Menu






Abdou Ndiaye, expert en politiques publiques dresse le profil du nouveau président de l’Assemblée Nationale

Lundi 12 Septembre 2022

D’ici à quelques heures, les Sénégalais sauront le nouveau président de l’Assemblée nationale. Abdou Ndiaye, diplômé en Lettres, histoire-géographie à l'École normale supérieure. Dans cet entretien, l’expert en politiques publiques et Aménagement du territoire décentralisation et développement local dresse le portrait du président idéal qui pourrait succéder à Moustapha Niasse. Sur la supposée troisième candidature du Président Sall, Abdou Ndiaye demande aux Sénégalais de laisser le juge constitutionnel dire le droit.
 
Quelle lecture faites-vous de l’actuelle gouvernance de Macky Sall ?
 
Je salue la solidarité qui existe entre les ministères. Les ministres travaillent en congruence. Nous avons constaté cette belle coordination entre le ministre du Commerce et celle de l’agriculture dans l’affaire de la hausse des denrées de première nécessité. Aminata Assome Diatta intervenait dans la régulation et la fixation des prix et les discussions avec les organisations consuméristes. Le Pr Moussa Baldé dévoilait les chiffres de la production. Sur ce point, il faut dire que le Sénégal a fait des productions records lors de la campagne agricole 2021. Pour la campagne 2022-2023, la prévision est de 4 millions de céréales. Si ces productions sont atteintes, c’est parce qu’il y a une volonté politique manifeste du Président de la République, Macky Sall. La tournée du ministre de l’Agriculture et de l’Équipement est une réussite. Car les cultivateurs ont approuvé la politique du gouvernement dans ce domaine. Sur la diplomatie, là aussi, il faut reconnaitre que le gouvernement a fait des progrès. D’abord Macky Sall est à la tête de l’Union africaine et son agenda était très clair et la sécurité était son credo. Il a tout fait pour que les dettes des pays africains soient annulées. Avant son élection à la tête de l’UA, il a beaucoup prôné la politique de la protection des frontières. Même si le Sénégal n'est pas membre des pays du G5 Sahel, le président Sall a participé à la rencontre de Nouakchott (Mauritanie) à hauteur d’un milliard FCFA pour lutter contre le fondamentalisme religieux. L’autre point important lors du déclenchement de la crise armée entre l’Ukraine et la Russie, le Président Macky Sall a appelé, dès les premières heures, le Président Poutine pour cette crise militaire soit réglée. En plus, il est parti à Moscou (Russie) discuter face à face avec lui sur les tonnes de céréales stockées quelque part en Russie vers les pays demandeurs. Et c’est qui a été fait au lendemain de sa visite.
 
Donc, c’est une réussite à mi-parcours ?
 
Tout le monde a vu son implication dans la crise malienne et le processus en cours pour la libération des 49 Ivoriens détenus à Bamako. Donc son bilan est une réussite totale.
 
Que dites-vous sur la possible troisième mandature du président Sall ?
 
Il faut d’abord faire la différence entre une liberté et un droit. D’abord Macky Sall est libre comme tout le monde pour se présenter à une élection présidentielle. Maintenant est-ce qu’il en a le droit ou pas, c’est au juge constitutionnel de le dire. On est dans un État de droit, qui fonction selon des règles et principes bien définis dès le départ. Le droit n’est pas la morale ni l’éthique. Le Conseil Constitutionnel n’est pas une autorité religieuse ni morale, c’est une autorité juridictionnelle. L’autorité juridictionnelle tranche en fonction des dispositions juridictionnelles et non pas en fonction des règles éthiques ou morales. Maintenant on est en démocratie, le dernier mot revient au peuple. Même si le juge constitutionnel tranche en faveur de X ou Y, il appartient au peuple de décider qui sera le prochain président du Sénégal. À mon avis, il ne faut pas empêcher le juge constitutionnel de dire le droit, ce n’est pas bon, car c’est une entrave à la justice et c’est un délit. Personne ne doit empêcher à un juge de dire le droit.
 
Selon vous quel type de gouvernement Macky Sall doit mettre dans les prochaines semaines ?
 
À mon avis, il doit en place un gouvernement de technocrates et de politiques. Pour être précis, un gouvernement mixte.
 
Quelles seront leurs premières priorités ?
 
Les inondations et la cherté de la vie doivent être leurs priorités. Aujourd’hui nous avons un problème d’aménagement au Sénégal. Les plans d’aménagement actuels datent de plusieurs décennies. Même si on a un plan décennal qui est le fruit de plusieurs experts, on ne peut régler cette question de façon pratique en mettant à côté tout ce qui est politique politicienne. Parce que ce sont des problèmes qui existent et qui sont récurrents au Sénégal.
 
Pour la présidence de l’Assemblée nationale, plusieurs noms circulent dans Benno. Selon vous, qui a le meilleur profil entre Amadou Ba, Mimi Touré et Aly Ngouille Ndiaye ?
 
Je ne veux pas faire un jugement. Car l’Assemblée nationale est le siège par excellence de l’évolution des politiques publiques, du contrôle de l’action, du gouvernement, de la production normative et du vote des lois. À partir de ce moment, on ne peut pas mettre n’importe qui à la tête de l’Assemblée nationale. Le président Sall doit choisir celui qui doit être en mesure d’être au-dessus des querelles politiques à l’Assemblée nationale. Parce qu’il y aura de la qualité dans les débats parlementaires vu la recomposition de la nouvelle Assemblée nationale. De ce point de vue, il serait judicieux de mettre quelqu’un qui sera à la hauteur, capable de réguler les discussions internes au niveau de l’Assemblée nationale. Parce avec ce qu’on depuis les années 60, 70, 90 jusqu’à nos jours, c’est une chambre d’enregistrement des députés qui passent tout le temps à dormir et à applaudir. Pour se départir de ces manquements, il faut quelqu’un qui sera capable de mettre de l’ordre à l’Assemblée nationale.  Il y a des noms qui circulent du côté de Benno et toutes ces personnes ont une certaine expérience : Amadou Ba, il a un bon parcours. C’est un énarque et un ancien ministre de l’Économie et des Affaires étrangères.  Aly Ngouille Ndiaye polytechnicien de formation, a travaillé dans les banques. Il fut ministre des Mines et de l’Intérieur. Quid de Mimi Touré ? Elle a travaillé dans plusieurs organisations internationales avant d’être ministre de la Justice et Premier ministre. Donc ce n’est pas n’importe qui. Au moins ces personnes citées ont un bon profil. Et si on choisit une parmi ces personnalités, ça sera un bon choix. Il y a dans l’opposition qui a fait une percée remarquable, qui peuvent aussi présider au Perchoir. Si l’opposition a eu une percée spectaculaire au niveau de la représentation nationale, ces membres doivent en tirer les conclusions. C’est dire que les Sénégalais ne veulent pas d’une majorité mécanique mais d’une assemblée rééquilibrée. S’il y a de bonnes propositions de loi, ça passe et s’il y a l’effet contraire on désavoue. Si telle est le cas, il y a aucun problème.  Si on a diabolisé la majorité présidentielle, et que les nouveaux députés de l’opposition veulent réduire les pouvoirs dans le sens non pas de protéger la population d’avoir bonnes lois ou de mieux d’évaluer des politiques si telle n’est pas le cas, moi je pense c’est regrettable.  Pis encore s’ils veulent (députés de l’opposition), avoir autant de groupes parlementaires pour partager des miettes ou des privilèges, c’est parce qu’ils ont tout faux.
 
Les candidatures annoncées de Serigne Bara Doly et Ahmet Aidara ?
 
Aucun d’entre eux ne doit gérer un micro à l’Assemblée nationale. Je n’ai rien contre ces personnalités de l’opposition, mais ces derniers n’ont pas le profil.  Si Serigne Bara Doly et Ahmet Aidara osent dire ça, c’est parce qu’ils tirent en haut pour avoir le milieu. S’ils ne sont pas président, ils seront présidents dans les commissions.
 
R

Nouveau commentaire :



AUTRES INFOS

Le Quotidien "Le Réveil" du Vendredi 30 Septembre 2022

Grève des concessionnaires : Les éclairages de l’UCG

Le Quotidien "Le Réveil" du Jeudi 29 Septembre 2022

Le Quotidien "Le Réveil" du Mercredi 28 Septembre 2022

Amical : le Cameroun encore battu avant le Mondial…

Voilà pourquoi le procureur a libéré Kalifone...

Yaye Awa Dieye de la TFM, séduisante !!!

Le Quotidien "Le Réveil" du Mardi 27 Septembre 2022

GOLF SUD : Lancement officiel du Plan de Développement Communal (PDC)

MONDIAL 2022 : Le jeu offensif des Lions amélioré face à la Bolivie


Flux RSS

Inscription à la newsletter