Menu

«On ne peut pas être dans des organisations qu'on ne contrôle pas», selon le chef de la diplomatie malienne

Lundi 3 Juin 2024

Au Mali, le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a opposé, une fin de non-recevoir à Bassirou Diomaye Faye, dimanche 2 juin. Le président sénégalais s'est rendu en fin de semaine dernière au Mali et au Burkina pour convaincre les dirigeants de transition de ces pays de revenir dans la Cédéao. Dimanche, le chef de la diplomatie malienne n'a pas nommément cité le président sénégalais mais il a martelé la position du Mali : l'Alliance des États du Sahel comme « alternative crédible » à une Cédéao présentée comme un instrument de la France.


Le Mali, le Burkina et le Niger avaient été catégoriques. Leur départ de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) en janvier dernier pour l'Alliance des États du Sahel est irréversible. Et pourtant, Bassirou Diomaye Faye, le président du Sénégal, semblait avoir l'intime conviction de pouvoir convaincre Bamako de revenir au sein de l'organisation intergouvernementale ouest-africaine. C'est en ce sens qu'il s'est rendu en fin de semaine dernière au Mali et au Burkina.

Une visite qui a des airs de coup d'épée dans l'eau. En effet, dimanche, le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, a profité de la tenue du Salon des médias du Mali pour évoquer le sujet et la visite de Bassirou Diomaye Faye en sous-texte : « Il faut que nous transformions nos organisations régionales pour que ces organisations régionales soient le reflet de nos besoins. [...] Que ces organisations ne soient pas télécommandées de l'extérieur », a-t-il martelé, avant de nommer directement la Cédéao.

« La télécommande était à Paris, ou ailleurs »

« C'est le problème que nous avons eu avec la Cédéao, avec l'Uemoa, en particulier. Nos pays ont été sanctionnés parce que la télécommande était à Paris, ou ailleurs, a-t-il pointé du doigt. Je pense qu'on ne peut pas être dans des organisations qu'on ne contrôle pas. On ne peut pas abandonner une partie de sa souveraineté à une organisation et que cette partie de la souveraineté soit utilisée comme une arme contre nous ». 

Un message repris par les canaux officiels du Ministère des Affaires étrangères et qui a le mérite d'être clair. Si la présidence sénégalaise, en tournée auprès de ses voisins ouest-africains, conservait un mince espoir d'infléchir la position malienne, voilà que le gouvernement concerné, la décourage publiquement. 

Pour rappel, le Mali a déjà mis en place un comité de pilotage pour son retrait de la Cédéao qui s'est réuni pour la première fois en avril. Depuis, aucune indication sur les avancées des travaux. Surtout, la consolidation de l'Alliance des États du Sahel, présentée par les trois pays comme une alternative à la Cédéao, est bel et bien en marche.

RFI
Lisez encore

Nouveau commentaire :




AUTRES INFOS

Nécrologie : Sidiki Diabaté annonce le décès de son père

Didistone Olomide : « Ceux qui aiment la solitude sont ceux qui ont payé cher la fausse compagnie »

FPO : Serge Malou limogé

Média : Babacar Ndiaye, animateur à la RTS, porté disparu

Summertour 2024 : Youssou Ndour et son groupe débutent à Mallorca

La Revue de Presse de Fatou Thiam Ngom du jeudi 18 juillet 2024 (wolof)

Préparation aux examens : comment mémoriser facilement davantage

Almadies : Amadou Loum Diagne obtient un financement de 81 millions de dollars pour construire des hôtels de luxe

France : Aubameyang quitte l'Olympique de Marseille

Foot : Les Lionnes confirment leur supériorité face à la RD Congo avec une victoire 2-0



Flux RSS

Inscription à la newsletter