Ousmane Sonko, Thierno Alassane Sall ; Idrissa Seck & Co - et à mémoires politiques courtes... !

Jeudi 8 Novembre 2018

La classe politique sénégalaise offre ces temps-ci une image lamentable et pitoyable dans les différentes appréciations en cours sur l’ossature du gouvernement actuel et de l’action du président macky sall. Ils lui préfèrent systématiquement  la polémique. Un choix qui n’est pas subi ou le résultat. Mais bien celui d’une stratégie... Ainsi après avoir fuit durant des mois le défi du débat économique, aujourd’hui ils prétendent le relever… en agitant frénétiquement sur fauteuil présidentiel !
 
 
Vous êtes démasqués, vous trompez l’opinion et trois exemples d’actualités l’illustrent parfaitement : la question sociale, celle des réalisations   et la question pétrolière.  
la question sociale :, Ousmane soncko  Il illustre parfaitement la stratégie en agitant sur le fauteuil présidentiel car le fauteuil présidentiel n’est pas un banc Ya pas plus aveugle que ce lui qui refuse de voir  . du cote de l’opposition et de certains milieux de la société civile crypto pouvoiriste ; ainsi que chez les  experts de la chose politique partisane tout le monde tape a bras raccourci comme des sourdes sur le président de la république et son gouvernement  Le  interroge : «en 6 ans le régime de macky sall a réduit les inondations a travers des infrastructures dans beaucoup de localités la cmu avec la gratuite  des soins o à 5 ans la gratuite de la césarienne bouse familiale démarrée avec 50.000 familles ayant pour objectif 250.000 familles en 2017 sois à peu près 2millions 500 de sénégalais .sante il y a l’unité moderne de traitement du cancer et la construction de nouveaux centre de traitement : forages installés dans des centaines de villages ;plus de 10000 pistes rural créées ;train expresse régional ;pont sur le fleuve Gambie ;aguene et diambone ;Ila Touba ;pont ibou Diallo de Kolda :l’érection la Casamance en zone prioritaire touristique ;diminution des billets sur desserte Casamance 5000f ;construction de 5 isep  
 en matière de politique de décentralisation : arrêtons-nous sur le cas de l’opposition   , n’ont eu de cesse de fustiger les réalisations de macky sall et son gouvernement, les qualifiant de « politiques »,
 
L’objectif des actions est double : la quête de l’égale dignité et la saisie des opportunités offertes par l’urbanisation. Le concept d’égale dignité est le fil conducteur du parcours et des politiques conduites par Macky Sall. La nouvelle  phase de décentralisation (Acte 3) traduit pour les communes, désormais toutes de plein exercice, ce concept. Il cherche par ailleurs à assurer leur viabilité dans des pôles territoires. Les tournées économiques  du Chef de l’Etat  dessinent donc la démarche pour y parvenir. Il s’agit d’investir dans le fait urbain, en le dynamisant, en le planifiant, en l’articulant à la ruralité. Au-delà de simples visites il s’agit de la valorisation de chaque capitale régionale trop longtemps désertée par les autorités centrales.
 
 
 La question pétrolière où Ousmane Sonko ; Thierno Alassane Sall entend jouer le rôle du fameux aboyeur mémoire politique courte : « Un Gouvernement honnête rend public tous ses contrats ». Et s’il ne peut pas le faire alors pour lui il est forcément dans la malversation. Or la non publication de tous les contrats, dans un Etat digne de ce nom, s’explique bien autrement. La tyrannie de la transparence n’est une preuve de culpabilité que pour des conspirationnistes patentés. Ils ne se satisfont d’aucune réponse, puisque chaque détail donné appelle, à l’infini, d’autres suspicions impossibles à lever. Heureusement ils sont démasqués puisque leur chef prétendait que Macky Sall dès 2000, alors DG de PETROSEN, connaissait les réserves pétrolières du Sénégal.  
 
 
Libres aux nouveaux opposants de faire feu de tout bois en aboyant chaque action plutôt que la lisibilité des politiques sociales, économiques, d’aménagement ou de gestion des ressources naturelles. Cette lisibilité est le fruit d’une vision claire, mûrie et incarnée par le Chef de l’Etat : l’émergence du Sénégal ou le « Yokkuté » des sénégalais.
 
 Salif badji membre fondateur du parti Kisal de la coalition macky 2012

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 23:04 Soupçons de viols : Tariq Ramadan est libre

ACTUALITÉ | AUTRES INFOS | TV& RADIOS | KHALIL POST | POLITIQUE









Recherche