Menu

ELECTION DU PRESIDENT D’INTERPOL : Pourquoi le candidat des Emirats Arabes Unis devrait gagner

Samedi 13 Novembre 2021

Le Général  Dr Ahmed Nasser Al Raisi, inspecteur général du ministère de l’Intérieur et candidat des Émirats arabes unis à la présidence de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) est bien parti pour gagner les élections face à la candidate tchèque. L’élection est prévue ce 26 Novembre 2021 à Istanbul.

Pendant plusieurs mois, le candidat des Emirats Arabes Unis a sillonné le monde pour dévoiler son programme et ses ambitions pour l’INTERPOL. Partout où il est passé, son charisme, son état de service et sa maitrise des questions liées à la lutte contre la criminalité organisée ont séduit plus d’un.  Véritablement, au vu de ses immenses réalisations aux Emirats devenu l’un des pays les plus sûrs au monde avec une police professionnelle, le Général Nasser Al Raisi, serait une chance pour les pays du Sud, s’il était élu président d’INTERPOL.

Avec le soutien de certains des zones Afrique, Amérique du Sud et  des pays du Sud en général, le Général Al Raisi devrait être élu haut la main. Cette élection semble être une revanche des pays du Sud qui, bien qu’ils soient membre d’INTERPOL, occupent des fonctions de moindre envergure, une erreur de l’histoire qu’il faudra corriger avec les Emirats.

Cette fois-ci, une unité sacrée s’est bâtie autour du candidat des Emirats qui a effectué des tournées couronnées de succès en Afrique, aux Amériques, au Moyen Orient, etc.

L’hégémonie des Emirats Arabes Unis à travers le monde, ses excellentes relations, ses réalisations importantes dans des domaines aussi riches que variés, avec les pays du Sud, surtout l’Afrique, seront un apport de taille pour l’élection du Général.  Déjà, le soutien des pays du Moyen-Orient, de l’Asie, de l’Amérique latine et  de l’Afrique suffira pour assurer sa victoire. 

Les pays du Sud qui ont tout le temps été relégués au second plan, veulent aujourd’hui gagner la présidence d’INTERPOL avec leur candidat le Général Al Raisi. Le vote des pays du Sud sera très déterminant alors. Les Etats membres sont répartis par zones : 54 pays africains, 38 pays américains, 52 pays Asie/Pacifique Sud, 50 pays européens. Toutefois, seuls les pays qui se sont acquittés de leurs cotisations seront appelés à voter. Mais selon nos informations, la majeure partie des pays voteront pour le Général Al Raisi qui a présenté un programme cohérent et pertinent.
 
L’influence des Emirats Arabes Unis dans les relations internationales, son aide au développement apportée aux pays du Sud surtout en Afrique et sa coopération internationale très dynamique, contribueront sans nul doute à la victoire de son candidat. L’engagement que draine la candidature des Emirats, reflète l’envie des pays à manifester toute leur reconnaissance à ce pays qui est une référence mondiale sur le plan sécuritaire et dans la protection des personnes et de leurs biens. Sur ce plan, les Emirats n’ont rien à envier aux puissances occidentales. 
 
Cette élection est une belle occasion pour les pays africains qui  veulent renvoyer l’ascenseur aux Emirats Arabes Unis, pays ami et frère.
 
UNE VISION RASSURANTE POUR L’AFRIQUE

L’Afrique, et les pays du Sud en général, souffrent des conséquences de la criminalité organisée et d’autres fléaux qui menacent son développement. Le terrorisme et le radicalisme religieux qui ont provoqué un déplacement important de populations surtout dans la zone du Sahel avec des retombées humanitaires dramatiques, des villages et des écoles fermés, des millions de pertes en vies humaines, du cheptel décimé, avec des conséquences directes sur les politiques publiques, sont une préoccupation majeure des Etats de l’Union Africaine. Ainsi, l’offre programmatique du Général Dr Ahmed Nasser Al Raisi, candidat des Emirats Arabes Unies à la présidence d’Interpol a fini d’obtenir l’adhésion des pays du Sud. Car, elle prend en compte tous ces facteurs qui touchent la sécurité des Etats avec de nouvelles orientations et une volonté réelle de renforcer les outils d’AFRIPOL.

Après avoir analysé les différents axes programmatiques du Dr Ahmed Nasser Al Raisi, l’on peut dire qu’il s’agit d’une grande première qu’un candidat à la présidence de l’INTERPOL propose un programme aussi ambitieux qui recoupe les aspirations des pays du Sud. 

Il s’agit de grandes orientations articulées autour d’une vision futuriste capable de limiter les effets de la criminalité organisée en Afrique mais aussi en Amérique Latine fortement secouée par les crimes, le trafic de drogue, la délinquance urbaine, les trafics illicites de toute sorte.

Voilà pourquoi, au-delà des Emirats arabes unis, la candidature du Général Ahmed Nasser Al Raisi, à la présidence d’INTERPOL, est portée par la majeure partie des pays africains, arabes et ceux d’Amérique.

L’homme est un pur produit de l’Administration sécuritaire des Emirats Arabes Unis formé des grandes écoles et ayant une expérience avérée dans l’architecture sécuritaire de son pays.  Ses qualités morales et intellectuelles font du Général Al Raisi, un haut fonctionnaire exceptionnel avec une riche carrière nationale et internationale. 

Le Général Al Raisi est un homme alerte, à l’esprit vif, une conscience avertie face aux grands enjeux qui touchent la sécurité et la lutte contre les menaces multiformes. Pour les pays du Sud, il s’agit d’une chance réelle de l’avoir à la tête d’INTERPOL afin qu’il puisse réaliser son programme. Car, plus que les autres continents, l’Afrique est fortement affectée par la criminalité organisée par exemple, les trafics de : cocaïne, de méthamphétamine, de faux médicaments, de migrants, d’armes, de la piraterie, de cigarette, des drogues mais aussi le terrorisme et le radicalisme, etc.

Ces trafics illicites transnationaux qui parfois, partent de l’Amérique latine jusqu’en Afrique du Nord en passant par l’Afrique de l’Ouest et du Centre, font perdre plusieurs milliards de dollars à l’économie africaine.

Les violences urbaines sont alimentées par la consommation de stupéfiants par les jeunes âgés entre 15 et 25 ans. Il y a aussi les trafics illicites qui sont des sources de financement des groupes armées. D’où l’urgence pour les Etats de mettre en place des mécanismes de contrôle des circuits financiers qui renflouent les caisses des groupes criminels.

La pertinence du programme proposé par le Général Dr Ahmed Nasser Al Raisi trouve tout son sens dans l’urgence des pays du Sud de trouver des solutions à la problématique de la criminalité et ses dérivés.  Dans la mesure où la criminalité organisée a un impact évident sur la gouvernance politique et économique mais aussi sur la santé publique.

Le programme du candidat des Emirats Arabes Unies a été adopté par les pays du Sud du fait de sa pertinence. Plus touchés par le fléau de la criminalité organisée, les pays du Sud voient en Al Raisi, le président d’INTERPOL qui apportera la solution tant attendue pour limiter cette menace qui affecte tous les efforts de développement en Afrique. 


L’OFFRE PERTINENTE DU GENERAL AL RAISI AUX PAYS DU SUD
 

En Afrique, tous les plans de développement peinent à connaitre un succès à cause des conséquences néfastes de la criminalité transnationale sur les politiques publiques. Ainsi,  en perspective de la tenue de la prochaine session (89e) de l’Assemblée générale de l’organisation internationale de Police criminelle  (INTERPOL), prévue ce 26 Novembre 2021 à Istanbul, le candidat des Emirats arabes unis, a décliné une Vision qui a séduit les dirigeants des pays du Sud qui n’ont pas hésité à s’engager pour son élection. 

A l’instar de la Mission assignée à AFRIPOL, le candidat des Emirats Arabes Unis a décidé d’accompagner l’Afrique et l’ensemble des pays du Sud dans la lutte contre la criminalité transfrontalière organisée. Il s’agit là, d’une excellente idée car la porosité des frontières des pays africains, le manque de moyens et de personnel qualifié de la police des frontières bien outillée et la taille immense de certaines frontières facilitent les trafics illicites transfrontaliers. En plus, l’absence de contrôle au niveau des frontières ne permet pas d’effectuer des vérifications sur les documents de voyage ou d’identifier les voyageurs dangereux.



L’Afrique souffre du terrorisme et de l’extrémisme. Alors, le Général Al Raisi a manifesté sa volonté d’accompagner les pays dans la lutte contre ces menaces. Le Sahel est menacé par plusieurs groupes terroristes éparpillés entre le Nord Mali, au niveau des frontières entre le Niger, le Burkina ainsi que vers la Côte d’Ivoire. Cette menace est à l’origine de la création du G5 Sahel. Vers le Nord et le Centre règnent l’Etat islamique et Boko Haram jusqu’aux alentours du Lac Tchad et entre les frontières Tchado Libyennes. Cette menace est accentuée par l’instabilité politique au Tchad et en Libye  à cause de la mort de Muhammar Kadhafi et Idriss Déby. Le constat est identique vers la Centrafrique et par extension en Afrique de l’Est polluée par les Shebabs. Il est donc heureux pour les pays africains, de voir le candidat des Emirats inscrire la lutte contre le terrorisme parmi ses principales préoccupations.
Il n’a pas manqué d’insister sur l’urgence d’apporter des réponses drastiques aux trafics illicites de stupéfiants. Le trafic de drogue est un business lucratif en Afrique, surtout dans les zones instables comme le Sahel. Il compromet l’avenir de la jeunesse, alimente la délinquance urbaine et remet en cause les efforts de développement.  



La cybercriminalité est un autre type de menace transnationale qui efface les frontières des Etats et qui rend vulnérable nos Etats. L’intention du Général Al Raisi de la combattre permettra aux pays africains de développer des programmes de cyber défense pour protéger les structures vitales des Etats.  En matière de cyber défense, les pays du Sud trainent encore loin derrière, comparés aux autres pays. Or, les Banques, les Assurances, les Hôpitaux, les Directions Générales, les Ministères, les sociétés de télécommunications etc., sont exposés à toute sorte de cyber menace ; d’où la pertinence de la vision du Dr Ahmed Nasser Al Raisi sur la cybercriminalité. 


C’est au rang des priorités majeures que le trafic illicite des armes est inscrit. Ce trafic alimente les conflits et encourage la délinquance. Par exemple, dans le Sahel, existent des foires de commerce d’armes de toute sorte. Or, il est évident que l’accès facile aux armes menace la stabilité des pays et accentue l’insécurité.  Ces types de criminalité organisée pris en compte dans l’offre programmatique du Général, génèrent une économie noire qui menace l’économie africaine voire mondiale. Et sa volonté d’aider les Etats à les combattre est une source de motivation pour les pays du Sud à l’accompagner dans sa politique. 

BATIR UN MONDE DE PAIX


Il s’agit pour le Général Dr Ahmed Al Raisi de jeter les nouvelles bases d’un monde de paix et de stabilité. Il a très tôt compris que ces menaces n’épargnent aucun pays au monde surtout les pays les moins avancés. Et, les Emirats Arabes Unis, après un diagnostic détaillé de la situation, ont mis un plan multidimensionnel dont l’axe majeur en Afrique, vise à renforcer les moyens d’action d’INTERPOL. Pour cela, il faudra, selon le programme du candidat Al Raisi, instaurer des mécanismes de coopération avec l’organe africain dénommé AFRIPOL. S’en suivront alors, l’élaboration et la mise en œuvre d’un Plan Quinquennal Stratégique (2022-2026).
C’est un fait majeur dans l’histoire d’INTERPOL et il mérite d’être mis en relief. Le Général Al Raisi est allé au-delà des attentes des pays du Sud avec un programme qui, une fois mis en œuvre, aidera l’Afrique dans sa lutte contre la criminalité. 
Ce Plan Quinquennal Stratégique permettra à l’AFRIPOL d’être plus opérationnel en se positionnant sur toutes les lignes de front face aux groupes organisés. L’espoir est alors permis car avec ce plan proposé par Al Raisi, AFRIPOL jouera pleinement son rôle.
Une fois élu, le Général Dr Ahmed Nasser Al Raisi entend renforcer les quatre (04) bureaux régionaux d’Interpol en Afrique, et cela, dans le but d’exécuter avec diligence le plan stratégique pour l’Afrique. 
Dans sa volonté ferme de faire de l’Afrique un champ d’application des actions prioritaires de l’INTERPOL, le candidat des Emirats a décidé de renforcer l’échange d’informations à travers les 18 data bases d’Interpol. Cette option va rendre encore plus efficiente la lutte mondiale contre tous ces phénomènes criminels qui menacent la stabilité de sociétés. 
L’autre nouveauté c’est la modernisation des équipements des bureaux centraux nationaux d’INTERPOL en Afrique sans oublier la mise en œuvre du programme INTERPOL WPAIS dont l’objectif c’est un meilleur partage d’informations entre les bureaux centraux nationaux en Afrique. Les premiers éléments pour lutter contre la criminalité organisée, ce sont les moyens, l’échange d’information, la formation du personnel. Et cela, le Général Al Raisi l’a bien compris.
Le candidat des Emirats Arabes Unis, a effectué une visite au Sénégal dans le cadre de sa tournée africaine. A Dakar, il a eu un tête à tête avec le président Macky Sall prochain président de l’Union Africaine. Les échanges portaient sur les perspectives et sur la coopération entre les deux pays. Le Sénégal a porté sans réserve la candidature du Dr Ahmed Nasser Al Raisi pour la présidence d’INTERPOL. Une autre rencontre a eu lieu entre les deux hommes, aux Etats Unis lors de l’Assemblée Générale des Nations Unies. 

Cette tournée l’amènera en Guinée Bissau, au Togo, en Guinée, au Burkina Faso, en Gambie. En République Démocratique du Congo, le Général Al Raisi a été reçu par le président de la République Félix Tshisekedi président en exercice de l’Union Africaine. 

Après sa tournée africaine, le général Dr Ahmed Nasser Al Raisi, inspecteur général du ministère de l’Intérieur et candidat des Émirats arabes unis à la présidence de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), s’était rendu aux États-Unis d’Amérique, dans le cadre d’une tournée. Il était aussi en Amérique du Sud. Il a été reçu par plusieurs personnalités américaines. Le Général a eu une motion de soutien en Amérique du Sud où des rencontres avec des sommités ont été notées.
Selon certains chercheurs en sécurité, l’Afrique sera le berceau des conflits du futur. Ainsi, dans ce continent, surgiront également de nouvelles menaces sécuritaires. Des conflits communautaires éclatent et encouragent le redéploiement des groupes criminels dans certaines zones dans le continent. L’élection du Général Al Raisi à a tête d’INTERPOL viendra alors à son heure au vu de son ambitieux programme pour l’Afrique. 
L’Afrique qui a toujours été placée au cœur  des enjeux géopolitiques entre puissantes occidentales, a besoin de stabilité pour atteindre les objectifs de développement. Il n’existe pas d’émergence économique et sociale sans sécurité. C’est tout le sens de la vision du candidat des Emirats Arabes Unis le Général Dr Ahmed Nasser Al Raisi qui a mis l’Afrique au centre des axes prioritaires de son programme. 
Le président en exercice de l’Union africaine Félix Tshisekedi, son prochain successeur le président Macky Sall et les pays du Sud dans leur ensemble, ont des raisons suffisantes d’accompagner le candidat des Emirats Arabes Unis, bien parti pour gagner l’élection à la présidence d’INTERPOL. 
Par Mamadou Mouth BANE
R


AUTRES INFOS

Au-delà de son image stigmatisée, la Casamance a des merveilles a offrir au reste du Sénégal et du monde (Par Nicolas Silandibithe BASSENE)

Président de Saint-Louis Basket Club : Baba Tandian jette l’éponge !

Le huitième Forum sur la coopération sino-africaine s'ouvre à Dakar

Investiture du candidat Adoulaye Diouf Sarr : La forte mobilisation des Dakarois

Nécrologie : Nouha Mancaly, correspondant de la Rfm à Bissau est décédé

Prostitution des mineures à Saly : Des filles âgées entre 12 et 16 ans

Abdoulaye Diouf Sarr chez l'Archevêque de Dakar



Recherche