CEM Tété Diadhiou de Ziguinchor : la gestion de la Bibliothèque decriée

Mercredi 6 Décembre 2017

La gestion de la Bibliothèque du Cem public Tété Diadhiou est décriée par Jean Pierre Corréa, professeur de langues vivantes. « JP » qui se présent comme un patriote et par ailleurs défenseur des enfants issus des milieux défavorisés, dans un manifeste, dénonce le fait que les élèves sont contraints à débourser une somme de 200 F CFA pour bénéficier des livres.

« Il est impensable dans un pays civilisé comme le nôtre que des administrateurs scolaires utilisent des subterfuges pour soutirer aux enfants de l’argent pendant plus de dix ans. Pour deux cents francs, on a privé des enfants de leurs supports scolaires. Une bibliothèque scolaire appartient aux enfants. Il ne revient pas à l’élève d’engager des frais d’entretien des locaux; il est du ressort de l’administration via les frais d’inscription d’assurer le fonctionnement normal des locaux de la bibliothèque», corrige Jean Pierre Corréa. 

Sur ce fait qu’il dénonce, M. Corréa interpelle les autorités en charge de l’Education de mettre fin à cette arnaque. « Il y a un jeu de ping-pong entre les arnaqueurs. Chacun essaie de faire porter à l’autre le chapeau. Il revient à l’autorité scolaire de sévir pour arrêter cette mascarade qu’on inflige aux jeunes enfants désœuvrés issus, pour la plupart d’entre eux, des familles démunies. Le faible doit être protégé, le faible ici, est l’enfant lambda sénégalais qui doit jouir de ses droits à l’Education, comme n’importe quel enfant quelle que soit son origine sociale».

Sur ces manquements "JP" n’a pas raté la principale du CEM. «Sans croire me tromper, nous sommes dirigés par une administration, à la tête de laquelle, on trouve une femme qui confond la gestion financière de son foyer à celle de l’Institution publique qu’elle dirige. Honnêtement l’on ne peut en trouver nulle part ailleurs une cheffe d’administration de ce type. Des choses inédites se passent dans la gestion financière du collège. Comment se fait-il qu’un collège aussi réputé cache un autre visage ? » S’est interrogé Jean Pierre Corréa, professeur de langues vivantes au CEM Tété Diadhiou.


La réplique de la principale est sans appel : «M. Corréa ne respecte pas sa hiérarchie et c’est une situation que j’ai trouvée sur place… ».

Accusée dans cette gestion dite "douteuse", Monique Sarr Sagna est sortie de sa réserve pour donner sa version des faits. Pour la principale du CEM, il n’y a aucun fait grave et qui mériterait de prendre la presse. «Je suis à la tête de cet établissement. Les 200 F CFA que les élèves versent annuellement, sont destinés à payer la femme de ménage, la réfection des bouquins détoriotés ou encore mal gérés par les potaches (…)», a dit la dame sous un ton ferme et précis.

 Avant de poursuivre : «c’est une mesure que j’ai trouvée dans cet établissement. Je ne suis pas mêlée directement à la gestion de cette bibliothèque», rectifie la patronne du CEM. Cette affaire risque d’installer un climat de méfiance. Mais, la dame se dit déçue et que M. Corréa est de mauvaise foi. «Je l’avais appelé dans mon bureau pour essayer de lui faire comprendre la situation, mais il n’a jamais voulu comprendre. Pour lui, ses élèves ne doivent pas payer. On lui a fait comprendre que cette mesure est valable pour tous les élèves. Et ce n’est pas une décision de la direction. Ce prix a été fixé par les parents d’élèves». 

Sur cette affaire, Madame Sagna ne compte pas regarder M. Corréa dérouler ses plans. Selon nos informations un rapport a été envoyé à l’Inspection d’Académie de Ziguinchor. Une affaire à suivre...



AUTRES INFOS

Anniversaire: le président Macky Sall fête ses 55 ans aujourd’hui !

Voici l’imam qui a été égorgé par son fils

Woré Sarr recadre Abou Lahad Sadaga : « Vous êtes impoli, mal élévé et discourtois»

Le Président de la République Macky Sall dans le pavillon présidentiel de l'AIBD

Ces spécialistes de la santé mentale qui diagnostiquent Donald Trump

Gambie : le renouveau du tourisme un an après Jammeh



Me Abdoulaye Wade : « Pourquoi j’ai donné au plus grand Aéroport moderne du Sénégal le nom de Blaise Diagne.»

Blague de Macron et départ du président burkinabè: «pause technique» ou «incident diplomatique» ?

Macron aux africains: «Vous ne devez qu'une chose pour les soldats français : les applaudir»

Réactions en Afrique sur les réseaux sociaux après le discours d'Emmanuel Macron

Vidéo: Macron humilie le président Burkinabé et ses étudiants "Vous m'avez parlé comme si j'étais le Président du Faso"

Vidéo: Touba met en garde les polémistes, insulteurs et activistes

SAMEDI: Khalifa Ababacar Sall le jour de son jour