Liberté de la presse sous Macky: le Sénégal dégringole à la 73e place

Mardi 3 Mai 2022

Un recul de 24 rangs dans le classement mondial de la Liberté de la presse 2022. Les journalistes n’ont jamais été aussi menacés au Sénégal. Le Sénégal qui stagnait à la 49e place ces dernières années a connu une dégringolade sans précédent dans ce classement, qui évalue les conditions d’exercice du journalisme dans 180 pays et territoires.




L’affaire Sweet Beauty, à l’origine des événements malheureux qui se sont déroulés au Sénégal, au mois de mars 2021, a beaucoup pesé sur la balance. Ce qui a, d’une certaine manière, entrainé la chute du Sénégal sur le classement mondial de la liberté de la presse.

C’est le responsable du bureau Afrique de l’Ouest de Reporter sans frontière (Rsf) qui le dit. Interrogé par Iradio (90.3), Sadibou Marone note, qu’à l’époque, ces événements avaient impacté négativement la presse sénégalaise. « Au Sénégal, l’année, 2021 a été assez difficiles pour les journalistes dans la mesure, où, il y a eu des événements sociopolitiques qui ont été couverts par les médias d’une manière générale. Et les médias, ont été les acteurs qui, malheureusement, ont subi un peu les conséquences assez difficiles par rapport à cette situation », a-t-il expliqué.

Lors de ces événements, certaines sanctions, allant de la fermeture de télévisions, ont été infligées à des médias par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra). Cette mesure est mal appréciée par Rsf. « Les décisions prises par le régulateur de l’audiovisuel, qui a suspendu des chaînes de télévision : Sen tv et Walfadjiri, pendant trois jours à l’époque, et des décisions assez contestées par les acteurs, sont des points négatifs. Il y a aussi le fait que l’audiovisuel public, la télévision nationale, a toujours peiné à donner la parole aux opposants. Le fait également que certaines des sanctions pénales soient maintenues dans le code de la presse. Ces sanctions qui peuvent aller jusqu’à deux ans de prison », a-t-il fait savoir.


Les appels à gazer les journalistes lors des événements de Mars 2021, les violences et arrestations subies par les hommes de media dans l’exercice de leur fonction. Récemment, un journaliste de la chaîne de télévision 7TV a été arrêté devant le Palais de justice de Dakar, après une altercation avec un gendarme. Il a été ensuite déféré au parquet puis traduit devant le juge pour outrage à agent.
R

Nouveau commentaire :





AUTRES INFOS

Vidéo : Les révélations de Max Mbargane sur le meurtre commis par le jumeau du lutteur Mama Lamine

Tentative d'inhumation à Touba: La dépouille d'un "homosexuel" refoulée

Wakhinane Nimzatt : Macky Sall offre près de 400 baux aux habitants de la cité "Diobene" grâce à Habib Niang

PSG: Le directeur sportif limogé

Gambie : Le Groupe Edk ouvre un restaurant "Djolof Chicken" à Banjul

Les premiers éléments de l’enquête sur l'assassinat de Fatou Kiné Gaye....

Le capitaine Touré a un homonyme !!!

Série de meurtres et d'agressions à Dakar : Antoine DIOME, ministre de l'intérieur indexé


Flux RSS

Inscription à la newsletter