

Avec ses sources, il a toujours veillé à maintenir une distance équilibrée. Il s'agit de rapports entre le journaliste et ses sources, ce qui lui confère toute sa liberté d'expression et lui permet de traiter librement les informations collectées. Il refuse même de recevoir des cadeaux destinés à ses enfants. RCB a également refusé les propositions de collecte de fonds de la part de proches ou de groupes impliqués dans le processus de paix en Casamance. Lorsqu'il anime des conférences, il le fait gratuitement.


René Capain Bassène : Un journaliste qui dérange
René Capain Bassène (RCB) entretient de bonnes relations avec la plupart, à l'exception de ceux qui tirent profit des conflits. Il critique vivement ceux qui sont engagés dans le processus de paix, les accusant de manquer de clarté et de contenu. Cette multiplicité d'acteurs, chacun avec ses propres méthodes et messages, crée une cacophonie qui embrouille l'opinion publique, laissant les gens dans le flou quant aux actions à entreprendre. Pour RCB, ces efforts se traduisent par un cycle interminable d'accords de paix grandioses, suivis invariablement d'un désespoir total lorsque ces accords ne sont pas respectés.

Sa position lui attire les foudres de nombreux acteurs de la paix, qui tentent sans succès de le discréditer auprès des autorités et du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC). Pourtant, ses paroles sont souvent considérées comme des vérités indiscutables.

On dit que RCB dérange parce qu'il détient des informations sensibles sur les nombreux crimes commis en Casamance en lien avec le conflit. Il est au courant des détails concernant des assassinats tels que ceux d'Oumar Lamine Badji, Chamsidine Nema Aidara, Député Mamadou Cissé, des couples français Cave et Gargnard, ainsi que d'autres membres du MFDC impliqués dans le processus de paix. Des membres du MFDC qui s’étaient engagés dans le processus de paix, dont Youssouph Sambou, dit Rambo, Sarani Manga Badiane, Maurice Adiokhane Diatta et Chamsidine Aidara, assassiné en 1983 alors qu'il habitait le quartier de Lyndiane à Ziguinchor. Il est le premier à avoir été assassiné dans le cadre de la crise armée en Casamance.

Il est très critique à l’égard de certains acteurs de la paix qu’il accuse de privilégier le spectacle à chaque fois qu'ils accompagnent ou soutiennent une communauté dans l'un de ses processus. Une fois l'événement terminé, les populations sont souvent laissées à elles-mêmes et l'aide qui leur est accordée est souvent insuffisante. Certaines rencontrent même davantage de problèmes à leur retour par rapport à leur lieu de refuge initial.

René est un journaliste qui dérange parce qu’il détient des informations sur les réseaux nationaux et internationaux de trafic illicite, notamment de chanvre indien, de drogues dures, de bois et d'armes, en relation avec le conflit en Casamance. Il précise que ce sont de puissants lobbies qui dirigent ces réseaux, qui sont de grands pourvoyeurs d'emplois non déclarés et ont créé de nouveaux riches. Ces acteurs ne veulent pas la paix, car ils ont contribué à maintenir un climat d'incertitude où ils peuvent mener leurs activités illicites en toute tranquillité.

René dérange également en raison de sa bonne connaissance du jargon utilisé dans la gestion du processus de retour des réfugiés et des déplacés dans leurs communautés d'origine, ainsi que dans la reconstruction des infrastructures pour relancer les activités économiques et sociales.

René Capain Bassène a été victime de menaces à maintes reprises, comme il l'a mentionné dans son troisième livre parcouru par exclusif.net. Il est détesté par ceux qu'il appelle les "colporteurs de la paix", c'est-à-dire ceux qui, au nom de la paix, tirent profit du conflit. Bien qu'il soit l'objet de toutes sortes d'insultes, il affirme être serein car il n'a rien à se reprocher professionnellement.

Concernant le processus de paix, René Capain Bassène serait bien plus utile au pays s'il retrouvait sa liberté. Il pourrait grandement contribuer à la résolution du conflit en Casamance. Les populations réclament son jugement en appel, attendu depuis le 13 juillet 2022. Il maintient toujours son innocence et dénonce une machination politico-judiciaire visant à le faire taire en raison de ses critiques envers la façon dont les hautes autorités gèrent le processus de paix en Casamance.
Lisez encore


1.Posté par Sagar Mbodji le 26/05/2024 01:49
Dans cette affaire il ya bel et bien la paix de Benno Book yaaakar et de militants tapis dans la gendarmerie. Moussa Fall et Isaac Diac vous a menti de A à Z.

Nouveau commentaire :




AUTRES INFOS

Nécrologie : Sidiki Diabaté annonce le décès de son père

Didistone Olomide : « Ceux qui aiment la solitude sont ceux qui ont payé cher la fausse compagnie »

FPO : Serge Malou limogé

Média : Babacar Ndiaye, animateur à la RTS, porté disparu

Summertour 2024 : Youssou Ndour et son groupe débutent à Mallorca

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du jeudi 18 juillet 2024 (wolof)

Préparation aux examens : comment mémoriser facilement davantage

Almadies : Amadou Loum Diagne obtient un financement de 81 millions de dollars pour construire des hôtels de luxe

France : Aubameyang quitte l'Olympique de Marseille

Foot : Les Lionnes confirment leur supériorité face à la RD Congo avec une victoire 2-0



Flux RSS

Inscription à la newsletter