Menu

Le Nigeria inquiet pour sa sécurité après la mort d’Idriss Déby, « rempart » contre le djihadisme

Dimanche 25 Avril 2021

Les troupes tchadiennes ont joué un rôle clé pour chasser Boko Haram des principales villes de l’Etat de Borno et préserver le pays de l’afflux de terroristes venant du Sahel.


Dès l’annonce de la mort du président tchadien Idriss Déby, son homologue et voisin nigérian, Muhammadu Buhari, lui a rendu hommage et a reconnu que son décès laisserait un « grand vide » dans le combat contre le djihadisme qui prospère dans la région, particulièrement dans le nord-est du Nigeria.

Idriss Déby avait fait de l’armée tchadienne une force moteur contre la menace djihadiste dans la région du Sahel et du lac Tchad. Et pour le Nigeria, géant de 200 millions d’habitants, sa mort pourrait avoir de lourdes conséquences dans la lutte contre Boko Haram et contre le groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap). Son fils Mahamat a rapidement pris les commandes du pays et de l’armée, mais les questions sur la stabilité politique du Tchad et ses engagements en matière de sécurité régionale restent ouvertes.


« L’armée [nigériane] est en alerte dans le nord-est, surtout à la frontière avec le lac Tchad, a confié à l’AFP un soldat sous couvert d’anonymat. Si le Tchad sombre dans le chaos, ça aura des conséquences directes sur le Nigeria et le Niger. »


Sous Déby, les troupes tchadiennes ont joué un rôle clé pour chasser Boko Haram des principales villes de l’Etat de Borno, aux confins du lac Tchad, lors d’une importante campagne militaire menée en 2015 dans le cadre d’un accord de coopération régionale. A plusieurs reprises ces dernières années, l’homme fort du Tchad s’était même agacé publiquement que son armée se batte « seule » au Sahel et sur le lac Tchad, allant jusqu’à retirer ses troupes du Nigeria tout début 2020.

Déby et Buhari, deux militaires, entretenaient un respect cordial et s’étaient rencontrés le mois dernier. Mais le Nigeria a toujours vu d’un mauvais œil la supériorité militaire tchadienne sur son propre territoire.

« Les terroristes ont peur des Tchadiens »
« Les troupes tchadiennes étaient censées revenir au Nigeria. Elles étaient attendues, explique Vincent Foucher, chercheur au CNRS et spécialiste de la région. L’armée nigériane subit de nombreux revers et l’aide des voisins serait sûrement appréciée, mais maintenant je pense qu’il est très peu probable qu’ils reviennent. » Face à la potentielle instabilité causée par la mort de son chef d’Etat, au pouvoir depuis trente ans, N’Djamena va certainement « alléger ses positions le long du lac Tchad, donnant plus de marge aux combattants de Boko Haram et de l’Iswap pour opérer », commente M. Foucher.


Dans le nord de l’Etat de Borno, les forces nigérianes ont déjà été durement touchées par une récente vague d’attaques de l’Iswap, qui a pris d’assaut des villes stratégiques et des garnisons militaires dans la région du lac Tchad. Damasak, dans l’extrême nord-est du Nigeria, avait été libérée par les Tchadiens en 2015 et abrite aujourd’hui un de ces « super-camps » fortifiés de l’armée nigériane. Toutefois, la ville a été attaquée trois fois la semaine dernière, forçant des dizaines de milliers de personnes à fuir, notamment vers le Niger.

Lire aussi  Après la mort d’Idriss Déby, une période d’incertitude s’ouvre au Tchad
« Le Tchad sous Déby a été un rempart contre l’afflux de terroristes venant du Sahel vers la région du lac Tchad, rapporte à l’AFP un haut responsable du gouvernement de Borno. Les terroristes ont peur des Tchadiens. Mais si cela tombe, ça va affecter chacun d’entre nous dans la sous-région. » L’année dernière, la région du lac Tchad, composée d’îlots marécageux difficilement praticables, a subi une augmentation de 60 % du nombre de ces attaques, faisant plus de 4 800 morts, selon le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, une institution de recherche du département américain de la défense.

La succession à la tête du pouvoir au Tchad et la lutte contre les rebelles issus du nord auront également un impact direct sur la sécurité dans la région du lac Tchad. « Il est presque certain que nous allons assister à une bataille de succession » à N’Djamena, note le cabinet de conseil en risques nigérian SBM Intelligence dans un rapport publié cette semaine : « Cela signifie que les insurgés auront tout loisir de consolider leur base sur le lac et pourront se déplacer dans la zone pour attaquer l’armée nigériane. »

Le Monde avec AFP
La Redaction



AUTRES INFOS

Bassirou Diomaye Faye de Pastef chez Mame Boye Diao de l'APR

Baptême des 9 bébés maliens nés à Casablanca, découvrez leurs prénoms

Quarante ans après, l'héritage de la légende du reggae Bob Marley reste vivace

L'émission "Taku Show" de Walf Tv provoque la colère du Tchad

Les sorties médiatiques d’Ahmed Khalifa NIASSE désormais réservées...

France: le tueur en série Michel Fourniret est mort

Halima Gadji tente de justifier le divorce

TV& RADIOS

Me Moussa Bocar Thiam : «La décision de la Cour de la CEDEAO est une erreur monumentale»

El Hadji Diouf révèle: "Brunu Metsu m'a dit qu'il préfère étre inhumé au coté de..."

Liberté de la presse : Les journalistes de Ziguinchor dans la rue

Fatoumata Ndiaye "Au Fouta, ils traquent des jeunes qui s'opposent au régime de Macky "

Pape Ndiaye révèle : "Le procureur m'a dit que Imam Ndao avait un projet de faire exploser le mausolée de..."

"Il y a des ministres et DG qui n'obéissent pas aux ordres de Macky", selon Serigne Mbacké Bara Doly confirme

VIDÉO: L'activiste Mame Sène fait des graves révélations sur les griots de Macky Sall



Inscription à la newsletter

Recherche