Menu

Jordanie : Arrestations au cœur du pouvoir royal

Dimanche 4 Avril 2021

Au moins deux personnes très proches de la famille royale en Jordanie ont été arrêtées ce samedi pour des « raisons de sécurité ». Dans une vidéo communiquée à la BBC, le prince Hamza, demi-frère du roi et ancien prince héritier, se dit « assigné à résidence » et réfute toute tentative de coup d'État.


Des vidéos sur les réseaux sociaux ont montré un déploiement massif de la police près des palais royaux, dans le quartier de Dabouq à Amman. Selon l'agence de presse officielle Petra, les autorités ont arrêté un ancien conseiller du roi, Bassem Awadallah, et d'autres personnes pour « des raisons de sécurité ».

Le quotidien américain Washington Post a indiqué de son côté que le prince Hamza avait été « placé sous restrictions » dans son palais d'Amman après « la découverte de ce que des responsables du palais ont décrit comme un complot complexe et de grande envergure », visant à renverser le roi Abdallah II. Ce complot présumé « comprenait au moins un autre membre de la famille royale ainsi que des chefs tribaux et des membres de la direction de la sécurité du pays », a-t-il ajouté, citant un haut responsable des services de renseignements du Moyen-Orient.

Mais dans un communiqué, le président des chefs d'état-major, le général Youssef Huneiti, a démenti que le prince Hamza fasse partie de ces personnes arrêtées. « Ce qui a été publié à propos de l'arrestation du prince Hamza n'est pas vrai », a-t-il dit, ajoutant que, cependant, il avait été « appelé à arrêter des activités qui pourraient être utilisées pour porter atteinte à la stabilité et la sécurité du royaume ».

Le prince Hamza communique
Dans la soirée, l'ex-prince héritier a envoyé une vidéo à la BBC dans laquelle il se déclare « assigné à résidence ». Il affirme que le chef d'état-major de l'armée s'est rendu à son domicile et lui a signifié qu'il n'était « pas autorisé à sortir ». Il a assuré qu'il n'avait pris part à aucune conspiration et qu'il n'était « pas responsable de la dégradation de la gouvernance, de la corruption et de l'incompétence » des autorités de son pays.

Lorsqu'Abdallah est devenu roi en février 1999 après la mort de son père Hussein, il avait nommé Hamza prince héritier conformément au souhait de leur père. Mais en 2004, il l'a dépouillé du titre et l'a donné à son fils aîné Hussein. Hamza est le fils aîné de Hussein et de son épouse américaine, la reine Noor, née Lisa Halaby.

« Personne n'est au-dessus de la loi. La sécurité et la stabilité de la Jordanie passent avant tout », a dit le général Huneiti, précisant qu'une enquête était en cours. « Toutes les mesures qui ont été prises l'ont été dans le cadre de la loi et après une enquête approfondie », a-t-il ajouté.
La Redaction



AUTRES INFOS

Elle traite son voisin de "Goordjiguène" et lui verse du café

Assemblée nationale : Le directeur financier emporté par le Coronavirus

Présidence de la FSF : Mady Touré tacle encore Augustin Senghor

Une femme de 40 ans violée à tour de rôle par un groupe

Brésil: Une fille de 15 ans meurt durant des relations sexuelles dans une voiture

RTS : Imam Ousmane Gueye est décédé

Encore une victime du COVID- Aminata Tall perd son garde du corps, Pape Ndao


Recherche