Menu

Édouard Balladur : "La France n’a pas à s’excuser pour le génocide au Rwanda"

Jeudi 15 Avril 2021

Dans une interview exclusive accordée à France 24 et RFI, l’ancien Premier ministre français Édouard Balladur affirme qu’il n’est "pas du tout d’accord" avec les conclusions du rapport de la commission d’historiens sur le rôle de la France dans le génocide au Rwanda, selon lequel Paris porte des "responsabilités lourdes et accablantes". Il s’insurge que la France soit accusée alors qu’aucun pays ni les Nations unies ne sont intervenus pour empêcher les massacres.


S'il admet que de meilleures décisions auraient pu être prises, Édouard Balladur dit ne pas avoir de regrets, à l’instar de son ministre des Affaires étrangères de l’époque, Alain Juppé. L'ancien chef du gouvernement français assure ne pas savoir qui a abattu l’avion du président rwandais – fait déclencheur du génocide – tout en ajoutant que certains dans les cercles du pouvoir ont vite fait d’accuser le Front patriotique rwandais de Paul Kagamé pour justifier une intervention en faveur du régime hutu.

L'ancien Premier ministre insiste sur le fait qu’il a ensuite évité que la France ne se lance dans une "expédition coloniale" en renvoyant des troupes au Rwanda, malgré les pressions de ces cercles bellicistes. Selon lui, le président François Mitterrand était hésitant sur la démarche à suivre ; il aurait fini par le convaincre que seule une intervention militaire à but humanitaire et limitée dans le temps et dans l’espace était envisageable.

Édouard Balladur défend enfin les actions des militaires français. Il nie tout échec pour arrêter les membres du gouvernement génocidaire réfugiés dans la zone contrôlée par l'armée française, soulignant que Paris n’avait pas mandat pour le faire. Quant à leur exfiltration par les militaires au Zaïre voisin, il n’y voit pas de responsabilité de la France.
La Redaction



TV& RADIOS

Serigne Fallou Dioumada : "Si tu cherches des gens arrogants, incorrects... va chez les policiers et gendarmes"

Me Moussa Bocar Thiam : «La décision de la Cour de la CEDEAO est une erreur monumentale»

El Hadji Diouf révèle: "Brunu Metsu m'a dit qu'il préfère étre inhumé au coté de..."

Liberté de la presse : Les journalistes de Ziguinchor dans la rue

Fatoumata Ndiaye "Au Fouta, ils traquent des jeunes qui s'opposent au régime de Macky "

Pape Ndiaye révèle : "Le procureur m'a dit que Imam Ndao avait un projet de faire exploser le mausolée de..."

"Il y a des ministres et DG qui n'obéissent pas aux ordres de Macky", selon Serigne Mbacké Bara Doly confirme



Inscription à la newsletter

Recherche