Moustapha Guirassy fustige la sommation du ministre de l'intérieur contre les ONG soutenant de Yen Marre

Mercredi 14 Novembre 2018

Le ministère de l’Intérieur a adressé des sommations à « Oxfam » et « Lead Afrique francophone », entre autres soutiens de Fadel Barro et Cie, menaçant de leur retirer l’accord de siège. Moustapha Guirassy, président du mouvement SUD dénonce cette démarche dans une lettre qu' exclusif.net vous propose l’intégralité.

" J'apprends avec indignation la convocation par la police nationale, aux ordres du régime du chef de l'Etat sortant Macky Sall, des organisations non gouvernementales Osiwa, Oxfam et Lead Afrique Francophone, au motif qu'ils sont les bailleurs de fonds du mouvement Y en a marre. C'est encore là une balafre infligée à la liberté associative et à la liberté d'expression, de même qu'au droit des associations de recherche des soutiens d'où qu'ils proviennent, pour peu qu'ils soient transparents et d'origine licite et qu'ils ne s'agissent pas de financements occultes ou mafieux.

C'est là une volte face tragi-comique du Président sortant. Car le même Macky Sall, en 2012, avant qu'il n'ait l'heur d’être élu President de la République, déclarait ceci sur les plateaux de la TFM : " Y en a marre est l'expression d'un mouvement d'amplitude de la jeunesse et du mouvement hip hop, avec des groupes de rap qui chantaient déja " di na niu démm Palais guéné fa saleté bi" sous le régime socialiste , sans être inquiétés. Ils ne sont pas subversifs. 

Ces jeunes travaillent sur l'éthique, qui est l'exigence de la majorité de la population".  Macky Sall s'était également rendu en visite au siège de Y en a marre aux Parcelles Assainies dans l'entre- deux tours de la présidentielle de 2012e, après que ce mouvement ait annoncé qu'il le soutenait dans le cadre de leur opération Doggali ( En finir). 

Aujourd'hui, le chef de l'Etat sortant M. Sall paye bien mal de retour Y En A marre, qui il est vrai, lui a tourné le dos, en dénonçant ses dérives autoritaires, son obstruction systématique à un jeu démocratique inclusif et ses manipulations politiciennes. Le Président actuel veut une jeunesse aux ordres et au pas, et ne la tolère que tant qu'elle sert ses desseins. Enfin, en faisant convoquer des ONG qui ont pignon sur rue partout dans le monde, le chef de l'Etat sortant a tristement sali l'image de vitrine démocratique que le Sénégal essaie tant bien que mal de préserver. 
 
J' en appelle à toute la jeunesse sénegalaise pour qu'elle  prenne acte de cet affront et je les encourage à barrer la route à la reconduction de ce régime funeste, le 24 février prochain.



 

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE










Recherche