Mali : ce qui est prévu pour les obsèques d’Ibrahim Boubacar Keïta

Lundi 17 Janvier 2022

La date et les modalités de la cérémonie ont été fixées par la famille et les autorités de la transition. Mais des discussions se poursuivent sur d’autres points.

Selon "JEUNE AFRIQUE", les obsèques nationales de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), décédé le 16 janvier à Bamako, à l’âge de 76 ans, se tiendront le 21 janvier dans la capitale malienne. Un deuil national de trois jours, avec drapeaux en berne sur les édifices publics, est par ailleurs envisagé par le gouvernement. Une cérémonie officielle aura lieu à 10 heures au Génie militaire, avant que le corps de l’ancien chef de l’État ne soit déposé à son domicile de Sébénikoro. On ignore encore où il reposera ensuite.


La famille organise ces obsèques de concert avec les autorités de transition – ce qui n’a pas manqué de susciter un débat parmi les proches d’IBK, renversé en 2020 par le colonel Assimi Goïta et la junte au pouvoir. Il avait initialement été question que la cérémonie se tienne le 20, mais l’option avait finalement été écartée car ce jour sera férié en raison de la Fête de l’armée.

Question épineuse
Dans la soirée du 16 janvier, le Premier ministre de transition, Choguel Kokalla Maïga, s’est rendu avec une délégation de ministres à la résidence d’IBK, à Sébénikoro, pour présenter les condoléances du gouvernement à l’épouse du défunt, Aminata Keïta Maïga, et à sa famille. Avant lui, Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères, qui avait occupé ce même poste sous la présidence d’IBK, ainsi que Zeïni Moulaye, conseiller spécial d’Assimi Goïta lié à la famille de l’ancien président, étaient eux aussi venus rendre un dernier hommage à l’ex-président.

Parmi les autres personnalités venues à Sébénikoro, on notera les anciens Premiers ministres Abdoulaye Idrissa Maïga et Moussa Mara, ainsi que Tiébilé Dramé, un ex-opposant devenu chef de la diplomatie d’IBK, ou encore Moussa Timbiné, le dernier président de l’Assemblée nationale en fonction lorsque IBK était au pouvoir.


Reste une question épineuse, toujours pas tranchée : comment faire pour que les membres de la famille résidant à l’étranger et les chefs d’État (ou anciens dirigeants) puissent assister aux obsèques alors que les frontières terrestres et aériennes du Mali sont fermées depuis les sanctions de la Cedeao ?

Des discussions sont en cours pour décider d’éventuelles exemptions. Karim Keïta, le fils d’IBK, sous le coup d’un mandat d’arrêt au Mali et qui réside à Abidjan, sera très probablement absent lors des funérailles de son père. Son frère Bouba, qui vit également à Abidjan mais qui était au Gabon pour les obsèques de sa belle-mère, pourra lui s’y rendre sans être inquiété, à condition de trouver un moyen de rallier Bamako.

Ces dernières semaines, alors que le Mali subissait à la fois la pression de la Cedeao et des partenaires occidentaux, IBK exprimait pour la première fois ses vives inquiétudes à ses rares visiteurs face à la situation du pays, alors qu’il se refusait jusqu’ici de commenter l’actualité.
R

Nouveau commentaire :





AUTRES INFOS

Fama Thioune et Adja Astou en toute complicité

Affaire Sweet Beauty Spa : La deuxième masseuse entendue par le doyen des juges

L’actrice Yakhara Gueye alias Ndeye Marie dans une superbe tenue

L’actrice Coumba de la série « Infidèles »

Emilie Fiorell : « j’ai été salie, humiliée par Mbaye Niang »

Homophobie dans le football : une absence d'Idrissa Gueye crée la polémique

Zeyna Ndour s'affiche dans une magnifique robe

PSG : Gana Gueye a refusé de jouer sous les couleurs LGBT


Flux RSS

Inscription à la newsletter