Menu




La difficile vie des migrants sénégalais aux îles Canaries

Samedi 21 Novembre 2020

Les Sénégalais continuent de pleurer les nombreux morts dans le cadre de l’émigration clandestine. Une journée de deuil national a d’ailleurs été organisée en hommage aux victimes, dont la liste ne cesse depuis de s’allonger. Mais ce qu’on sait moins, c’est comment les pays d’accueil vivent le phénomène. Ou encore comment ils traitent ces jeunes gens étrangers, quasiment enfermés dans des hôtels de luxe dans ces pays au moment où les habitants tentent de joindre les deux bouts à cause notamment de la pandémie de coronavirus. En effet, même au milieu de la pandémie, l'immigration reste un problème pour l'Europe, en particulier dans le Sud. C’est ce qu’a conclu un document du journal américain «The christian science monitor», qui a tenté de répondre à la question : comment les pays (européens) gèrent-ils les soins aux réfugiés lorsque les inquiétudes des résidents concernant le Covid-19 et le chômage sont déjà élevés ?


Les Sénégalais continuent de pleurer les nombreux morts dans le cadre de l’émigration clandestine. Une journée de deuil national a d’ailleurs été organisée en hommage aux victimes, dont la liste ne cesse depuis de s’allonger. Mais ce qu’on sait moins, c’est comment les pays d’accueil vivent le phénomène. Ou encore comment ils traitent ces jeunes gens étrangers, quasiment enfermés dans des hôtels de luxe dans ces pays au moment où les habitants tentent de joindre les deux bouts à cause notamment de la pandémie de coronavirus. En effet, même au milieu de la pandémie, l'immigration reste un problème pour l'Europe, en particulier dans le Sud. C’est ce qu’a conclu un document du journal américain «The christian science monitor», qui a tenté de répondre à la question : comment les pays (européens) gèrent-ils les soins aux réfugiés lorsque les inquiétudes des résidents concernant le Covid-19 et le chômage sont déjà élevés ?

C'est la basse saison en Europe. Mais même à cette période de l’année, les hôtels de Tenerife seraient encore normalement remplis de touristes allemands et scandinaves fuyant le ciel gris d'automne. «Au lieu de cela, les têtes qui sortent des balcons colorés des hôtels sont des jeunes hommes du Sénégal et de Gambie, qui sont récemment arrivés dans cette ville touristique de l'île de Tenerife après des voyages tumultueux sur des pirogues. Ils sont en quarantaine pour protéger la communauté du Covid-19», a d’emblée constaté le document. «Ils ne nous laisseront pas sortir», crie un jeune Sénégalais en français sur son balcon. Il est à l'intérieur depuis plus d'une semaine et y restera au moins une autre, avant d'être placé ailleurs ou laissé à lui-même. «Je ne suis pas vraiment sûr de ce qui se passe ou de ce qui va se passer ensuite», a ajouté notre jeune compatriote.

Depuis janvier, plus de 17.000 personnes venues principalement du Sénégal, de la Mauritanie et du Maroc

Selon la source, les plus de 100 hommes séjournant au célèbre hôtel Tenerife Ving ne sont que quelques-uns des centaines de migrants hébergés à travers les îles Canaries dans des hôtels laissés vacants par la pandémie Covid-19. «Depuis janvier, plus de 17.000 personnes sont arrivées aux îles Canaries, principalement du Sénégal, de la Mauritanie et du Maroc, dans le cadre de la plus grande vague de migration que l'archipel ait connue depuis 2006, lorsque plus de 30.000 personnes y ont cherché refuge. Près de 10.000 personnes sont arrivées le mois dernier seulement», note encore le document.

Amplification des attitudes xénophobes et racistes et propagation du discours de haine

À en croire le journal américain, la pandémie a forcé le gouvernement régional à chercher les moyens de faire face à l'afflux de personnes, dans l'espoir de protéger les migrants ainsi que la population locale du Covid-19. Et avec les habitants déjà confrontés à la faim et à un taux de chômage de 25%, le traitement des migrants nouvellement arrivés a suscité un certain ressentiment - en plus des craintes stéréotypées du terrorisme et des inquiétudes concernant la contagion du Covid-19. «Le contexte actuel a amplifié les attitudes xénophobes et racistes, ainsi que la propagation du discours de haine… Mais nous ne pouvons pas dire qu'il s'agit d'un phénomène général. La population canarienne a toujours une attitude relativement positive à l'égard de l'immigration. Cela a toujours fait partie de notre tissu national», déclare un professeur à l'Université de La Laguna à Tenerife.


Selon le document, tout est improvisé. Ainsi, explique la source, à la porte verrouillée de l'un des rares hôtels à ne pas avoir fermé ses fenêtres et accueillant des migrants, des agents de sécurité veillent. Les passants qui tentent de parler aux hommes qui jettent un œil par leurs fenêtres sont rapidement chassés. «Tout cela est conforme à la directive actuelle du gouvernement, qui veut que le nombre et les noms des établissements participants restent privés. Ce n'est pas par secret, disent les volontaires, mais comme moyen de protéger les migrants», apprend-on.


Dans certains hôtels qui accueillent des migrants pour des périodes de quarantaine de deux semaines, personne n'est autorisé à aller ou à venir. Alors que d'autres agissent comme des centres de logement social de fortune, accordant aux migrants un couvre-feu nocturne, mais leur permettant de rester pendant quelques temps lorsqu'ils demandent l'asile ou le statut de réfugié, ou se tournent vers la France, l'Allemagne ou l’Espagne continentale. «Personne ne peut vous donner d'informations précises sur la durée de séjour de ces migrants dans les hôtels», déclare José María Santana Suárez, qui dirige les efforts de plaidoyer et de participation sociale à la Commission espagnole d'aide aux réfugiés à Gran Canaria.

Les habitants révoltés

Pour certains habitants, héberger des migrants dans des hôtels de luxe est trop difficile à supporter lorsqu'ils sont coincés dans les banques alimentaires pour mettre le dîner sur la table ou demander des allocations de chômage. Alors que le gouvernement a étouffé les rumeurs selon lesquelles les migrants vivant illégalement dans le pays reçoivent une allocation quotidienne, il a fait ressortir un fil intolérant sur une chaîne insulaire connue ces dernières années pour ses efforts d'intégration.

Pour rappel, fin octobre, plus de 1000 personnes ont manifesté dans la ville portuaire d'Arguineguín à Gran Canaria - où environ 1700 migrants sont actuellement bloqués, en attente de tests PCR et laissés dans des conditions insalubres - contre ce que les manifestants considèrent comme une «invasion de migrants». À Puerto de la Cruz, une ville de la côte nord de Tenerife, les migrants terminent progressivement leur période de quarantaine et se déplacent en ville alors que la curiosité ainsi que la xénophobie augmentent chez les autochtones.

Sidy Djimby NDAO
LES ECHOS





Inscription à la newsletter

TV& RADIOS

Rapatriement massif de migrants clandestins: L'Espagne et le Sénégal signent des accords

Vidéo: Titi fait pleurer Alima Dionne de Sen Tv le jour de son anniversaire

Benoit Sambou assène ses vérités: "Les populations sont fatiguées des discours creux et des promesses sans lendemain..." (REGARDEZ)

Corine Augustine N'deye déplore :"Il y a trop de discrimination dans les concours au Sénégal"

Me Wade: "Vendre des licences de pêches à n'importe qui pour toucher 50 ou 120 millions de commission, c'est scandaleux " (REGARDEZ)