Menu






Déminage de la Casamance : Les agents du CNAMS comptabilisent 3 mois sans salaire... le MAESE indexé

Lundi 27 Juin 2022

Une trentaine d'agents du Centre National d’Actions Antimines au Sénégal (CNAMS), engagés pour déminage des mines en Casamance, entrent dans leur troisième mois sans salaire. Une partie de ce personnel interpelle le Chef de l'Etat sur ce manquement. Ledit centre, qui est sous la tutelle du Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur (MAESE), peine à remplir correctement sa mission sur le terrain.  Selon nos informations obtenues par exclusif.net,  depuis quelques années (2014), le CNAMS est confronté à des difficultés de mobilisation de ses ressources allouées par l’Etat (budget annuel).

"Même le budget d’appui institutionnel qui est directement alloué par le ministère de tutelle est drastiquement réduit. En 2020 le CNAMS/PALAC n’a fonctionné qu’avec la moitié de son budget annuel à savoir cent cinquante (150) millions, ce qui a causé des dettes fiscales et sociales jusque-là non recouvrées.  En plus de plomber ses activités sur le terrain, le centre n’a pas pu payer les salaires de son personnel pendant 4 mois et demi en 2021."


Le Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur (MAESE) avait pourtant assuré que ce problème serait définitivement réglé mais à la grande surprise du personnel la même situation se présente encore en 2022. Au moment où ces lignes sont écrites le personnel comptabilise 3 mois sans salaire.

"Une situation pénible pour ces pères et mères de familles qui sont dans le désarroi total car ne pouvant plus faire face à leurs besoins primaires (nourriture, santé, paiement des scolarités des enfants et des factures d’électricité et d’eau). A cela s’ajoute la flambée des prix sur le marché et des échéances religieuses dont la Tabaski",rapportent notre source.
 
Conséquence sur le processus de déminage

A ce rythme, la prise en charge de la problématique mine (Déminage, Assistance aux victimes de mine, Education au risque des engins explosifs, Plaidoyer contre l’utilisation des mines) serait affectée entrainant ainsi un sentiment d’abandon chez les populations  face à ce fléau qui hypothèque la sécurité et le développement de la partie Sud du pays.

"Dès lors, n’est-il pas légitime de s’interroger sur l’existence d’un dessein inavoué qui sous-tend toutes ces difficultés que rencontre ce programme de déminage déclaré pourtant prioritaire pour la relance des activités socioéconomiques en Casamance ? Face à la nécessité d’accompagner le retour des populations dans leur terroir jadis abandonné, la tendance devrait consister à renforcer les ressources de ce programme pour une présence forte de l’Etat", plaident nos interlocuteurs.


Nous avons joint le DG du CNAMS, qui a confirmé les arrières de salaires. Nous y reviendrons dans les prochaines minutes sur sa réaction.
 

 
R

Nouveau commentaire :




AUTRES INFOS

"Macky est à son premier mandat de cinq ans", selon son beau-frère Mansour Faye

Infertilité masculine: les véritables causes...

La veuve de DJ Arafat, Carmen Sama secoue la toile avec sa nouvelle vidéo

Lutte avec frappe : Balla Gaye 2 bat Gris Bordeaux.

Ziguinchor : 72 sans eau Guy Marius Sagna et cie déposent une demande d'explication auprès du responsable de SEN Eau

Fantasia Barrino Taylor : "Je pensais que c'était Trump"

L’actrice Ndeya de la série « Impact » toujours aussi sublime

La pétillante chanteuse Narah Diouf ex copine de Ngaaka Blindé

Edu Ndao et Fama Thioune, une nouvelle polémique

Djanii Alfa : « il n’y a personne qui pourra m’empêcher de rentrer en Guinée »


Flux RSS

Inscription à la newsletter