Menu






Le Quotidien "Le Réveil" du Lundi 14 Novembre 2022

Lundi 14 Novembre 2022

Le père de Adji Sarr veut récupérer sa fille
 
Dans une vidéo rendue publique, Mc Niass, le marabout de Adji Sarr, l’ancienne employée du salon de massage Sweet Beauté, s’est, de nouveau appesanti sur ce dossier. Et selon Baye Mbaye Mc Niasse, « le père de Adji Sarr n’a jamais reçu un franc dans cette sordide affaire comme le prétendent certains Sénégalais. » Le guide religieux d’Adji Sarr de poursuivre : « Il est un pêcheur digne et vit de son métier, il n’a jamais rien attendu de sa fille ». Selon Mc Niass, « Son père ne peut pas entrer en contact avec elle. Car, dit-il, « le papa de Adji Sarr veut que son enfant revienne à ses côtés. » « Il veut la récupérer, la guider et l’orienter, mais il n’a aucun accès à sa fille orpheline de mère », fait-il savoir.
 
Macky reprend les airs…
 
Le président de la République du Sénégal et président en exercice de l’Union africaine a quitté Dakar dans l’après-midi du samedi pour Bali, en Indonésie. Il va prendre part au sommet du G20 les 15 et 16 novembre 2022 qui s’ouvre ce lundi. À cette occasion, le président de la République aura des entretiens bilatéraux ainsi que des séances de travail avec des leaders du G20. Les principales questions débattues sont axées sur les thématiques de la transition énergétique, la santé ainsi que la transformation du numérique. En dehors du décaissement de nouveaux financements climatiques en faveur des pays africains, il sera également question d’évoquer les défis auxquels fait face le continent depuis le déclenchement du conflit russo-ukrainien dont la crise alimentaire devrait également être au centre des discussions qu’engagera Macky Sall. Il faut rappeler que le sommet de Bali coïncide avec la 2e semaine de la COP 27. Le chef d’État sénégalais devrait, entre autres, évoquer avec les dirigeants du G20 les « partenariats pour une transition énergétique juste » que plusieurs pays africains négocient avec les pays.


…et lance la vente des cartes de l’Apr
Avant de s’envoler pour Bali, le président de l’Alliance pour la République (APR, pouvoir), Macky Sall, a procédé, samedi, au lancement officiel de l’opération de vente de plus d’un million de cartes. La cérémonie s’est déroulée au siège de l’APR à Dakar en présence de plusieurs responsables de la formation présidentielle dont le Premier ministre Amadou Ba et Mbaye Ndiaye. Selon des propos par les médias, Macky Sall a déclaré qu’’’aujourd’hui, c’est un jour spécial. C’est en réalité un jour de communion entre militants’’. ‘’Procédez à la vente des cartes et occupez le terrain politique pour mieux organiser le parti’’, leur a-t-il demandé. Dans une perspective de ‘’remobilisation des militants’’, le Secrétariat exécutif national de l’APR avait lors de sa réunion du 14 octobre annoncé ‘’le montage de nouveaux comités et le placement de 1 500 000 cartes de membres, sur toute l’étendue du territoire et de la diaspora’’.

Contrôle des prix
La campagne de contrôle des nouveaux prix démarre aujourd’hui lundi à partir de 8h à Dakar à l’initiative du Service régional du commerce. Au total, 11 décisions de baisse des prix des produits et services de consommation courante ont été prises par le chef de l’Etat lors du Conseil national spécial de la Consommation. Elle signale que les arrêtés fixant les nouveaux prix sont entrés en vigueur, le samedi 12 novembre 2022 à 00 heure, dans la région de Dakar.


Affaire « Petit Boubé »
 
Suite et pad fin de l’affaire du contrat d’armes de 45 milliards FCFA ébruité par le consortium international de journalistes d’investigation (Occrp). Dans l'émission Grand Jury de la RFM, le ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Moussa Bocar Thiam a annoncé des poursuites judiciaires contre les journalistes qui ont révélé le contrat secret.  « Je vous réponds clairement que ces infractions ne seront pas impunies. Je suis clair. Il est clair que l’État du Sénégal qui a la responsabilité de veiller aux lois et règlements prendra toutes les mesures nécessaires (…) Nous allons revenir à l’ordre. Ne pas autoriser qu’un journaliste ou qu’un consortium de journalistes puisse violer délibérément les secrets défense qui peuvent nuire à la stabilité de notre pays, à l’honorabilité de nos forces de défense et de sécurité. Nous devons tous y veiller et il appartient à l'État de prendre ses responsabilités et il le fera. Quelles qu’en soient les conséquences », a menacé le ministre. Moussa Bocar Thiam d’ajouter : « Un journaliste ne peut pas tout dire, tout révéler quitte à nuire aux intérêts supérieurs de la nation. C’est intolérable et inadmissible. Cet intérêt public à informer disparaît dès lors qu’il y a un intérêt public qui appartient à l’Etat du Sénégal à travers la stabilité du pays ».
 
COLIDEP
 
Le collectif pour la libération des Détenus Politiques (COLIDEP) organise une grande manifestation pacifique ce vendredi 18 novembre 2022 à 15 heures de la Place de la Nation au rond-point BCEAO. Le COLIDEP exige la libération des Détenus Politiques. Selon le collectif, leurs arrestations montrent l’état catastrophique de notre démocratie et la dégradation de notre Etat de droit « depuis l’avènement du Président Macky Sall qui a instauré le totalitarisme ». « Entre délits d’opinion, résistance, liberté de presse, liberté d’expression, ces détenus politiques ont le chef d’accusation commun qui est de s’opposer au régime dictatorial de Macky Sall avec une justice soumise » , estime le COLIDEP.
La police nationale
 
Un certain nombre d’avancements va intervenir au sein de la police nationale. En effet, selon les informations de nos confrères de Dakaractu, pas moins de cinq commissaires principaux (commissaire avec 09 ans d’expérience) vont passer commissaires divisionnaires. Pour précision un divisionnaire est un policier qui a 17 ans d'ancienneté au poste de commissaire. Et c’est le cas pour les commissaires El Hadji Cheikh Dramé, central de Dakar, Aïssatou Ndiaye, commissaire central Thiès, Marième Diao, commissaire adjoint au bureau des passeports, le commissaire central de Saint-Louis, Mamadou Tendeng et Moustapha Diouf, commissaire central de Matam.
Pape Alé Niang
 
La Coordination des associations de presse (Cap) dénonce vigoureusement l’emprisonnement du journaliste Pape Alé Niang. Face à la presse, ce samedi, après avoir eu une réunion de mise au point avec les avocats de Pape Alé Niang, ils ont fait de graves révélations sur l’évolution d’un dossier qu’ils qualifient de politique. Car selon eux, le journaliste n’a pas été entendu sur le rapport interne de la gendarmerie. Aussi, les poursuites à l’état ne concernent pas en réalité les accusations pour lesquelles il a été arrêté. Il a été entendu sur les messages radio du Groupement mobile d’intervention et de la brigade des sapeurs-pompiers et sur autre chose qui n’est pas connue du public, la mort de Mankabou, et son live qu’il avait fait sur le Général Moussa Fall, selon la CAP qui parle d’une affaire politique et annonce un sit-in mercredi pour exiger sa libération
R

Nouveau commentaire :




AUTRES INFOS

Argentine : Lionel Messi débloque la situation !

Le Qatar déjà éliminé de son Mondial

Coupe du monde : le Sénégal relancé, le Qatar éliminé

Le Quotidien "Le Réveil" du Vendredi 25 Novembre 2022

Aliou Cissé répond à ses détracteurs : "Les qualités d’Edouard Mendy ne sont pas à mettre en doute"

Le Quotidien "Le Réveil" du Jeudi 24 Novembre 2022

Moussa Ndiaye à Sadio Mané : «Je récupère ton numéro qui t’es si cher...»

Equipe nationale de football : Les nouvelles de Cheikhou Kouyaté

Le Réveil Quotidien du mercredi 23 novembre 2022

Cédric Hountondji est dans la liste des meilleurs défenseurs du Bénin


Flux RSS

Inscription à la newsletter